André Mercier (homme politique, 1901-1970)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

André Mercier
Fonctions
Député de l'Oise

(12 ans et 28 jours)
Législature Ire, IIe et IIIe (Quatrième République)
Groupe politique communiste
Député de l'Oise

(1 an, 1 mois et 6 jours)
Législature Constituante de 1945, Constituante de 1946 (GPRF)
Groupe politique communiste
Député de la Seine

(3 ans, 7 mois et 20 jours)
Législature XVIe (Troisième République)
Groupe politique communiste
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Bobigny
Nationalité Française
Parti politique Parti communiste français

André Mercier, né le à Paris et mort le à Bobigny, est un homme politique français.

Membre du Parti communiste français, il a été député de la Seine (3e arrondissement de Paris), puis de l'Oise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un cocher de fiacre et d'une cuisinière, André Mercier adhère en 1928 au syndicat CGTU des Hôtels, Cafés, Restaurants et Bouillons de la Seine dont il devient trésorier en 1931. Quelques années plus tard, il est secrétaire général de la Fédération unitaire des travailleurs de l'Alimentation et permanent du syndicat. À l'issue du congrès d', il entre à la commission exécutive de la Fédération unitaire des travailleurs de l'Alimentation dont il devient peu après secrétaire général.

Il adhère en 1929 au Parti communiste français. En 1931, il est secrétaire permanent du Secours rouge international avec Jean Chauvet et Raymond Baudin[1].

Élu député à Paris dans le 3e arrondissement en 1936, André Mercier entre en 1938 au comité régional de Paris-Ville du PCF[1].

Après la réunification de la CGT, en , il devient en 1938 secrétaire à la propagande et fait partie de la commission exécutive de l'Union départementale de la région parisienne[1].

Le , à la réunion constitutive du Conseil national de la Résistance (CNR), il représente le PCF et Pierre Villon le Front national. Son parti le désigne ensuite pour le représenter à l'assemblée consultative d'Alger[1] (). Il continue d'y siéger lorsque celle-ci est installée à Paris : le , il en est élu l'un des vice-présidents[2] jusqu'à la dissolution de cette Assemblée provisoire le .

Il est élu député du département de l'Oise en 1945 et 1946 aux deux assemblées constituantes, puis aux trois scrutins successifs de la Quatrième République en 1946, 1951 et 1956.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « André Mercier (homme politique, 1901-1970) », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Notice biographique André Mercier dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français
  2. Anne-Marie Gouriou, Annexe du répertoire : Assemblée consultative provisoire (Paris) 1944-1945, Archives nationales, Paris, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]