André Touret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le célèbre château de Montluçon ayant servi de couverture à l'ouvrage Montluçon après la tourmente : 1944 - 1977

André Touret, né à Montluçon le , est un historien français spécialisé dans l'histoire contemporaine de Montluçon et du département de l'Allier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant d'être professeur d'histoire et géographie successivement à Bourges, Châteauroux, puis Moulins[1], André Touret a fait ses études supérieures à Clermont-Ferrand, où il obtient un diplôme d’études supérieures de géographie. Parallèlement à sa carrière d'enseignant, il consacre une partie de son temps à des travaux de recherche. En 1974, il devient docteur en histoire pour sa thèse de 3e cycle sur les campagnes bourbonnaises de la Troisième République, ce qui lui vaudra le prix Émile-Guillaumin 1974. L'historien est également connu pour son livre sur Marx Dormoy, paru aux éditions Créer en 1998, et le décrit comme un « maire exemplaire d'une ville industrielle, pratiquant d'une politique sanitaire d'avant-garde, opposant aux régimes totalitaires ».

À côté de ses ouvrages et articles[2], il a collaboré à des ouvrages collectifs comme le Dictionnaire des communes de l'Allier, publié sous la direction d'André Leguai et la Nouvelle histoire du Bourbonnais (Roanne, Horvath, 1985), également sous la direction d'André Leguai. En 1973, il devient vice-président de la Société bourbonnaise des études locales. Officier dans l'ordre des Palmes académiques, il est également pendant quelques années correspondant du Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Par ailleurs, l'historien est régulièrement sollicité par la presse locale lors des événements commémoratifs[3] ou bien pour des travaux de chercheurs, comme ce fut récemment le cas avec Anne Nivat. Elle le cite dans son ouvrage paru en 2017 aux éditions Fayard, Dans quelle France on vit, dans le chapitre dédié à la ville de Montluçon, et Daniel Dugléry, maire UMP de la ville depuis 2001, dans son ouvrage La Force des racines (PHR éditions, 2013) .

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Marx Dormoy, biographie[4], Nonette, Créer, 1998 (en ligne) ;
  • Les campagnes bourbonnaises il y a cent ans : 1870-1914[5], Nonette, Créer, 1999 ;
  • Montluçon 1940-1944 : la mémoire retrouvée[6], Nonette, Créer, 1999 (ISBN 2-909797-71-6) (en ligne) ;
  • Montluçon après la tourmente (1944-1977), Nonette, Créer, 2003 (ISBN 2-84819-008-6) ;
  • Destins d'Allier. 1945-2000. Population et économie. Les grands événements et l'évolution de l'opinion. Portraits[7], Nonette, Créer, 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'abord à l'École normale d'instituteurs, puis au lycée Banville.
  2. Articles publiés notamment dans Notre Bourbonnais, devenu par la suite Études bourbonnaises, et dans la Revue d'Auvergne.
  3. La Montagne, 13 août 2013.
  4. Prix Achille-Allier 1998 du conseil général de l'Allier.
  5. Ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, Les campagnes bourbonnaises sous la Troisième République entre 1870 et 1914.
  6. Prix spécial Bourbonnais du conseil général de l'Allier. Présentation.
  7. Prix Allen 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Malleret, Encyclopédie des auteurs du pays montluçonnais et de leurs œuvres (de 1440 à 1994), Charroux, Éditions des Cahiers bourbonnais, 1994, p. 345, notice no 263.

Lien externe[modifier | modifier le code]