Angolares

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peuple angolare. Pour la langue angolar, voir angolar.

Les Angolares constituent une population de Sao Tomé-et-Principe. En nombre, c'est le second groupe du pays[1], après les métis et avant les Forros. Le recensement de 1950 dénombrait 4 490 Angolares, ils seraient aujourd'hui environ 10 000[2]. Ce sont les seuls Africains de pure souche dans l'archipel[3]. Généralement pêcheurs, ils sont établis le long du littoral, au nord-est et surtout au sud de l'île de São Tomé, entre São João dos Angolares et Porto Alegre[3]. Ils ont longtemps vécu séparés des autres populations et leur identité culturelle (angolaridade) est forte, marquée par l'histoire – voire la légende – qui leur confère une image de valeureux, voire redoutables résistants.

Ethnonyme[modifier | modifier le code]

Les premières informations publiées[4] et la première occurrence du terme « Angolares » sont dues à Cunha Matos (1776-1839), officier à Sao Tomé entre 1797 et 1814, puis gouverneur de 1816 à 1817[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois grandes hypothèses s'affrontent pour expliquer l'origine des Angolares[2].

Sete Pedras, les écueils où se serait produit le naufrage fondateur.
  • Selon une version diffusée par les autorités coloniales jusqu'à l'indépendance, les premiers arrivants seraient les survivants d'un naufrage survenu entre 1540 et 1550 près des ilôts rocheux de Sete Pedras, au sud-est de l'île, celui d'un vaisseau transportant quelque huit cents esclaves à destination du Brésil[6]. Établis dans une région montagneuse, les rescapés n'auraient pas fait parler d'eux jusqu'en 1574. Ils mènent alors une longue série d'actions violentes contre les intérêts des colons, notamment sous l'influence d'un chef charismatique, Amador, qui s'autoproclame « roi de São Tomé ». Les Angolares se rendent effectivement maîtres de l'île entre 1595 et 1596, mais les Portugais parviennent à capturer Amador. Ses partisans prennent le maquis jusqu'au XIXe siècle.
  • Une autre hypothèse envisage un peuplement de l'île avant l'arrivée des Portugais[7]. Aux yeux des intellectuels et nationalistes santoméens, elle a le mérite d’affirmer une histoire de l’archipel indépendante de celle de la colonisation, mais ne semble pas, à ce jour, avoir été confirmée par des faits historiques[8].
  • La troisième hypothèse présente les Angolares commes des descendants d’esclaves marrons enfuis des plantations au cours des nombreuses révoltes qui ont éclaté au milieu du XVIe siècle[9].

Langue et culture[modifier | modifier le code]

Ils parlent l'angolar (ou crioulo angolar, crioulo n'golá), un créole à base lexicale portugaise[10].

La culture des Angolares est riche en contes[11] et chants traditionnels que l'on dit influencés par la tradition bantoue[12].

Économie[modifier | modifier le code]

La pêche joue un rôle central. Les Angolares se servent de dongos, des pirogues monoxyles creusées dans le tronc de fromagers (Ceiba pentandra) ou de mûriers[3], traditionnellement à rames avec de petites voiles carrées.

