Andrés Escobar Saldarriaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Escobar.
Andrés Escobar
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nom Andrés Escobar Saldarriaga
Nationalité Drapeau : Colombie Colombien
Naissance
Lieu Medellín (Colombie)
Décès (à 27 ans)
Lieu Medellín (Colombie)
Taille 1,84 m (6 0)
Période pro. 1987 - 1994
Poste Défenseur
Parcours junior
Saisons Club
19851987 Drapeau : Colombie Atlético Nacional
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
19871989 Drapeau : Colombie Atlético Nacional
19891990 Drapeau : Suisse BSC Young Boys
19901994 Drapeau : Colombie Atlético Nacional
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
19881994 Drapeau : Colombie Colombie 50 (1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Andrés Escobar Saldarriaga dit Andrés Escobar, né le à Medellín et mort dans cette même ville le [1], est un footballeur colombien, qui évolue au poste de défenseur à l'Atlético Nacional et au BSC Young Boys ainsi qu'en équipe de Colombie. Il est assassiné après avoir marqué un but contre son camp ayant entraîné l'élimination de son pays lors de la Coupe du monde 1994.

Escobar marque un but lors de ses cinquante sélections avec l'équipe de Colombie entre 1988 et 1994. Il participe à la Coupe du monde de football en 1990 et 1994 et à la Copa América en 1989 et 1991 avec la Colombie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Escobar joua pour le Corporación Deportiva Club Atlético Nacional une grande partie de sa carrière. Il était surnommé « le Gentleman du football » pour son élégance sur le terrain et dans sa vie[1], ou « El caballero de la Cancha »[2] (« Le chevalier du terrain »), peut-être à cause d'« El caballero de la Mancha » (Don Quichotte).

Il avait fait un passage rapide en Europe au BSC Young Boys à Berne en Suisse.

Il fut sélectionné cinquante fois en équipe nationale[1].

Issu d'une famille de la classe moyenne[2], il avait une bonne réputation dans la ville où « chaque Noël, il remplissait son 4 x 4 et faisait le tour de la ville la nuit pour distribuer [des cadeaux aux enfants] »[2].

Mort[modifier | modifier le code]

Le 2 juillet 1994, Escobar a été assassiné sur le parking du bar El Indio dans la banlieue de Medellín[2], après une altercation dans l'établissement[2]. D'après la petite amie d'Escobar, le tueur aurait crié « goal » (« but ») pour chacune des douze balles tirées[1]. Escobar avait marqué un but contre son camp lors du deuxième match de la Colombie contre les États-Unis le 22 juin 1994 en voulant écarter le ballon en corner d'un tacle en extension. Après cette ouverture du score, les États-Unis remportèrent finalement la partie 2-1, et la Colombie fut prématurément éliminée de la compétition avant même de disputer son dernier match, alors qu'elle faisait figure d'outsider au début du tournoi.

Le meurtre d'Escobar était sans aucun doute une punition pour avoir marqué ce but. Cependant, il n'est pas sûr que le meurtrier ait agi de sa propre initiative à la suite de la déception de l'élimination, ou s'il a été envoyé par l'un des syndicats de jeu de hasard, voire des narcotrafiquants[2], qui avaient parié de grandes sommes d'argent sur la qualification de la Colombie pour le deuxième tour[1]. Escobar avait choisi de rentrer des États-Unis rapidement après l'élimination de l'équipe[2] et était en négociation pour rejoindre le club italien de l'AC Milan[3].

Le chiffre de 80 000 personnes a été annoncé dans un défilé dans les rues lors de son enterrement[2].

Le suspect, Humberto Muñoz Castro, a été reconnu coupable du meurtre d'Escobar en juin 1995 et condamné à 43 ans de prison[1],[2],[3]. Muñoz a été remis en liberté pour bonne conduite en 2005[1], après avoir notamment effectué des travaux d'intérêt général et profité d'une remise de peine. La famille du footballeur fut scandalisée de la décision, qui est selon elle « une honte pour la Colombie »[1]. Castro aura passé environ onze ans derrière les barreaux[3].

Un monument en la mémoire de Escobar a été érigé dans la ville de Medellín[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Avec l'Atlético Nacional[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Vlad Epurescu, « Douze balles pour un but contre son camp », Adevarul,‎ via courrierinternational.com
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jacques Cortie, « Andres Escobar, putain de Mondial ! », sur humanite.fr, l'Humanité, (consulté le 28 août 2009)
  3. a, b et c (en) « World Cup 2006 », sur cbc.ca, Canadian News Sports (consulté le 28 août 2009)
  4. Fiche d’Andrés Escobar sur footballdatabase.eu

Liens externes[modifier | modifier le code]