Ange-Mathieu Bonelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ange-Mathieu Bonelli
Surnom Zampaglinu
Naissance 1728
Bocognano, Corse
Décès 24/05/1796 (à 68 ans)
Vizzavona, Corse
Mort au combat
Origine Corse
Allégeance Flag of Corsica.svg Royaume de Corse
Drapeau de la France République française
Années de service -1796
Conflits Guerres de la Révolution Corse, Guerres de la Révolution française
Commandement garde national du Celavu
Faits d'armes Siège de Calvi
Bataille de Ponte-Novo
Révolte du Niolo
Famille Marie-Antonie Muffragi, femme
Ange-Toussaint Bonelli, fils
François Bonelli, fils

Ange-Mathieu Bonelli, dit Zampaglinu (petite jambe) ou Zampaglione, (1728 à Bucugnà en Corse - 1796 à Vizzavona en Corse) est un héros de l'indépendance corse et ami intime de Pascal Paoli, il était aussi apparenté aux Bonaparte par la famille de l'arrière-grand-mère de Napoléon, Maria-Anna Tusoli. On le surnomma Zampaglinu à cause de son aspect trapu, la zampa étant la jambe.Quand il acquit la notoriété il devint Zampaglione, dont la finale est un augmentatif.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • À l'âge de 27 ans, en 1755, il rencontre Pascal Paoli. Zampaglinu est alors de tous les combats et devient un héros pour les Nationaux corses.
  • En 1763, il participe à la tentative avortée de la prise de la Citadelle d'Ajaccio
  • Le 25 mars 1766, il est de ceux qui tuent un officier français responsable de l'arrestation puis de l'exécution d'un de ses petits-cousins, combattant paoliste.
  • du 8 au 9 mai 1769 il est présent lors de la funeste bataille de Ponte-Novo.
  • En 1773 avec d'autres résistants corses, il participe à la révolte du Niolo.
  • En 1778 il rejoint Paoli à Londres, se félicite de cette guérilla que mène celui qui le désigne comme son «Dogue»; terme qui occasionnera une brouille entre les deux hommes, Zampaglinu refusant d'être caractérisé comme le chien de garde de qui que ce soit.
  • en avril 1786, il rejoint Livourne à la suite de la pression française sur les Sardes, où il est accueilli par le duc de Toscane.
  • Durant l'hiver 1789, il retrouve la Corse en compagnie de l'un de ses fils. Il devient un fidèle de Nabulione Buonaparte avec qui il est apparenté par la famille Tusoli.
  • Commandant de la garde nationale du Celavu, il participe à la catastrophique expédition de Sardaigne aux côtés du jeune officier Bonaparte qu'il a fait nommer au poste de lieutenant-colonel.
  • Adversaire du royaume anglo-corse (1794-1796)
  • En 1794 il participe à la défense de Calvi assiégée par l'escadre de l'amiral Nelson.
  • Le 31 août 1796, les Anglais se retirent de l'île.
  • Blessé dans le fort de Vizzavona, Zampaglinu meurt les armes à la main en 1796, face aux troupes anglaises, à l'âge de 68 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Silvani, Bandits corses de légende Bellacoscia – Zampaglinu, Éditions Albiana, juillet 1999, 223pages
  • Paul Silvani, Bandits corses - Du mythe à la réalité, Éditions Albiana, Avril 2011
  • Gabriel-Xavier Culioli, Bandits de Corse, Éditions DCL, Collections Bonheurs & Mémoires Corses, juin 2011, 97pages

Lien externe[modifier | modifier le code]