Andris Nelsons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Andris Nelsons (né le 18 novembre 1978) est un chef d’orchestre letton.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Nelsons est né à Riga. Sa mère fonde l’un des premiers orchestres de musique en Lettonie, et son père était chef, violoncelliste, et professeur[1]. À cinq ans, sa mère et son beau-père, un chef de chœur, le conduisirent à une représentation du Tannhäuser de Richard Wagner, dont Nelsons parle comme d’une expérience très marquante :

« …cela eut un effet hypnotique sur moi. Je fus submergé par la musique. Quand Tannhäuser meurt, je me suis mis à pleurer. Je continue de croire que ce fut la chose la plus intense qui m’arriva dans mon enfance. »[2]

Pendant sa jeunesse, Nelsons étudie le piano, et maitrisait la trompette à 12 ans[2]. Il chante aussi en tant que baryton-basse pour l'orchestre de sa mère, et se passionne tout particulièrement pour la musique ancienne[3]. Il suivit les cours d’été de la Dartington International Summer School avec Evelyn Tubb. il est engagé comme trompettiste dans l’orchestre de l’Opéra national de Lettonie[4]

Carrière de chef d’orchestre[modifier | modifier le code]

Nelsons étudie la direction d’orchestre avec Alexander Titov à Saint-Pétersbourg, et participe aux master classes du chef Neeme Järvi et de Jorma Panula. Il attire l’attention de Mariss Jansons quand il est appelé en urgence au poste de 1er trompette de l’Orchestre philharmonique d’Oslo pendant une tournée[4]. Jansons devient son mentor, devient son élève en orchestration depuis 2002[5].

En 2003, Nelsons est nommé chef principal de l’Orchestre national de Lettonie, et reste en poste après quatre ans, jusqu’en 2007[6]. Sa passion pour l’opéra le conduit à sa première au Metropolitan Opera en octobre 2009, dans une production du Turandot[7]. En juillet 2010, Nelsons fait ses débuts au festival de Bayreuth, en supervisant pour la soirée d’ouverture une nouvelle production du Lohengrin de Wagner[8].

En 2006, Nelsons est élu puis réélu à 2008 chef principal du Nordwestdeutsche Philharmonie de Herford, mais démissionne à la fin de la saison 2009/2010. Au Royaume-Uni, il dirige à Manchester au studio de la BBC, et donne son premier concert avec le BBC Philharmonic au Bridgewater Hall en novembre 2007[9]. En octobre 2007, le City of Birmingham Symphony Orchestra (CBSO) élit Nelsons directeur artistique et chef principal, pour un mandat de trois ans[10]. Cet emploi était occasionnel et il ne conduisit le CBSO qu’en concert privé et pour un enregistrement, sans concert public, espérant être nommé au poste[5].En juillet 2009, son contrat avec le CBSO est reconduit jusqu’en 2014[11]. En août 2012, il est rengagé jusqu’en 2015[12]. Avec le CBSO, Nelsons enregistre des œuvres du répertoire de Tchaikovsky[13],[14], Richard Strauss[15], et de Stravinsky[16] pour la maison de disque Orfeo.

Séparément du CBSO, Nelsons a également enregistré pour le label allemand BR-Klassik[17].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Nelsons est marié à la chanteuse lyrique Kristīne Opolais, une soprano lettone. Ils se sont rencontrés durant un concert de l’Orchestre de l’opéra national de Lettonie, dont elle était membre. Plus tard, elle devint soliste du Grand Chœur de l’opéra[18]. Le couple se maria en 2011[19]. Leur premier enfant, Adriana Anna, est né le 28 décembre 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mark Kanny, « Conductor savors ties with Jansons », Pittsburgh Tribune-Review,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Richard Morrison, « Andris Nelsons's rapid rise to the top », The Times,‎ (lire en ligne)
  3. Geoffrey Norris, « Andris Nelsons: 'J’ai voulu diriger depuis l’âge de 5 ans' », Telegraph,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Terry Grimley, « Andris takes the CBSO helm », Birmingham Post,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Charlotte Higgins, « Un jeune letton appelé à dirigé le City of Birmingham orchestra », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  6. Geoffrey Norris, « The young ones seize the baton », Telegraph,‎ (lire en ligne)
  7. Anthony Tommasini, « He's Come to Melt the Heart of an Ice Princess », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  8. George Loomis, « Young Conductor at the Forefront of His Field », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  9. Tim Ashley, « BBCPO/Nelsons », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  10. Press Release, « New direction at CBSO », Birmingham Music,‎ (lire en ligne)
  11. Terry Grimley, « CBSO's Andris Nelsons to stay for three more years after record season », Birmingham Post,‎ (lire en ligne)
  12. « Andris Nelsons renews contract with City of Birmingham Symphony Orchestra », City of Birmingham Symphony Orchestra,‎ (consulté le 18 août 2012)
  13. Christopher Morley, « First love rekindled for Andris Nelsons and CBSO », Birmingham Post,‎ (lire en ligne)
  14. Tim Ashley, « Tchaikovsky: Francesca da Rimini; Symphony No 4 », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  15. Andrew Clements, « Strauss: Ein Heldenleben; Rosenkavalier Suite, City of Birmingham SO, Nelsons », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  16. Tim Ashley, « Stravinsky: The Firebird; Symphony of Psalms », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  17. Andrew Clements, « Antonín Dvořák: Symphony No 9; A Hero's Song – review », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  18. Christopher Morley, « Kristine Opolais takes double role in La bohème », Birmingham Post,‎ (lire en ligne)
  19. Christopher Morley, « Orchestral manoeuvres for Andris Nelsons », Birmingham Post,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]