Ange Mancini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ange Mancini
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Autres informations
Distinctions

Ange Mancini, né le à Beausoleil (Alpes-Maritimes), est un policier français, devenu préfet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ange Mancini entame sa carrière à 19 ans comme adjoint-administratif à la préfecture de police, en tant que contractuel[1].

Après une maîtrise de droit public, il intègre l'École nationale supérieure de la Police.

A 29 ans, il devient commissaire de brigade criminelle (c'est à ce titre qu'il enquête sur l'affaire Issei Sagawa), puis directeur adjoint du Service régional de police judiciaire d'Ajaccio dix ans plus tard.

En 1985, Ange Mancini, alors commissaire divisionnaire devient le premier chef du RAID, section d'élite de la police nationale fondée par Robert Broussard. Il occupe ce poste entre 1985 et 1990, et supervise notamment la gestion de la prise d'otage du palais de justice de Nantes en 1985[1], ainsi que l'arrestation en 1987 des responsables du groupe terroriste Action directe dans une ferme du Loiret sur un renseignement fourni par les Renseignements généraux dirigés alors par Claude Bardon et Philppe Swiners Gibaud.

Il va occuper ensuite différents postes dans la haute hiérarchie policière et est nommé préfet adjoint pour la sécurité auprès des préfets de la Corse-du-Sud et de la Haute-Corse en 1999.

En 2001, il est titularisé préfet et devient successivement, préfet de la Guyane (2002), des Landes (2006) et de la Martinique (2007)

Il succède à Bernard Bajolet, en février 2011, au poste de coordonnateur national du renseignement auprès de l’Élysée[2]. Puis il quitte ses fonctions au début du mois de juin 2013, date à laquelle il est officiellement à la retraite[3].

Il travaille depuis au sein du groupe Bolloré, en charge avec Michel Roussin d'un chemin de fer de 3000 km en Afrique de l'Ouest qui doit relier Lomé, Cotonou, Niamey, Ouagadougou et Abidjan[4].

Parcours[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Benoît Hopquin, « Ange Mancini, le briscard de la négo », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Caroline Michel et Iannis Giakoumopoulos [Le rêve Canadien - L’Obs N°2692], rubrique ‘’En première ligne’’ - “Le Clan des privés” - p24-25, 9-15 juin 2016
  3. http://www.liberation.fr/societe/2013/05/12/le-coordonnateur-national-du-renseignement-ange-mancini-quitte-ses-fonctions_902277
  4. Les rubans coupés de Cotonou