André Strohl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Strohl.
André Strohl
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait photographique anonyme in Chanteclair, 1928, p. 467 . Coll. de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé.

Naissance
Poitiers (France)
Décès (à 89 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Champs Médecine
Neurologie
Institutions Académie nationale de médecine
Formation Faculté de médecine de Paris

André Strohl, né le à Poitiers et mort le dans le 14e arrondissement de Paris[1], est un médecin français. Il est connu pour sa participation, en 1916 à la description initiale de syndrome de Guillain-Barré (auquel son nom est parfois ajouté)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

« Le Professeur Strohl de la Faculté de médecine de Paris », portrait charge par F. De Fleurac, in: Chanteclair, 1928, p. 453. Coll. de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé.
« Le Professeur Strohl de la Faculté de médecine de Paris », in: Chanteclair, 1928, p. 457. Coll. de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé.

Il est le fils d'Henry Strohl, inspecteur général des ponts et chaussées et frère de Pierre Strohl. Il est d'origine à la fois alsacienne du côté paternel et bordelaise par sa mère. Son père l’initie aux mathématiques, mais pensait que sa santé fragile l'empêcherait de préparer les concours des grandes écoles. Il s’inscrit en médecine à l’âge de 17 ans mais abandonne provisoirement cette discipline quelques années plus tard pour se consacrer à l'étude des mathématiques, de la physique et de la chimie en Sorbonne où il obtient un diplôme de sciences naturelles et de physique. Il reprend ensuite ses études médicales et en 1913, âgé de 26 ans, soutient sa thèse de doctorat en médecine. En 1914 il obtient un second doctorat, cette fois-ci en physique.

Bien que dispensé du service militaire pour raisons de santé, il se porte volontaire et durant la Première Guerre mondiale il sert en qualité de radiologue. Ses connaissances scientifiques sont mises à profit lorsqu'il utilise différentes méthodes de projection pour localiser les balles ou les éclats d’obus selon leurs trajectoires ce qui représentait une aide appréciable pour les chirurgiens. C'est dans ce contexte qu'il fait la connaissance de Guillain et Barré et c'est lui qui réalise les études électrophysiologiques des deux soldats qui étaient leurs patients, confirmant l'aréflexie sur le plan électrique et remarquant la conservation de la réponse idio-musculaire.

À l'âge de 35 ans, il est élu membre titulaire de l'Académie de médecine[3], devenant ainsi le plus jeune académicien de sa génération. En 1924, Strohl est nommé professeur de médecine physiologique à Alger. Deux ans plus tard il se voit décerner le même titre par l'Université de Paris. Il est l’auteur de plusieurs manuels de physique médicale. Il étudie notamment les gradients électriques de la peau et l’excitabilité neuromusculaire. Il prend sa retraite en 1957.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Contribution à l'étude physiologique des reflexes chez l'homme. Les reflexes d'automatisme médullaire. Le phénomène des raccourcisseurs, [Thèse Université de Paris, 1913], Paris, G. Steinheil, 1913.
  • L'Exploration de l'excitabilité électrique neuro-musculaire par des courants de faible durée, Paris : Vigot frères , 1921.
  • Contribution à l'étude physique de la conductibilité électrique des organismes vivants, Paris, Masson et cie , 1924.
  • La conductibilité électrique du corps humain, Paris, Masson et cie, 1925.
  • Précis de physique médicale, 1935.
  • Conductibilité et excitabilité électriques du nerf, Paris, Masson, 1942.
En collaboration
  • avec G. Guillain, J. A. Barré, « Le réflexe médico-plantaire: Étude de ses caracteres graphiques et de son temps perdu. », Bulletins et mémoires de la Société des Médecins des Hôpitaux de Paris, 1916, 40: 1459-1462.
  • avec G. Guillain, J. A. Barré, « Sur un syndrome de radiculonévrite avec hyperalbuminose du liquide céphalo-rachidien sans réaction cellulaire. Remarques sur les caractères cliniques et graphiques des réflexes tendineux. », Bulletins et mémoires de la Société des Médecins des Hôpitaux de Paris, 1916, 40: 1462-1470.
  • avec André Dognon, Précis de physico-chimie biologique et médicale, Paris : Masson, 1929.
  • avec Alexandre Blanchetière, Leçons de physico-chimie à l'usage des médecins et des biologistes, Paris, Masson, 1930.
  • avec Michel Berger,Les isotopes radioactifs en biologie, Paris, Masson et cie, 1946.
  • avec Julien Guelfi, Abrégé de mathématiques à l'usage des étudiants en médecine, Masson, Paris, 1963.
  • avec Joseph Duhamel, J C Roques, P Eschapasse, Physique, Paris, Masson et Cie, 1963.
  • avec André Djourno, Danièle Kayser, Anesthésie et sommeil électriques, Paris : P.U.F., 1968.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la Vienne, commune de Poitiers, acte de naissance no 172, année 1887 (avec mention marginale de décès)
  2. Guillain G, Barré JA, Strohl A: Sur une syndrome de radiculo-névrite avec hyperalbuminose du liquide céphalo-rachidien sans réaction cellulaire. Remarques sur les caractères cliniques et graphiques des réflexes tendineux. Bull Soc Méd Hôp Paris 1916;40:1462-70
  3. André Strohl dans la Bibliothèque de l’Académie de médecine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Roche. « André Strohl (1887-1977). » C R Seances Soc Biol Fil., année 1977, no 171, pp. 1161-2. PMID : 148943
  • (en) David Green, « Infectious Polyneuritis and Professor André Strohl — A Historical Note », N Engl J Med 1962; 267:821-822, October 18, 1962DOI: 10.1056/NEJM196210182671609
  • (en) Afifi AK., « The Landry-Guillain-Barré Strohl syndrome 1859 to 1992. A Historical Perspective. », J Fam Community Med [serial online] 1994 [cited 2015 May 18];1:30-4. Available from: http://www.jfcmonline.com/text.asp?1994/1/1/30/98709

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aricles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]