Andrew Wakefield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Andrew Wakefield

Naissance 1957
Nationalité Britannique
Renommé pour controverse récente liant les vaccins ROR à l'autisme

Andrew Wakefield (né en 1957) est un ancien chirurgien britannique et chercheur médical connu pour ses affirmations frauduleuses[1] faisant état d'une relation de cause à effet entre le vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéoles (Vaccin ROR) et l'autisme et ce qu'il a appelle « l'entérocolite autistique » (autistic enterocolitis), terme inventé par lui-même. Ce lien controversé entre le ROR et la prétendue entérocolite autistique fut forgé par Wakefield pour décrire une forme de maladie inflammatoire des intestins, dont l'existence n'est toujours pas prouvée[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Les travaux d'Andrew Wakefield furent publiés sous forme d'étude en 1998 dans The Lancet, prestigieuse publication internationale de médecine générale. Quatre ans après cette publication princeps, les résultats d'autres chercheurs ne confirmaient ni ne reproduisaient toujours pas ceux de Wakefield[3]. Une enquête d'un reporter du Sunday Times (journal britannique), Brian Deer, identifia des conflits d'intérêts d'ordre financier non divulgués par Wakefield[4]. La plupart de ses coauteurs rétractèrent alors leur soutien à Wakefield et aux conclusions de son étude[5].

Le British General Medical Council (GMC) conduisit une enquête à propos des allégations de mauvaise conduite contre Wakefield et deux de ses anciens collègues[6]. L'enquête fut centrée sur les nombreuses découvertes de Deer, dont celle révélant que des enfants autistes furent sujets à des procédures médicales invasives inutiles[7], comme des coloscopies et des ponctions lombaires, que Wakefield a exécutées sans l'approbation éthique préalablement requise par un comité.

Le 28 janvier 2010, un tribunal de 5 membres du GMC prouva la véracité de plus d'une trentaine des inculpations contre Wakefield, parmi lesquelles quatre inculpations pour « malhonnêteté », et douze pour abus contre enfants victimes de troubles du développement[8]. Le tribunal a jugé que Wakefield a « failli à son devoir de consultant responsable », a agi contre l'intérêt de ses patients, « malhonnêtement et de manière non responsable » lors de son étude[9],[10],[11]. The Lancet rétracta immédiatement et complètement la publication de l'étude de 1998 de Wakefield sur la base des résultats de l'enquête du GMC, notant que des éléments du manuscrit furent falsifiés[12]. Wakefield fut radié du registre médical (c'est-à-dire renvoyé de l'Ordre des Médecins) en mai 2010 et n'est plus autorisé à exercer la médecine au Royaume-Uni[13].

En janvier 2011, un article de Brian Deer publié dans le British Medical Journal identifia les travaux de Wakefield comme une « fraude élaborée »[1],[14],[15]. Dans un article faisant suite à ce dernier[16], Deer affirme que Wakefield prévoyait de lancer une entreprise s'appuyant sur une campagne de propagande anti-vaccins[17]. Un prospectus pour les investisseurs potentiels dans l'entreprise de Wakefield suggérait qu'un test de dépistage pour la maladie que Wakefield voulait appeler « entérocolite autistique » pouvait produire jusqu'à 28 millions de Livres Sterling de revenus (plus de 32 millions d'euros), avec des tests de dépistages effectués dans le cas de litiges entre patients et médecins comme marché initial, aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Cependant, entretemps, l'étude de Wakefield ainsi que les recommandations publiques contre l'utilisation du vaccin combiné ROR furent liées à un fort déclin des taux de vaccinations au Royaume-Uni ainsi qu'à une augmentation des cas de rougeoles y correspondant, le tout résultant en de sérieux troubles de la santé ainsi que plusieurs décès[18],[19],[20].

