Androstadiénone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Androstadiénone
Image illustrative de l’article Androstadiénone
Molécule d'androstadiénone.
Identification
Nom UICPA 4,16-androstadiène-3one
No CAS 4075-07-4
PubChem 92979
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C19H26O
Masse molaire[1] 270,4091 ± 0,0173 g/mol
C 84,39 %, H 9,69 %, O 5,92 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’androstadiénone, ou 4,16 -androstadiène -3 one, est une hormone de nature stéroïdienne, dérivée de la testostérone et principalement sécrétée dans la sueur masculine (20 fois plus que chez la femme)[2].

Son contact déclenche une adaptation comportementale, comme une modulation de l'humeur chez la femme, et s’exerce de façon non consciente (cf. partie 2).

Voies et sites d’actions[modifier | modifier le code]

Chez les mammifères, les phéromones sont captées par un circuit nerveux différent du système olfactif appelé « organe voméronasal ». Ce nom dérive de l'os qui sépare les deux narines, le vomer. Il est constitué de terminaisons nerveuses situées de chaque côté de la cloison nasale et conduisant à un bulbe olfactif secondaire (ou accessoire).

L'existence d'un OVN (= organe voméronasal) chez l'humain a été très controversée. « Il faut un endoscope pour scruter cette zone nasale et les observations varient selon l'état des muqueuses. »(Johannes Frasnelli). En fonction de la méthode utilisée, on observe chez les animaux, une structure nerveuse particulière faisant partie de l'OVN, soit à deux ou trois centimètres de l'entrée de la cavité nasale. On retrouve cet ensemble chez 25 à 75 % des personnes. « Cette structure est néanmoins révélée chez 100 % des individus lorsqu'on procède par autopsie » (Johannes Frasnelli). Il existerait donc bel et bien une structure voméronasale chez l'être humain[3].
Cependant des études ont révélé que, chez l'humain, ce système restait inactif. Cet organe ne serait présent qu'à l'état de vestige et on peut donc envisager que la perception des phéromones passe par un autre circuit. L'hormone emprunterait la voie olfactive et activerait notamment l'aire préoptique et le noyau ventro-médian de l'hypothalamus chez les femmes hétérosexuelles et les hommes homosexuels[4]. L'androstadiènone agirait donc en fonction de l'orientation sexuelle et non pas du sexe biologique seul.

Différentes études et effets observés[modifier | modifier le code]

Chez l’humain, cette phéromone n’entraine pas de modification physiologique notable mais les effets observés sont plutôt de nature psychique. Ils sont à l’origine de comportements sociaux spécifiques comme les comportements sexuels et de modifications de l’état émotionnel. Ils interviendraient notamment dans le choix des partenaires sexuels. Diverses études ont été faites sur ce sujet et l’une des grandes difficultés est que la sensibilité des individus à cette « odeur » varie beaucoup.

Selon Johan Lundström, cette hormone module positivement l’humeur et l’éveil psychophysiologique des femmes hétérosexuelles, cependant l’effet n’est observé que si un expérimentateur masculin est présent. Selon Saxton, les femmes exposées à cette hormone jugent des hommes présents physiquement plus attractifs[2].

Même si l’androstadiénone agit principalement sur le psychisme, il a tout de même été observé des effets sur le système neurovégétatif [5]. Par exemple, une étude a montré que l’hormone couplée à une odeur de clou de girofle et appliquée sous le nez augmente la température cutanée des mains des hommes tandis que ça la diminue chez les femmes. Ce résultat n'a été prouvé qu’en présence d’un expérimentateur masculin dans la salle.

Les réponses comportementales des sujets sont différentes selon le genre et l’orientation sexuelle des individus. Les messagers olfactifs pourraient ainsi parfois, à l'insu de la personne, participer à une construction interne de l’être désiré[pas clair].

Applications[modifier | modifier le code]

Outre l’intérêt scientifique que suscitent les phéromones, leur utilisation commerciale dans des produits cosmétiques et dérivés a également vu le jour récemment. En effet, des « parfums érotiques » à base de phéromones qui visent à améliorer l’attractivité et les performances personnelles sont développés et commercialisés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b Organe voméronasal et phéromones Humaines, Didier Trotier, CNRS, ScienceDirect, 2010.
  3. Les phéromones humaines seraient captées par le système olfactif, Daniel Baril, UdeMNouvelles, 2011.
  4. L'odeur de l’autre, Gilles Gheusi et Pierre-marie LIedo, article de médecine sciences, pages 8-9 volume 21, Août-Septembre 2005.
  5. Psychological effects of musky compounds : comparison of androstadienone with androstenol and muscone., Jacob S., Garcia S., Hayreh D., McClintock, M.K, Horm behav 42:274-83, 2002.

Autres références[modifier | modifier le code]