Andrographis paniculata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La chirette verte, de nom latin Andrographis paniculata (syn. Justicia paniculata) est une plante de la famille des acanthacées native de l'Inde et du Sri Lanka.

Autres noms communs : andrographis, justicie, chirreta, carmantine, mahalita, roi des amers, échinacée d'Inde, Chuanxinlian (ou Chuan Xin Lian).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Andrographis paniculata est utilisée, depuis des siècles, en Inde, par les tribus Siddha pour la médecine ayurvédique, par les Tamouls, ainsi qu'en médecine tribale pour traiter la fièvre. Dans la médecine Siddha, l'Andrographis Paniculata est très utilisée pour traiter la fièvre.

L'Andrographis Paniculata est réputée pour ses défenses immunitaires et pour prévenir les infections respiratoires par des effets anti-inflammatoires, immunostimulants et fébrifuges. Depuis plusieurs années, elle est employée dans la médecine orientale comme bactéricide, tonique ou anti-diarrhéique.

Comme dit précédemment, elle permet de soigner des infections, des inflammations de la muqueuse intestinale, de diminuer la fièvre et aurait potentiellement un effet sur le choléra et le diabète. Selon certaines sources, cette plante aurait aussi des vertus permettant de diminuer le taux élevé de glucose et de lipides dans le sang, elle combattrait les microbes et les parasites, tout ayant des propriétés expectorant et antitussif. C’est-à-dire qu’elle permet d’améliorer l’expulsion des mucus de la trachée et d’arrêter la toux[2].

Elle a même été utilisée par un laboratoire américain pour essayer de soigner le sida.

De nos jours, l'OMS reconnaît l'usage de traitements à base de cette plante pour certaines infections respiratoires (rhume, sinusite, bronchite, pharyngite). Cette plante est déconseillée pour les femmes enceintes[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « IPNI Plant Name Details », sur www.ipni.org (consulté le )
  2. (en) Poh-etae A et Ketpanyapong W, « The wisdom of the deep south of Thailand: Case study on utilization of herbal medicine to treat domestic animal diseases by traditional doctors in Pattani, Yala and Narathiwat », sur Songklanakarin Journal of Science and Technology (SJST), (consulté le )
  3. Sophie Lacoste, Ma bible des plantes qui soignent, Paris, Leduc.S, , 767 p. (ISBN 979-10-285-1714-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :