Andrea H. Japp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Andrea Japp)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Andrea H. Japp
Nom de naissance Lionelle Nugon
Alias
Hélène Narbonne
Naissance (62 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Andrea H. Japp, pseudonyme de Lionelle Nugon-Baudon, née le à Paris, est une scientifique et auteure française. « Figure incontestable de la littérature policière » [1], elle a abordé tous les genres, suspense, thriller, historique, nouvelles, comédies, jeunesse, bande dessinées, scénarios de télévision. Ses romans ont été traduits dans de nombreux pays (Angleterre, USA, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Russie, etc.) et elle est par ailleurs la traductrice française des romans de Patricia Cornwell mettant en scène le personnage de Kay Scarpetta.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait ses études supérieures à Paris et à Boston. Elle est docteur en biochimie. Elle se forme à la toxicologie au MIT(Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, USA, post-Doc) et obtient un diplôme de bactériologie de l'Institut Pasteur (Paris) de retour en France. Chercheuse réputée, elle est « Experte auprès de la NASA », chargée de recherches à l'INRA où elle dirige une équipe scientifique[2]. Elle a également été experte auprès d'autres institutions et entreprises privées et chargée de la communication scientifique externe du département "nutrition, alimentation, sécurité alimentaire" de l'INRA (Jouy-en-Josas). Sous son patronyme, elle a publié des ouvrages scientifiques sur l'alimentation, l'environnement et l'écologie:Toxic Bouffe (1996), Maisons toxiques (1999), Ecocitoyen, à vous d’agir (2008).

Elle publie en 1991 son premier roman policier, La Bostonienne, qui remporte le prix du roman policier du Festival de Cognac.

La Femelle de l’espèce est Masque de l’année en 1996 : « Bien construit, tonique, haletant, ce roman noir frappe par la rage contenue, la brutalité rentrée qui le tend de bout en bout. À l’image de son héroïne »[3].

Gloria Parker-Simmons, son personnage de femme mathématicienne qui aide le FBI, est emblématique des thèmes qui parcourent son œuvre : « Le plaisir de lecture vient… du développement parfaitement maîtrisé d’une intrigue savoureusement retorse… Plus profondément, c’est la précision psychologique qui retient l’attention. Et la noirceur du monde que décrit Andrea H. Japp, hanté par des êtres repliés sur leurs blessures intimes, enfermés dans leur souffrance et leur solitude. Une douleur et une rage extrêmes que l’auteur exprime avec une particulière violence, animale et charnelle »[4]. «  Elle évacue ainsi les sujets qui l’empoisonnent, elle, dans la vie. Ceux qui la révoltent, la font hurler. Comme les discriminations sous toutes leurs formes, les violences faites aux femmes et aux enfants »[5].

Sur un registre plus léger, elle aborde également la comédie policière en 1993 avec CSMeurtres et La Petite Fille au chien jaune : « Andrea Japp a du tempérament et règle son compte avec verve à l’humeur machiste qui régna longtemps, faute de mieux, sur le marché du crime hexagonal »[6]. Elle reprendra cette veine à partir de 2009 avec la série des « Cinq filles ».

En 1998, elle est membre du jury du Festival du Film policier de Cognac. Elle crée en 1999 au Masque la collection « Noires racines », où elle publie entre autres Brigitte Aubert, Maud Tabachnik, Patrick Raynal. En 2002, elle remporte le prix des incorruptibles pour Entretiens avec une tueuse, paru dans cette même collection. Elle dirige ensuite de 2002 à 2004 la collection Flammarion noir.

À partir de 2006, elle se lance avec La Dame sans terre - « … une merveille de fluidité narrative et de finesse psychologique »[7], « Un thriller médiéval mené tambour battant et crinière au vent par l’une de nos « reines du noir » [8] - dans une série de cycles de romans policiers historiques.


