Angèle Manteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Angèle Georgette Ghislaine Manteau, née à Dinant le et morte à Alost le [1], est une éditrice belge. Selon l'Académie royale flamande des Sciences et des Arts, qui l'a récompensée en 2003, elle est « la principale éditrice littéraire flamande du XXe siècle » et sa maison d'édition a « incontestablement marqué l’histoire de la littérature flamande »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Dinant, son père est un industriel du secteur textile d'origine lilloise et sa mère est belge. À la fin des années 1920, elle étudie quelque temps la chimie à l'université libre de Bruxelles. Au cours de ces années d'études, elle loue une chambre chez un couple néerlandais, Jan Greshoff – journaliste, critique et poète – et Aty Brunt, où elle apprend le néerlandais et découvre la littérature néerlandaise. Elle travaille quelques années pour l'éditeur Alexander Stols, puis fonde en 1932 l'Algemene Importhandel A Manteau. Six ans plus tard, grâce à l'aide financière de l'éditeur néerlandais Robbert Leopold, elle lance sa propre maison d'édition : A Manteau NV.

De 1938 à 1970, la maison Manteau édite entre autres les écrivains flamands suivants : Johan Daisne, Louis Paul Boon, Hubert Lampo, Piet van Aken, Hugo Claus, Jos Vandeloo, Ward Ruyslinck, Jef Geeraerts, Paul Snoek, Karel van de Woestijne, Herman Teirlinck, August Vermeylen. Elle lance dans les années soixante l'auteur néerlandais Jeroen Brouwers qui travaillait depuis 1964 pour la maison d'édition comme secrétaire, puis comme rédacteur.

Fin 1970, elle quitte la maison d'édition, qui depuis 1965 était intégrée au groupe néerlandais Van Goor, et travaille pour Elsevier à Amsterdam. Les éditions Manteau poursuivent cependant leurs activités. Dans les années 1970 et dans la première moitié des années 1980, Julien Weverbergh, qui avait été engagé auparavant par Angèle Manteau en tant que responsable de la série de livres de poche Vijfde Meridiaan, est à la tête de l'entreprise.

En 1986, Angèle Manteau devient membre de l'ordre d'Orange-Nassau ; la même année, le roi Baudouin lui accorde le titre de baronne. En 1998, l'ex-éditrice fait transférer une partie de ses archives littéraires personnelles à la Bibliothèque royale de La Haye. Une autre partie est ensuite déposée à l'AMVC-Letterenhuis d'Anvers, où les archives des éditions Manteau sont conservées.

Le 13 décembre 2003, l'Académie royale flamande des Sciences et des Arts lui remet la Gouden Penning (« Médaille d'Or »)[2].

Angèle Manteau meurt le 20 avril 2008 à l'âge de 97 ans dans un hôpital d'Alost.

Publications[modifier | modifier le code]

Recueils de contes
Autobiographie
  • Ja, maar mevrouw, deze schrijven Nederlands - Een uitgeefster aan het woord over het boekenvak (en collaboration avec Roger H. Schoemans), Standaard Uitgeverij, Anvers, 2000 (ISBN 90-02-20996-7)
Traductions
  • Emmanuel Bove
    • Mijn vrienden (Mes amis), Uitgeverij de Prom, Baarn, 1981
    • Armand, Uitgeverij de Prom, Baarn, 1983
  • Françoise Sagan
    • De geverfde vrouw (La Femme fardée), Uitgeverij de Prom, Baarn, 1982
    • Een roerloos onweer (Un Orage immobile), Uitgeverij de Prom, Baarn, 1983

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kevin Absillis (avec la participation de Annelies van Uytsel), Een kleine uitgeverij van stand - Uitgeverij A. Manteau / Les Editions Lumière 1956-1970, L.P. Boon-documentatiecentrum - Demian, Anvers, 2005 (ISBN 90-804548-8-5)
  • Kevin Absillis, « Angèle Manteau - Passion et indépendance au service de la littérature flamande » dans La Flandre, no 63, 2004 [lire en ligne]
  • Greta Seghers, Het eigenzinnige leven van Angèle Manteau, Prometheus, Amsterdam, 1992 (ISBN 9789053331040)
  • Ludo Simons, « La Baronne Angèle Manteau et sa maison d'édition » dans Septentrion, no 4, 1988, p. 81-82
  • Julien Weverbergh, De als kameleons uitgedoste oude koeien van Angèle Manteau, Manteau, Anvers, 1981 (ISBN 9789022308363)

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]