André d'Hormon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André d'Hormon
Portrait de André d'Hormon

Croquis de 1919 d'André d'Hormon

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité France Drapeau : France
Thématique
Formation Science politique, chinois
Titres Professeur
Profession Sinologue (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Travaux sinologie-littérature chinoise

André Yacinthe Rocquette dit André d'Hormon, (1881-1965) est un sinologue français spécialiste de la Chine. Conseiller diplomatique puis professeur de sciences politiques à l'université impériale de Pékin où il résida de 1906 à 1955[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1906 à 1931, conseiller diplomatique de la Présidence de la République et conseiller politique à la Présidence du Conseil. Il accueille Marcel Granet (1884-1940) lors de son séjour à Pékin, et vivent ensemble la mutinerie du 29 février 1912, qui marque les débuts de la République de Chine (1912-1949)[2]. En1936, cofondateur avec Jean-Augustin Bussière, Cai Yuanpei (1868-1940) et Li Shizeng[3] (1881-1973) du Centre franco-chinois d'études sinologiques de Pékin, dont il fut le directeur. Ce centre sera fermé en 1953. André d'Hormon a également été le rédacteur en chef de la revue Études françaises dirigée par la Commission de l’édition culturelle sino-française[4]. Après sa mort en 1965, la bibliothèque personnelle d'André d'Hormon a été léguée à la Fondation Royaumont qui l'a transmise, aux collections de la bibliothèque jésuite du Centre Culturel des Fontaines de Gouvieux-Chantilly[5]. Ce fonds a ensuite été transféré en 1998 à la Bibliothèque municipale de Lyon[6],[7],[8].

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Le 28 juin 2011, une plaque a été inaugurée en l'honneur d'André d'Hormon par l'ambassadeur de Chine en France, à l'abbaye de Royaumont[9]. Elle souligne le rôle d'André d'Hormon dans les relations franco-chinoises, et en particulier son travail de correcteur du Rêve dans le pavillon rouge.

Le Rêve dans le pavillon rouge[modifier | modifier le code]

André d'Hormon a corrigé et retravaillé la traduction française effectuée par ses élèves Li Tche-Houa et sa femme Jacqueline Alézaïs[10]. Ce travail sur cet ouvrage majeur de la littérature chinoise occupa les dix dernières années de sa vie, alors qu'il vivait à l'abbaye de Royaumont qui l'a hébergé à son retour de Chine populaire de 1955 à 1965.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]