Elle est également auteur de scénarios de téléfilms et de bandes dessinées, et écrit pour la jeunesse.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans policiers contemporains[modifier | modifier le code]

Série Gloria Parker-Simmons[modifier | modifier le code]

Les quatre volumes de cette série ont fait l'objet d'une réédition globale en un volume :

  • 1. Le Cycle des Gloria (présentation de Marie-Caroline Aubert : Andrea H. Japp ou le meurtre en équations), Paris, éditions du Masque, coll. « Intégrales », 2001, 958 p., (ISBN 2-7024-3006-6)

Postérieurement, Andrea H. Japp a repris ses héros dans l'ouvrage suivant :

Série Le Septième Cercle / La Voyageuse[modifier | modifier le code]

Série Helen Baron[modifier | modifier le code]

Série Diane Silver[modifier | modifier le code]

Série Cinq filles[modifier | modifier le code]

Autres romans contemporains[modifier | modifier le code]

Romans policiers historiques[modifier | modifier le code]

Série La Dame sans terre[modifier | modifier le code]

Série Druon de Brévaux[modifier | modifier le code]

  • Tome 1: Aesculapius : Les Mystères de Druon de Brévaux, Paris, éditions Flammarion, 2010, 446 p. (ISBN 978-2-081-22544-2), (notice BnF no FRBNF42142701)
  • Tome 2: Lacrimae : Les Mystères de Druon de Brévaux, Paris, éditions Flammarion, 2010, 458p. (ISBN 978-2-081-22546-6)
  • Tome 3: Templa Mentis : Les Mystères de Druon de Brévaux, Paris, éditions Flammarion, , 472P; (ISBN 978-2-0812-4869-4)
  • Tome 4: In anima vili : Les Mystères de Druon de Brévaux, Paris, éditions Flammarion, (ISBN 978-2-081-27838-7)

Série Les Enquêtes de M. de Mortagne, bourreau[modifier | modifier le code]

Série La Malédiction de Gabrielle[modifier | modifier le code]

Autres romans policiers historiques[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Andrea Japp (scénario) et Katou (Bernard, dessins), Portrait de femmes avec tueur, Paris, éditions du Masque, coll. « Petits meurtres », 2001, 118 p., (ISBN 2-7024-9362-9), (notice BnF no FRBNF37637428)
  • Andrea Japp (scénario) et Katou (Bernard, dessins), Le Syndrome de Munchaüsen, Paris, EP éditions, coll. « Petits meurtres », 2003, 71 p., (ISBN 2-84810-027-3), (notice BnF no FRBNF39107924)

Ouvrages scientifiques et traductions signés Lionelle Nugon-Baudon[modifier | modifier le code]

  • Toxic-bouffe, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 1994, 301 p., (ISBN 2-7096-1477-4), (notice BnF no FRBNF35723537) ; réédition, Paris, Marabout, « Marabout pratiques » no 2757, Paris, 1995, 307 p., (ISBN 2-501-02285-8), (notice BnF no FRBNF35780827).
  • Toxic-bouffe, le dico, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 1997, 317 p., (ISBN 2-7096-1804-4), (notice BnF no FRBNF36966590) ; réédition, Paris, J'ai lu, « J'ai lu : Bien-être » no 7216, Paris, 2001, 349 p., (ISBN 2-290-30937-0), (notice BnF no FRBNF37652763).
  • Maison toxique : eau, air, ameublement, plantes, Paris, Flammarion, 1999, 314 p., (ISBN 2-08-067542-7), (notice BnF no FRBNF37078811) ; réédition, Paris, J'ai lu, « J'ai lu : Bien-être » no 7229, Paris, 2001, 263 p., (ISBN 2-290-31174-X), (notice BnF no FRBNF37652816) (en collaboration avec Évelyne Lhoste)
  • Zoom sur la génétique, Paris, Hachette jeunesse, 1999 ( sous le nom d'Hélène Bosset)
  • Zoom sur la nutrition, Paris, Hachette jeunesse, 2000, 48 p., (ISBN 2-01-291917-0), (notice BnF no FRBNF37210812) (en collaboration avec Évelyne Lhoste)
  • Zoom sur la génétique, Paris, Hachette jeunesse, 48 p. (ISBN 978-2012919051) (sous le nom d'Hélène Bosset)
  • Bien se nourrir avec 10 F, Paris, EJL, coll. « Librio » no 506, 2001, 94 p., (ISBN 2-290-31577-X), (notice BnF no FRBNF38836548)
  • Vivre dans une maison saine, Paris, Marabout, 2005, 127 p., (ISBN 2-501-04260-3), (notice BnF no FRBNF39945760) ; réédition refondue sous le titre Trucs et astuces pour une maison écolo, Paris, Marabout, « Marabout : vie quotidienne » no 1580, Paris, 2008, 252 p., (ISBN 978-2-501-05676-2), (notice BnF no FRBNF41268281). (en collaboration avec Évelyne Lhoste)
  • Régimes : vérités et mensonges, Paris, Marabout, 2007, 220 p., (ISBN 978-2-501-04397-7), (notice BnF no FRBNF41023695) ; nouvelle édition augmentée Paris, Marabout, « Marabout : santé » no 2935, Paris, 2008, 252 p., (ISBN 978-2-501-05692-2), (notice BnF no FRBNF41349584). (en collaboration avec Évelyne Lhoste)
  • Écocitoyen : à vous d'agir, Paris, Marabout, 2008, 239 p., (ISBN 978-2-501-05496-6), (notice BnF no FRBNF41200970)
  • Trop de sucre, Mark Hyman, Traduction, Editions Marabout, 2013, 476 p, (ISBN 2501083067)
  • Le grand mythe du cholestérol, Dr J.Bowden, Dr S.Sinatra Préface du Dr Michel de Lorgeril, Traduction, Editions Marabout, 2014, 371p, (ISBN 2501119746)
  • 120 recettes pour décrocher du sucre, Dr Jacob Teitelbaum et Chrystle Fiedler, recettes de Deirdre Rawlings, Traduction, Marabout 2015, 384p, (ISBN 2501100042)
  'Jeunesse'
  • Alien Base, Paris, Hachette Jeunesse, Collection Histoires masquées, 24 p. 1998, (ISBN 2012098657)
  • Le serment d’amour, Cinq récits du Moyen âge, nouvelle Urdin le fétaud, Rageot Éditeur, 2008, (ISBN 2700233832)
  • Le grand livre des doudous, , Album, 30 illustrateurs et 30 plumes pour soutenir Enfance et Partage, Gautier-Languereau, 2007, (ISBN 2013913443)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