À ce jour, Wakefield continue malgré tout de défendre ses recherches et ses conclusions, affirmant qu'il n'y a eu ni fraude, ni canular, ni mobile financier[21].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • (en) Andrew J Wakefield (préf. Jenny McCarthy), Callous Disregard: Autism and Vaccines: The Truth Behind a Tragedy, Skyhorse Publishing,‎ 24 mai 2010 (ISBN 1-61608-169-4)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Withdrawn : (en) Hewitson L, Houser LA, Stott C, Sackett G, Tomko JL, Atwood D, Blue L, White ER, Wakefield AJ, « WITHDRAWN: Delayed acquisition of neonatal reflexes in newborn primates receiving a thimerosal-containing Hepatitis B vaccine: Influence of gestational age and birth weight », Neurotoxicology,‎ octobre 2009 (PMID 19800915, DOI 10.1016/j.neuro.2009.09.008, lire en ligne)
  • Retracted : (en) Wakefield AJ, Anthony A, Murch SH, Thomson M, Montgomery SM, Davies S, O'Leary JJ, Berelowitz M, Walker-Smith JA, « Enterocolitis in children with developmental disorders », Am. J. Gastroenterol., vol. 95, no 9,‎ septembre 2000, p. 2285–95 (PMID 11007230, DOI 10.1111/j.1572-0241.2000.03248.x)Modèle:Retracted paper
  • Retracted : (en) Wakefield AJ, Murch SH, Anthony A, Linnell J, Casson DM, Malik M, Berelowitz M, Dhillon AP, Thomson MA, Harvey P, Valentine A, Davies SE, Walker-Smith JA, « Ileal-lymphoid-nodular hyperplasia, non-specific colitis, and pervasive developmental disorder in children », The Lancet, vol. 351, no 9103,‎ 1998, p. 637–41 (PMID 9500320, DOI 10.1016/S0140-6736(97)11096-0, lire en ligne)Modèle:Retracted paper
    • Retraction: (en) The Editors Of The Lancet, « Retraction—Ileal-lymphoid-nodular hyperplasia, non-specific colitis, and pervasive developmental disorder in children », The Lancet, vol. 375, no 9713,‎ février 2010, p. 445 (PMID 20137807, DOI 10.1016/S0140-6736(10)60175-4)
  • (en) AJ Wakefield, A Ekbom, AP Dhillon, RM Pittilo et RE Pounder, « Crohn's disease: pathogenesis and persistent measles virus infection », Gastroenterology, vol. 108, no 3,‎ mars 1995, p. 911–6 (PMID 7875495, DOI 10.1016/0016-5085(95)90467-0)
  • (en) AJ Wakefield, RM Pittilo, R Sim, SL Cosby, JR Stephenson, AP Dhillon et RE Pounder, « Evidence of persistent measles virus infection in Crohn's disease », J. Med. Virol., vol. 39, no 4,‎ avril 1993, p. 345–53 (PMID 8492105, DOI 10.1002/jmv.1890390415)
  • (en) AJ Wakefield, EA Sankey, AP Dhillon, AM Sawyerr, L More, R Sim, RM Pittilo, PM Rowles et M Hudson, « Granulomatous vasculitis in Crohn's disease », Gastroenterology, vol. 100, no 5 Pt 1,‎ mai 1991, p. 1279–87 (PMID 2013373)
  • (en) AJ Wakefield, AM Sawyerr, AP Dhillon, RM Pittilo, PM Rowles, AA Lewis et RE Pounder, « Pathogenesis of Crohn's disease: multifocal gastrointestinal infarction », The Lancet, vol. 2, no 8671,‎ novembre 1989, p. 1057–62 (PMID 2572794)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Godlee F, Smith J, Marcovitch H, « Wakefield's article linking MMR vaccine and autism was fraudulent », BMJ, vol. 342,‎ 2011, c7452 (DOI 10.1136/bmj.c7452, lire en ligne)
  2. http://www.minerva-ebm.be/fr/article.asp?id=2052
  3. (en) Black C, Kaye JA, Jick H, « Relation of childhood gastrointestinal disorders to autism: nested case-control study using data from the UK General Practice Research Database », BMJ, vol. 325, no 7361,‎ août 2002, p. 419–21 (PMID 12193358, PMCID 119436, DOI 10.1136/bmj.325.7361.419)
  4. (en) Deer, Brian, « Revealed: MMR research scandal », The Sunday Times, London,‎ 22 février 2004 (lire en ligne)
  5. (en) Maggie McKee, « Controversial MMR and autism study retracted », New Scientist,‎ 4 mars 2004 (lire en ligne)
  6. (en) rédaction, « MMR doctor 'to face GMC charges' », BBC News,‎ 12 juin 2006 (lire en ligne)
  7. (en) Ferriman A, « MP raises new allegations against Andrew Wakefield », BMJ, vol. 328, no 7442,‎ mars 2004, p. 726 (PMID 15612092, PMCID 381348, DOI 10.1136/bmj.328.7442.726-a)
  8. [PDF] (en) Deer, Brian, « General Medical Council, Fitness to Practise Panel Hearing, 28 January 2010, Andrew Wakefield, John Walker-Smith & Simon Murch », briandeer.com (consulté le 6 janvier 2011)
  9. (en) rédaction, « MMR-row doctor failed in his duties », Yorkshire Evening Post,‎ 28 janvier 2010 (lire en ligne)
  10. (en) rédaction, « MMR scare doctor 'acted unethically', panel finds », BBC News,‎ 28 janvier 2010 (lire en ligne)
  11. (en) Boseley, Sarah, « Andrew Wakefield found 'irresponsible' by GMC over MMR vaccine scare », The Guardian,‎ 28 janvier 2010 (lire en ligne)
  12. (en) The Editors Of The Lancet, « Retraction--Ileal-lymphoid-nodular hyperplasia, non-specific colitis, and pervasive developmental disorder in children », Lancet, vol. 375, no 9713,‎ février 2010, p. 445 (PMID 20137807, DOI 10.1016/S0140-6736(10)60175-4, lire en ligne)
  13. (en) Meikle, James and Sarah Boseley, « MMR row doctor Andrew Wakefield struck off register », The Guardian, London,‎ 24 mai 2010 (lire en ligne)
  14. (en) Associated Press, « Study linking vaccine to autism was fraud », NPR,‎ 1er janvier 2011 (lire en ligne)
  15. (en) Rose, David, « Lancet journal retracts Andrew Wakefield MMR scare paper », Times Online, London,‎ 3 février 2010 (lire en ligne)
  16. (en) Deer B, « How the vaccine crisis was meant to make money », BMJ, vol. 342,‎ 11 janvier 2011, c5258 (DOI 10.1136/bmj.c5258, lire en ligne)
  17. (en) rédaction, « Vaccine study's author held related patent, medical journal reports », CNN,‎ 11 janvier 2011 (lire en ligne)
  18. (en) Poland GA, Jacobson RM, « The Age-Old Struggle against the Antivaccinationists », N Engl J Med, vol. 364, no 2,‎ 13 janvier 2011, p. 97–9 (PMID 21226573, DOI 10.1056/NEJMp1010594, lire en ligne)
  19. (en) Deer, Brian, « Hidden records show MMR truth », Sunday Times, London,‎ 19 février 2009 (lire en ligne)
  20. (en) rédaction, « Study linking vaccines to autism is 'fraudulent' », Time,‎ 6 janvier 2011 (lire en ligne)
  21. (en) PRNewswire, « Statement From Dr. Andrew Wakefield: No Fraud. No Hoax. No Profit Motive », PharmaLive.com,‎ 13 janvier 2011 (lire en ligne)