Andrés Segovia (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Andrés Segovia.
Andrés Ségovia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Juillet 1996
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Drapeau : Espagne Espagnole
Activité
Formation
Autodidacte

Andrés Segovia est un artiste peintre et lithographe espagnol né le 25 septembre 1929 à Buenos Aires, mort en juillet 1996.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, le guitariste Andrés Segovia.

Les nombreux récitals produits tant sur le continent américain qu'en Europe par le célèbre guitariste espagnol Andrés Segovia (1893-1987) font que c'est à Buenos Aires que de son premier mariage avec Adelaida Portillo naît en 1929 son fils, prénommé de même Andrés, appelé dans ce contexte d'itinérance permanente à vivre « une enfance mouvementée, partagée entre l'Amérique du Sud, l'Espagne, la Suisse, l'Italie et l'Allemagne »[1], avant d'arriver à Paris avec le statut de réfugié politique en 1939.

Partagé entre ses études et la pratique de la peinture en autodidacte, s'intéressant à l'affiche avec un passage dans l'atelier de Paul Colin, se liant d'une amitié durable avec Antoni Clavé, c'est en 1947 qu'il décide de se consacrer totalement à la peinture[1].

Il renonce, à la mort de son père, au titre de marquis de Salobreña, conféré par le roi Juan Carlos Ier d'Espagne.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Moos, Genève, 1949[2].
  • Galerie Drouant-David, Paris, 1951[2].
  • Galerie Vanuxem, Paris, 1991[2].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Je fus tout aussitôt conquis en faisant le tour des cimaises où s'offraient d'étonnantes compositions dont la science picturale, que ce soit dans les volumes ou dans le trait, s'avérait magistrale. À la mise en place rigoureuse s'ajoutait un sens étonnant des coloris et des valeurs dans une fantaisie débridée... Segovia a suivi une évolution sage et lente. Son art purifié, stabilisé, éthéré, se refuse à toute compromission de facilité pour se cantonner dans une rigueur presque métaphysique, où les harmonies des tons les plus rares s'unissent à celles des volumes et des formes. » - Emmanuel David[5]
  • « Cet artiste espagnol né en Argentine adopte un style sculptural, un dessin précis dans la synthèse de la ligne, des harmonies sombres à l'espagnole entre abstraction géométrique et perspective surréaliste. » - Gérald Schurr[6]
  • « Le solide métier de Segovia met sa méticulosité au service d'une peinture dont l'évolution vers le symbolisme est évidente. En effet, le thème, que ce soit le fruit, pomme ou pastèque, la tête en bois du mannequin, la machine ou l'insecte ou encore des paysages aux lignes hexagonales, semblent être le support de compositions subtilement chargées de sens, dont les coloris clairs, distingués et feutrés, ne sont pas le moindre des charmes. "C'est une peinture minutieusement réaliste et pourtant éloignée de la réalité". » - Dictionnaire Bénézit[1]

Collections[modifier | modifier le code]

Collections publiques :

  • Villa des arts, Paris[7].

Collections privées :

  • Julius Fleischmann Jr., Cincinnati[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 12, page 639.
  2. a b et c Le Delarge, Gründ, 2001, page 1139.
  3. a et b Contemporary Arts Center, Cincinnati, La collection Julius Fleischmann, présentation de l'exposition
  4. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  5. Emmanuel David, Le métier de marchand de tableaux, Éditions France-Empire, 1978, page 144.
  6. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 843.
  7. Villa des arts, Andrés Segovia dans les collections

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel David (entretiens avec Hervé Le Boterf), Le métier de marchand de tableaux, Éditions France-Empire, 1978.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne).
  • Éric Mercier, Années 50 - La Jeune Peinture, Éditions Art Acatos, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]