André Mathieu (pianiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mathieu et André Mathieu.
André Mathieu
Feature. Andre Mathieu BAnQ P48S1P05146.jpg

André Mathieu à l'âge de onze ans

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument

André Mathieu ( à Montréal - ) est un pianiste et compositeur québécois. Son Concerto no 3 pour piano et orchestre connut une grande vogue sous le nom de Concerto de Québec[1]. Enfant prodige, il fut surnommé le « Mozart québécois ». Il est associé, comme Rachmaninov, à l'école postromantique. Après avoir été porté aux nues, il termina sa vie dans la misère et l’oubli[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

André Mathieu à onze ans en compagnie de sa sœur Camille

André Mathieu était le fils du pianiste et compositeur Rodolphe Mathieu et de la violoniste Wilhelmine « Mimi » Gagnon. Il composa ses premières pièces pour piano à l'âge de quatre ans (Les Gros chars; Trois études). Une nuit, alors qu’il a cinq ans, André Mathieu improvisa au piano une pièce qui sera intitulée Dans la nuit. Pour la première fois, il créa une œuvre à partir de sons provenant du plus profond de son être et qui n'est pas une imitation ou une traduction sonore d'événements réels. Elle encouragea dès lors le père de Mathieu à s’investir complètement dans l’enseignement musical de son fils[3]. À cinq ans, il donna également son premier concert en public à Montréal en interprétant son Concertino no 1 avec orchestre.

Il obtint en septembre 1936 une bourse du Québec pour aller étudier le piano à Paris avec sa famille. Il le fit avec Yves Nat et Madame Giraud-Latarse, première assistante d'Alfred Cortot. Il étudia aussi l'harmonie et la composition avec Jacques de la Presle puis donna un récital, toujours à Paris, en décembre de la même année à la salle Chopin-Pleyel ; il n'avait alors que sept ans. Après un autre récital donné à la salle Gaveau le 26 mars 1939, Émile Vuillermoz écrit : « Si le mot "génie" a un sens, c'est ici que nous pourrons le déchiffrer.»[4] Puis: « Car je ne sais pas encore si le petit André Mathieu deviendra un plus grand musicien que Mozart, mais j’affirme qu’à son âge Mozart n’avait rien créé de comparable à ce que nous a exécuté, avec un brio étourdissant, ce miraculeux garçonnet. »[5] Quant à Rachmaninov, il dit au sujet d’André Mathieu : « Il est plus génial que je ne le serai jamais »[6] et affirma qu’André Mathieu est le seul pouvant avoir la prétention d’être son successeur[7]. Malheureusement, le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale en 1939 empêcha le retour de la famille Mathieu à Paris.

André Mathieu partit alors en tournée de concerts dont deux seront donnés avec la Société des Concerts Symphoniques de Montréal. Il donna également des récitals au Town Hall à New York, au Château Laurier d’Ottawa et au Château Frontenac à Québec. Peu de temps après, il reçut de nouveau une bourse d’études du Québec.

En 1941, il déménagea à New York avec sa famille pour poursuivre ses études musicales avec son professeur de composition Harold Morris. Il remporta à douze ans le premier prix du Concours de composition du 100e anniversaire de l’Orchestre philharmonique de New York en 1942, et joua son Concertino no 2 pour piano et orchestre au Carnegie Hall, salle de concert où il revint deux fois dans l’année qui suivit. Mais malgré ses succès, ses progrès et le renouvellement de sa bourse d’études, André Mathieu s’ennuyant du Canada, ses parents décidèrent d’effectuer un retour à Montréal[8].

En 1943, alors qu’il est âgé de seulement quatorze ans, il termina la composition de l’œuvre maîtresse de sa carrière, son Concerto no 3 pour piano et orchestre, appelée successivement la Symphonie Romantique, le Concerto Romantique et finalement le Concerto de Québec en raison du film canadien La Forteresse, tourné à Québec, dans lequel est jouée une version abrégée du concerto. Puis, malgré les critiques toujours élogieuses après ses récitals, le public québécois lui, commença déjà à déserter André Mathieu. Ce dernier devenu adolescent ne suscite plus la curiosité que son statut d’enfant prodige engendrait quelques années auparavant[9].

