Angélique Arnaud (femme de lettres)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Angélique Arnauld (religieuse).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnauld et Famille Arnauld.
Angélique Arnaud
Image illustrative de l'article Angélique Arnaud (femme de lettres)

Nom de naissance Marie Angélique Bassin
Naissance 1797
Gannat
Décès 1884
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Journaliste, Féministe
Médias
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite L'Avenir des femmes, Droit des femmes, Opinion des femmes

Angélique Arnaud (née Marie Angélique Bassin) est une femme de lettres et féministe française, née à Gannat, en 1797 et morte à Paris en 1884.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1833, elle commence à écrire des articles de journaux sur le thème des causes libérales et républicaines. Le salaire qu'elle en retire lui permet d'engager un professeur particulier pour ses enfants et ainsi de se consacrer à l'écriture. Elle défend les causes du féminisme, du socialisme et du saint-simonisme. Ses romans progressistes sont très populaires auprès du public féminin. George Sand en loue les « mille délicatesses de sentiments, mille grâces de poésie dans [les] analyses et dans [les] descriptions[1] ».

Active au sein de la Société pour l'amélioration du sort des femmes, elle écrit pour la presse féministe : L'Avenir des femmes, Droit des femmes, Opinion des femmes, Opinion nationale, La Femme et La Solidarité.Angélique Arnaud, Une correspondance d'enfants, Paris, Gannat, Goninfaure et Arthaud,

Maria Deraismes dit, à sa mort, que c'est « l'apôtre de toutes les grandes revendications… Il n'est pas un mouvement généreux et humanitaire du siècle auquel Mme Arnaud ne soit pas associée »[2],[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angélique Arnaud, Une correspondance d'enfants, Paris, Gannat, Goninfaure et Arthaud,
  • Angélique Arnaud, François del Sartre, ses découvertes en esthétique, sa science, sa méthode, Delagrave,
  • Angélique Arnaud, Une tendre dévote, Paris, Sartorius,
  • Angélique Arnaud, La Cousine Adèle, Paris, Dentu,
  • Angélique Arnaud, La Comtesse de Servy, Paris, Charpentier,
  • Bernadette L., « Une correspondance saint-simonienne, Angélique Arnaud et Caroline Simon (1833- 1838) », Côté-femmes,‎
  • (en) A. Wettlaufer, "Angélique Arnaud's Clémence: Art, Revolution, and Saint-Simonianism" in Portraits of the Artist as a Young Woman : Painting and the Novel in France and Britain 1800-1860, Columbus, Ohio State University Press, , 368 p. (ISBN 9780814270806, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. George Sand, Correspondance, 25 : 414
  2. Bernard Desmars, « Arnaud (née Bassin), (Marie) Angélique », sur charlesfourier.fr
  3. Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber, Le Dictionnaire universel des créatrices, t. 1, Éditions des femmes, (ISBN 978-2-7210-0628-8 et 2-7210-0631-2, notice BnF no FRBNF43735144), p. 269Voir et modifier les données sur Wikidata