Ce sont les femmes qui se chargent de la transformation et de la commercialisation des produits de la pêche. Elles élèvent également des chèvres et vendent du tissu ou d'autres articles[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mohamad Z. Yakan, « Angolares », in Almanac of African Peoples & Nations, Transaction Publishers, New Brunswick, N.J., 1999, p. 176 (ISBN 9781560004332)
  2. a et b (en) Gerhard Seibert, « Castaways, autochtons or maroons ? The debate on the Angolares of Sao Tomé island », in P. J. Havik et M. Newitt (dir.), Creole societies in the Portuguese colonial empire, University of Bristol, 2007, p. 109
  3. a b c et d Dominique Gallet, « Les Angolares », in Sao Tomé et Principe : les îles du milieu du monde, Karthala, Paris, 2008, p. 51-52
  4. (pt) Gerhard Seibert, « Os angolares da ilha de São Tome: Náufragos, Autóctones ou Quilombolas? », in Textos de Historia. Textos de História. Revista do Programa de Pós-graduação em História da Universidade Federal do Rio Grande do Sul, vol. 12, nos 1-2, 2004, p. 49-50, [lire en ligne]
  5. (pt) Raimundo José da Cunha Matos, Corographia Histórica das Ilhas de S.Thomé, Príncipe, Anno Bom e Fernando Pô, Porto, 1842
  6. Lawoetey-Pierre Ajavon Traite et esclavage des Noirs : quelle responsabilité africaine ?, Éditions Menaibuc, Paris, 2005, p. 113-114 (ISBN 2-911372-71-9)
  7. (pt) Carlos Neves Lemos, Esboço Histórico das Ilhas de S.Tomé e Príncipe, 1975
  8. Jean-Louis Rougé et Emmanuel Schang, « Histoire des créoles et génétique : le cas de l'angolar », in Sciences et techniques du langage. Revue du Centre de linguistique appliquée de Dakar, no 9, 2012, p. 72-73, [lire en ligne]
  9. (en) Luiz Ivens Ferraz, « A Linguistic Appraisal of Angolar », In Memoriam António Jorge Dias, Junta de Investigações Científicas do Ultramar, Lisbonne, 1974, vol. 2, p. 177-186
  10. (en) Fiche langue[cpp]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  11. (pt) Egoismo castigado : Fábula angolar (António de Almeida et Maria Cecília de Castro, Garcia de Orta, vol. 5, no 2, 1957, p. 319-325) ; O galo, a galinha e o falcão : Fabula angolar (A. de Almeida et M. E. de Castro e Almeida, Garcia de Orta, vol. 7, no 1, 1957, p. 187-192)
  12. Emmanuel Schang, L'émergence des créoles portugais du golfe de Guinée, Université Nancy 2, 2000, p. 19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • António de Almeida, « Contribution à l'étude de l'anthroponymie des Angolares (S. Tomé) », in Studia onomastica Monacensia (Munich), vol. 3, 1961, p. 88-92, traduit de « Contribuição para o estudo da etnologia dos Angolares », in Conferência internacional dos Africanistas ocidentais, comunicações ciências humanas, 6e session, vol. V, 1958, p. 21-28
  • (pt) António de Almeida, Da origem dos Angolares habitantes da Ilha de S. Tomé, Ottosgráfica, Lisbonne, 1962, 21 p.
  • Manuel Gonçalves, Manuel Joaquim Sobral, « Angolares. Uma aproximaçao antropologica », in Geographica. Revista da Sociedade de Geografia de Lisboa, 1973, IX, 34, p. 79
  • (de) Richard Greef, « Die Angolares. Neger der Insel São Tomé », in Globus. Illustrierte Zeitschrift für Länder- und Völkerkunde, 1882, XLII, 23, p. 362–364
  • (en) Gerardo A. Lorenzino, « Linguistic, Historical and Ethnographic Evidence on the Formation of the Angolares, a Maroon-descendant Community in São Tomé (West Africa) », in Portuguese Studies Review, no 15 (1-2), 2007, p. 193-226, [lire en ligne]
  • (pt) Fernando de Macedo, Anguéné: Gesta africana do povo Angolar de S. Tomé e Príncipe, Sá da Costa, Lisbonne, 1989, 142 p.
  • (pt) Fernando de Macedo, Teatro do imaginário angolar, Coimbra, Cena Lusófona, 2000, 142 p.
  • (pt) Laurinda Nambongo, Os angolares de S. Tomé e Príncipe : mito ou realidade ? Tentativa de identificação histórica e sócio-cultural, Luanda, 2003
  • Jean-Louis Rougé et Emmanuel Schang, « Histoire des créoles et génétique : le cas de l'angolar », in Sciences et techniques du langage. Revue du Centre de linguistique appliquée de Dakar, no 9, 2012, p. 67-98, [lire en ligne]
  • (pt) Gerhard Seibert, « Os angolares da ilha de São Tome: Náufragos, Autóctones ou Quilombolas? », in Textos de Historia. Textos de História. Revista do Programa de Pós-graduação em História da Universidade Federal do Rio Grande do Sul, vol. 12, nos 1-2, 2004, p. 43-63, [lire en ligne], traduit en anglais sous le titre « Castaways, autochtons or maroons ? The debate on the Angolares of Sao Tomé island », in Philip J. Havik et Malyn Newitt (dir.), Creole societies in the Portuguese colonial empire, University of Bristol, Department of Hispanic, Portuguese & Latin American Studies, Bristol, 2007, p. 105 et suiv. (ISBN 9780955392269)
  • Izequiel Batista de Sousa, São Tomé et Principe de 1485 à 1755 : une société coloniale : du Blanc au Noir, L'Harmattan, Paris, 2008, 374 p. (ISBN 978-2-296-06022-7) (texte remanié d'une thèse de doctorat d'Histoire soutenue à l'Université de Paris 1 en 1998)
  • (pt) Francisco Stockler, « O Povo dos Angolares », in Revista Illustrada. As Colonias Portuguezas, 1884, II (4), p. 177

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]