Andrea Carandini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’archéologie image illustrant une personnalité image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant l’archéologie et une personnalité italienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Andrea Carandini
Carandini Napolitano.jpg

Andrea Carandini

Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Maître
Directeur de thèse

Andrea Carandini (né en 1937 à Rome) est un archéologue italien spécialiste de la Rome antique. Parmi ses nombreuses fouilles prennent place celles de la villa de Settefinestre (entre Capalbio et Orbetello en Toscane). Il a été l'étudiant de Ranuccio Bianchi Bandinelli.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'ambassadeur et ancien ministre Nicolò Carandini et, comme lui, comte, Andrea Carandini est né à Rome et enseigne l'archéologie à l'Université de Rome « La Sapienza », où il est l'actuel titulaire de la chaire d'archéologie classique. Ses recherches portent en particulier sur la topographie de Rome, l'Étrurie à l'époque romaine et l'analyse des complexes monumentaux de diverses cités d'Italie (Volterra, Grumentum, Pompéi, et Véies).

Depuis 1993, il a coordonné un projet dans la banlieue de Rome et la vallée du Tibre en liaison avec la Superintendance archéologique et la Superintendance communale de Rome. Il continue à diriger les fouilles de la pente nord du Palatin, où d'importantes découvertes relatives à la ville primitive de Rome furent faites, parmi lesquelles la découverte du célèbre mur du Palatin[1] en 1988.

Dans les années 1990 Andrea Carandini a été impliqué dans les fouilles de l'auditorium[2] à Rome, une structure domestique importante datée du Ve siècle av. J.-C., vraisemblablement une résidence monumentale d'un clan important (gens). Certaines de ses idées sur l'historicité de Romulus sont sujettes à controverse. « Carandini est un archéologue reconnu, qui a une manière intéressante et pleine d'imagination d'interpréter les conclusions » dit de lui Tim Cornell[3], directeur de l'Institut d'études classiques à l'Université de Londres

Andrea Carandini était, par ailleurs, un lointain cousin du comédien britannique Christopher Lee.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ricerche sullo stile e la cronologia dei mosaici della Villa di Piazza Armerina (1964)
  • La secchia Doria: una "storia di Achille" tardo-antica. Contributo al problema dell'industria artistica di tradizione ellenistica in Egitto. (1965)
  • Vibia Sabina : funzione politica, iconografia e il problema del classicismo adrianeo (1969)
  • Schiavi e padroni nell'Etruria romana : la Villa di Settefinestre dallo scavo alla mostra (1979)
  • Archeologia e cultura materiale: dai lavori senza gloria nell'antichità a una politica dei beni culturali (1979)
  • Esclaves et maîtres en Etrurie romaine : les fouilles de la villa de Settefinestre : catalogue de l'exposition (1981)
  • Storie dalla terra. Manuale di scavo (1981)
  • Filosofiana, la villa di Piazza Armerina : immagine di un aristocratico romano al tempo di Costantino (1982)
  • La Romanizzazione dell'Etruria : il territorio di Vulci (1985)
  • Settefinestre : una villa schiavistica nell'Etruria romana (1985)
  • Schiavi in Italia : gli strumenti pensanti dei Romani fra tarda Repubblica e medio Impero (1988)
  • Roma: Romolo, Remo e la fondazione della città (2000)
  • Archeologia del mito. Emozione e ragione fra primitivi e moderni (2002)
  • Paesaggi d’Etruria. La Valle dell’Albegna, la valle d’Oro e la Valle del Chiarore (2002, with F. Cambi)
  • Variations sur le thème de Romulus. Réflexions après la parution de l’ouvrage « La nascita di Roma » (in De Boccard, La naissance de la ville dans l’Antiquité, 2003)
  • Il mito romuleo e le origini di Roma (in M. Citroni, Memoria e identità. La cultura romana costruisce la sua immagine, 2003)
  • La nascità di Roma. Dei, Lari, eroi e uomini all'alba di una civiltà (2003)
  • Palatino, Velia e Sacra Via: Paesaggi urbani attraverso il tempo (2004)
  • Remo e Romolo. Dai rioni dei Quiriti alla città dei Romani (775/750 - 700/675 a.C. circa) (2006)
  • La leggenda di Roma (2006)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'article du New York Times du 10 juin 1988 consacré à cette découverte
  2. La Villa dell'Auditorium sur le site officiel du service des Monumenti Antichi e Scavi Archeologici de la ville de Rome
  3. Voir l'article La storia oltreoceano - Il palazzo di Romolo ?, Il Messaggero, 8 mai 2005