André Resampa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Resampa
Image dans Infobox.
André Resampa dans son bureau au ministère de l'intérieur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

André Resampa ( à Menabe - ) est un homme politique malgache.

Biographie[modifier | modifier le code]

Côtier d’origine Sakalaves-Bara, il passe sa scolarité à Morondava sur la côte Sud-Ouest[1]. Licencié en droit, il s’engage en politique en 1952 aux côtés de Philibert Tsiranana[1]. Il cofonde en 1956 avec ce dernier le Parti social-démocrate (PSD)[1]. En 1959, il participe aux négociations d'indépendance de Madagascar[1].

Occupant les fonctions de ministre de l'Intérieur et de secrétaire-général du PSD[1], il est l’homme fort de l’administration de Tsiranana, et le leader de la gauche PSD[2]. Il est ainsi le successeur attendu du président, d’autant qu’il devient en 1970 premier vice-président. Mais en 1971, Tsiranana mal conseillé, l’écarte du pouvoir puis le fait arrêter pour atteinte à la « sécurité de l'État », sous prétexte de complot dont il reconnaîtra ultérieurement l’inexistence[3].

Libéré à la suite du mai malgache qui emporte le régime de Tsiranana, il crée l'Union socialiste malgache (USM) qui adhère à l'Internationale socialiste[4]. Puis, après sa réconciliation avec Tsiranana, il fonde le Parti socialiste malgache (par fusion du PSD et de l'USM) en 1974[4]. Accusé d’être impliqué dans le coup d'État avorté de décembre 1974 puis l’assassinat du président Ratsimandrava en , il bénéficie d’un « non-lieu »[4].

En 1983, il rejoint le VONJY[4], une scission du PSD créée le qui de 1975 à 1992 est une tendance du parti unique Front national pour la défense de la Révolution (FNDR). Il devient alors député à l’Assemblée nationale populaire[4]. Il décède le à (Madagascar) à l'âge de 68 ans.

Postes[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Patrick Rajoelina, Quarante années de la vie politique de Madagascar : 1947-1987, Paris, L'Harmattan, , 176 p. (ISBN 978-2-85802-915-0), p. 141
  2. Patrick Rajoelina. op. cit. p. 35
  3. Charles Cadoux. Philibert Tsiranana. In Encyclopédie Universalis. Édition 2002.
  4. a b c d et e Patrick Rajoelina. op. cit. p. 142