Aniki Bóbó

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aniki Bóbó
Titre original Aniki Bóbó
Réalisation Manoel de Oliveira
Scénario Manoel de Oliveira
Pays d’origine Drapeau du Portugal Portugal
Genre Drame, historique
Durée 71 minutes
Sortie 1942

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Aniki Bóbó est un film portugais réalisé par Manoel de Oliveira, sorti en 1942. C'est le premier long métrage réalisé par Manoel de Oliveira.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film illustre les aventures et les amours de quelques gamins, entre 10 et 12 ans, dans la ville de Porto. Tous élèves dans la même classe, ils se retrouvent après l'école pour se baigner dans le port. Une rivalité se développe entre le sensible Carlitos et le plus entreprenant Eduardito, chef de la bande, pour conquérir l'attention de Teresinha, la petite fille modèle. Moins fort physiquement, Carlitos se résout à voler une poupée que convoite Teresinha pour s'attirer ses faveurs. C'est un voyage en enfance, à travers l'œil de la caméra : l'œil de la mémoire.

L'histoire du film est basée sur le conte Os Meninos Milionários (Les Enfants Millionnaires), de João Rodrigues de Freitas (1908 - 1976), écrivain et avocat.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le titre est emprunté à une comptine enfantine (semblable à Am stram gram) que les enfants utilisent plusieurs fois dans le film.
  • Le tournage se déroule en studio et dans les rues de Porto, ville natale du réalisateur. Des détails autobiographiques de son enfance sont utilisés dans la scénario.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Manoel de Oliveira, Aniki Bóbó, Enfants dans la ville. Scénario, conte original, commentaires, interview, photographies du tournage et DVD du film, éditions Chandeigne, collection série illustrée, 2013, (ISBN 9782367320670).

Lien externe[modifier | modifier le code]