Andreï Mironov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la culture russe image illustrant un acteur image illustrant russe
Cet article est une ébauche concernant la culture russe et un acteur russe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mironov.
Andreï Mironov
Description de l'image Russia-2001-stamp-Andrei Mironov.jpg.
Naissance
Moscou, RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité Drapeau de l'URSS soviétique
Décès (à 46 ans)
Riga, RSS de Lettonie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Profession Acteur

Andreï Alexandrovitch Mironov (russe : Андрей Александрович Миронов), né le à Moscou, mort le à Riga est un acteur de théâtre et cinéma, acteur de doublage et chanteur soviétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Alexander Menaker et Maria Mironova, tous deux acteurs de théâtre et cinéma, Andrei Mironov nait à Moscou alors en Union soviétique. Dès son plus jeune âge, le garçon rêve d'embrasser une carrière artistique. En 1952, il passe une audition pour Le Tour du monde de Sadko, mais ne sera pas retenu par Alexandre Ptouchko. Il joue dans la troupe du théâtre amateur de son école, puis, s'inscrit au studio d'art dramatique au sein du Théâtre Central pour enfants.

Après ses études secondaires, en 1958, il s'inscrit à l'Institut d'art dramatique Boris Chtchoukine du Théâtre Vakhtangov, et obtient son premier rôle au cinéma en 1960, dans la comédie Et si c'était l'Amour? de Youli Raizman, mais le film est démoli par la critique. En 1962, il finit son cursus avec le diplôme rouge, équivalent soviétique de la mention très bien, et intègre la troupe du théâtre de la Satire auquel il restera fidèle pendant vingt-cinq ans.

Parallèlement à son travail au théâtre, Mironov poursuit sa carrière cinématographique. En 1963, il se fait remarquer dans la comédie Trois plus deux (ru) de Genrikh Oganessian, puis, enchaîne avec Mon petit frère d'Alexandre Zarkhi. Il connait un véritable succès à la sortie de Attention, automobile d'Eldar Riazanov, où il joue aux côtés d'Innokenti Smoktounovski, célèbre pour sa performance dans Hamlet de Grigori Kozintsev juste avant[1]. L'année 1969 est marquée par la sortie du Bras de diamant de Leonid Gaïdaï, le film qui devient culte pour plusieurs générations de russes et atteint la 1ère place par le nombre de spectateurs à sa sortie (76.7 millions). Mironov dans le rôle de Kozodoïev, un acolyte maladroit d'un vrai truand (Anatoli Papanov), y donne la réplique à Youri Nikouline qui joue le citoyen soviétique modèle[2]. Mironov s'y illustre également comme chanteur, en interprétant L'Ile de la malchance (Ostrov nevezenya), qui avec d'autres chansons du film sortira sur un disque vinyle.

Un autre film notable dans la carrière de Mironov, Le Bien de la République de Vladimir Bytchkov (ru), où il joue le rôle principal, sort en 1972. Il y interprète également une chanson A qui le tour ? (Kto na novenkogo ?) qui, avec les scènes d'escrime et poursuites, contribue à l'ambiance de cette comédie d'aventure.

En 1973, Mironov tient l'un des seconds rôles dans Les Vieillards-braqueurs (ru) du célèbre Eldar Riazanov. La même année, il joue dans l'adaptation des Petites comédies d'un grand immeuble de Grigori Gorine (ru) et Arkadi Arkanov, mise en scène au Théâtre de la Satire par Valentin Ploutchek (ru) et enregistré pour la télévision. Mironov s'y essaye également comme metteur en scène, avec Alexander Schirvindt (en).

Le , à l'occasion de la première projection des Incroyables aventures des Italiens en Russie d'Eldar Riazanovs, où Mironov incarne l'un des héros principaux, on organise une rencontre d'artistes avec le public dans la salle de cinéma Rossiya. Le 16 octobre de la même année, Mironov est distingué artiste émérite de la RSFS de Russie. Toujours chez Riazanov, il passe les auditions pour L'Ironie du sort, en vue d'incarner Zhenia Loukachine, mais n'arrive pas à convaincre le réalisateur, qui donnera le rôle à Andreï Miagkov. Il part avec son théâtre en Italie au mois de novembre, puis, en décembre commence le tournage du spectacle télévisé Les Pages du journal de Petchiorine d'Anatoli Efros (d'après Un héros de notre temps de Mikhaïl Lermontov), où il forme un duo avec Oleg Dahl.

En 1977, Andrei Mironov apparait sous les traits d'illustre escroc Ostap Bender, dans l'adaptation des Douze Chaises réalisée par Mark Zakharov.

En 1980, Mironov est nommé artiste du Peuple de la RSFS de Russie.

En 1987, en Crimée, il participe à ce qui s'avérera par la suite être sa dernière prestation au cinéma, le western rouge L'Homme du boulevard des Capucines réalisé par Alla Sourikova .

Le , Andrei Mironov joue dans Le Mariage de Figaro au Théâtre d'opérette de Riga. Il perd connaissance lors de la scène finale, avant que le rideau retombe. Dans le service de neurochirurgie de la clinique Gaiļezers où l'artiste est transporté on constate une importante hémorragie cérébrale. Malgré les mesures de réanimation poursuivies durant deux jours l'artiste sera prononcé mort le matin du à 5h 35. Il était âgé de 46 ans. Son corps est rapatrié à Moscou et enterré au cimetière Vagankovo.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1971-1976, Andrei Mironov est marié avec l'actrice Yekaterina Gradova (en). Ensemble, ils ont une fille, Maria Mironova, actrice nommée artiste émérite de Russie en 2006.

Sa seconde épouse est l'actrice du Théâtre de l'Armée russe Larisa Golubkina (en).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Martin, Le cinéma soviétique: de Khrouchtchev à Gorbatchev, 1955-1992, Éditions L'Âge d'Homme,‎ (ISBN 9782825104415, lire en ligne), p. 43
  2. (en)Birgit Beumers, Directory of World Cinema: Russia, Intellect Books,‎ (ISBN 9781841503721, lire en ligne), p. 117

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Andreï Mironov sur l’Internet Movie Database