À partir de 1995, alors qu'elle publie depuis quatre ans ses propres romans policiers aux Éditions du Masque, celles-ci lui proposent de traduire en français les romans de Patricia Cornwell mettant en scène Kay Scarpetta. De 1995 à 2004, ces traductions ont été publiées sous le nom de plume d'« Hélène Narbonne »[9], aux Éditions du Masque puis chez Calmann-Lévy. Depuis 2005, à partir de Signe suspect, les traductions des nouveaux romans de la série « Scarpetta » sont publiées sous le nom d'« Andrea H. Japp », tandis que les Éditions des Deux Terres, nouvel éditeur français de la romancière américaine, lui demandent de procéder à de nouvelles traductions des cinq premiers romans de Patricia Cornwell.

Selon Andrea H. Japp, les Éditions du Masque auraient estimé que, par sa formation scientifique, son aisance dans le domaine littéraire et sa bonne connaissance de la langue anglaise (Lionelle Nugon-Baudon ayant séjourné assez longtemps aux États-Unis), elle était compétente pour rapporter en français les « procédés et méthodologies scientifiques assez haut de gamme » utilisés par Patricia Cornwell dans ses œuvres[10].

Sous le nom de plume d'« Hélène Narbonne » étaient également parues, ponctuellement, trois traductions d'autres auteurs :

  • Simon Brett, D'amour et d'eaux troubles (Dead Romantic), Le Masque, 1993
  • Shizuko Natsuki, La Promesse de l'ombre (The Third Lady), Le Masque, 1994
  • Richard Matheson, La Traque (Hunted Past Reason), Flammarion, 2003

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=auteur&id=2313.
  2. Dictionnaire des littératures policières, p. 32.
  3. Le Monde, Michel Abescat, 6 avril 1996.
  4. Le Monde, Michel Abescat, 17 juillet 1998
  5. Libération, Sandrine Cabut, 28 juin 2001. https://www.liberation.fr/portrait/2001/06/28/la-litterature-a-l-estomac_369549
  6. Libération, François Rivière, 28 avril 1994.
  7. Le Figaro Magazine, Jean-Christophe Buisson, 15 juillet 2006.
  8. Marie Claire, Alexie Lorca, mai 2006.
  9. Notice d'autorité personne «  Japp, Andrea H. (1957-....) », dans le catalogue général de la Bibliothèque nationale de France.
  10. Entretien avec Andrea H. Happ, sur le site Plume Libre, mars 2006, consulté le 2 janvier 2012. Dans cet entretien, Andrea H. Japp indique également que, malgré son intérêt pour l'œuvre d'autres auteurs, elle ne dispose pas du temps nécessaire pour se consacrer à d'autres traductions que celles des romans de la série « Scarpetta ».