Aller au contenu

Angélys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Poires Angélys.

L'Angélys est une variété de poire, créée par l'Institut national de la recherche agronomique.

Cette variété de poire est commercialisée sous le nom « Angys ».

Origine[modifier | modifier le code]

Issue d'un croisement entre la Doyenné d'hiver et la Doyenné du Comice, la variété de poirier Angélys a été créée par l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) en 1998. Les deux premières syllabes évoquent son lieu de création, Angers, et la troisième rappelle l’emblème des rois de France, le lys.

Arbre[modifier | modifier le code]

Ce poirier trouve une place privilégiée dans les terrains ensoleillés, légers et frais, pas trop calcaires. À partir du moment où il ne subit pas de situations trop froides ou trop humides, il s'adapte à tous les climats et reste un arbre très résistant aux maladies.

Porte-greffe : cognassier de Provence.

Les variétés pollinisatrices sont 'Conférence', 'Doyenné du Comice' ou 'Williams'.

Fruit[modifier | modifier le code]

Le fruit peut se conserver dans un panier 15 jours à 3 semaines.

La poire paraît rustique, ventrue et cuivrée. Ses arômes sont intenses et fins, sa chair se révèle fondante et juteuse. C'est une poire goûteuse et de qualité.

Il s’agit d’une poire d’hiver. Elle se consomme en effet plutôt de décembre à juin.

Deux tests de dégustation réalisés au printemps 2011 permettent de classer Angélys en tête des variétés proposées[1].

Productivité[modifier | modifier le code]

Appréciations générales[modifier | modifier le code]

La poire a besoin de subir des températures froides pour mûrir et exprimer toutes ses saveurs.

Consommée crue ou cuite, ses parfums s'associent bien avec le fromage.

Poêlée dans du beurre ou pochée, elle devient fondante et permet d'accompagner le canard, la viande blanche ou le gibier.

Pour aromatiser les poires, chaudes ou froides, on peut utiliser des épices comme la cannelle, la vanille, le gingembre et aussi le paprika.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Liron d'Airoles[2], Les poiriers les plus précieux.
  • Alexandre Bivort, Annales de pomologie belge, 1859.
  • André Leroy, Dictionnaire de pomologie, Poires, tome 1.
  • Alphonse Mas, Poires d'Automne, 1867.
  • Barthélemy Charles Joseph Dumortier et M. W. Brown, Pomone Tournaisienne : Société Royale D'Horticulture et d'Agriculture de Tournay, Tournai, Casterman (Vve H.), , 251 p. (lire en ligne), p. 1-251
  • Société pomologique de France, Le verger français, catalogue descriptif des fruits adoptés par le congrès pomologique, tome 1[3], impr. B.Arnaud, Lyon-Paris, 1947, 576 pp., avec schémas et photos en N&B, tome 2[4], Extraits inédits[5].
  • Le Poirier, de Masseron et Trillot au CTIFL (1993) - 224 pages.
  • Les Bonnes poires, de Charles Baltet (1859) - 272 pages.
  • Henri Kessler, « Pomologie illustrée », imprimeries de la Fédération S.A., Berne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]