Andreas Scholl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’opéra ou l’opérette image illustrant un chanteur image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant l’opéra ou l’opérette et un chanteur allemand.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Andreas Scholl
Description de l'image Andreas Scholl 2010.jpg.
Naissance
Eltville, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Artiste lyrique
contreténor
Site internet http://www.andreasschollsociety.org/

Andreas Scholl est un contreténor allemand né le à Eltville (Allemagne) dans une famille de chanteurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il intègre la maîtrise des Kiedricher Chorbuben à l'âge de sept ans.

Il est marié depuis août 2012 à la pianiste israélienne Tamar Halperin.

De 1987 à 1993, il étudie à la Schola Cantorum de Bâle où il est l'élève de Richard Levitt, puis de René Jacobs, et où, de nos jours, il enseigne.

En 1993, il donne son premier récital au théâtre Grévin, où il reçoit un accueil enthousiaste.

En 1998, il fait ses débuts à l'opéra au festival de Glyndebourne, en interprétant le rôle de Bertarido dans Rodelinda de Haendel, sous la direction de William Christie. Il interprète à nouveau ce rôle à Glyndebourne en 1999 et 2002, puis au Metropolitan Opera en 2011.

En 2002 et 2005, il interprète le rôle titre dans Giulio Cesare in Egitto de Haendel.

Sa voix le dirige naturellement vers la musique baroque. Il chante sous la direction de chefs célèbres comme René Jacobs, Philippe Herreweghe, William Christie, John Eliot Gardiner...

Grand admirateur de Klaus Nomi, il lui a dédié sa version de l'Air du froid ("What Power Art Thou?"), parue en 2010 sur son CD O Solitude (Decca).

Discographie[modifier | modifier le code]

Il a enregistré chez Decca et Harmonia Mundi

Quelques enregistrements majeurs :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rodelinda, sur prestoclassical.co.uk. Consulté le 8 mars 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]