Mathieu retourna seul à Paris en 1946 pour étudier la composition avec Arthur Honegger et Jules Gentil. Il assista aussi à un cours de maître donné par Alfred Cortot pendant lequel il fut invité à jouer. Après que Mathieu eut terminé, Cortot lui dit : « Monsieur, vous êtes un des plus grands pianistes que je connaisse, et croyez moi, je les ai tous entendus. Donnez-moi un an de votre vie, Monsieur, je ferai de vous le plus grand pianiste du siècle. » Mathieu répondit : « Mais je ne suis pas pianiste, je suis compositeur! »[10] Au cours de son séjour en Europe, André Mathieu donna vingt-trois récitals et il remporta chaque fois un véritable triomphe. Mais en 1947, alors qu'il a dix-huit ans, déçu de ses professeurs, à court d’argent et s’ennuyant de sa famille, il décida de revenir au Canada.

De retour à Montréal, Mathieu est rayonnant, confiant et a plusieurs projets en tête : partir en tournée à travers le Canada, enregistrer son Concerto no 3 pour une compagnie canadienne et retourner à Paris un an plus tard[11]. Il ne parviendra à réaliser aucun de ceux-ci. Le 23 novembre 1947 il joua son Concerto no 3 en direct en onde avec l’orchestre de Radio-Canada[12]. La même année, il amorça la composition d'un quatrième concerto, qui fut pendant longtemps oublié après quelques représentations partielles (sa redécouverte fut faite lors d'un concert à Shanghai en 2010, suivi d'un enregistrement cd intégral). Le succès du Concerto no 3 fit croire à André Mathieu que sa popularité au Canada était bonne mais en réalité, le public québécois, préférant la musique populaire, n’est pas intéressé à ses pièces: en 1948 et 1949, il ne donna qu’une poignée de récitals[13]. De plus, la Société des Concerts symphoniques de Montréal ne l’invita pas et aucune de ses œuvres, à part le Concerto no 3, ne fut éditée ou enregistrée.

Alors, la carrière d'André Mathieu déclina, il tomba peu à peu dans l'oubli et sombra dans l'alcool. Malgré tout, jusqu’à la fin de sa vie, André Mathieu tentera à de nombreuses reprises de relancer sa carrière et de rejoindre son public, mais échouera chaque fois. En 1953, il soumit une de ses pièces à Léopold Stokowski pour qu’elle soit jouée au Carnegie Hall dans le cadre d’une soirée dédiée à des œuvres canadiennes[14]. En 1962, André Mathieu envoya au Conseil des Arts du Canada une demande pour obtenir une bourse afin de suivre des cours de perfectionnement en orchestration pendant un an à Paris[15]. En 1967, il travailla durant des semaines à l’orchestration de sa Rhapsodie Romantique en vue de la faire jouer par l’Orchestre Symphonique de Montréal, mais Wilfrid Pelletier refusa finalement l’œuvre[16]. En 1968, un projet de tournée dans la province avorta en raison d'un manque d'intérêt du public[17]. Mais les tentatives les plus désespérées furent ses pianothons, épreuves surhumaines pendant lesquelles il joua au piano sans s’arrêter pendant un nombre d’heures record (il jouait ses œuvres et ensuite il improvisait). Ces événements médiatisés ne lui rapportèrent que des sommes d’argent insignifiantes et la désapprobation du milieu musical québécois qui jugeait qu’ils étaient indignes d’un pianiste-compositeur[18].

Pendant les dernières semaines de sa vie, André Mathieu fut souvent malade. Le 2 juin 1968 alors qu’il a trente-neuf ans, il est retrouvé mort dans son lit à la suite d'un infarctus du myocarde ou d’une cirrhose du foie[19]. Le 6 juin 1968, le plus grand pianiste et compositeur que le Canada ait jamais connu fut inhumé sans monument, ni même une mention de son nom au cimetière Côte-des-Neiges de Montréal[20]. André Mathieu laissa derrière lui plus de deux-cents œuvres, mais parce qu’elles ne furent pas cataloguées convenablement, seulement environ le quart ont été retrouvées jusqu’à présent[21].

Redécouverte et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Sous l'impulsion de Vic Vogel, sa musique a été jouée aux Jeux olympiques de Montréal en 1976.

Le pianiste québécois Alain Lefèvre se consacre à la réhabilitation d'André Mathieu. Le 4 avril 2006, il a interprété la Rhapsodie romantique écrite en 1958, avec l'Orchestre symphonique de Montréal[22]. Il interpréta le Concerto no 4 avec l'Orchestre Symphonique de Shanghai et le chef d'orchestre Jean-Philippe Tremblay, au concert d'ouverture du pavillon canadien à l'Exposition universelle de Shanghai en 2010[23]. Par contre, un an auparavant, en raison du manque de reconnaissance pour André Mathieu qu’il remarqua au Canada, devant sans relâche convaincre les orchestres, il décida de ne plus jouer André Mathieu en sol canadien[24].

Durant le mois de mai 2010, Radio-Canada a célébré André Mathieu sur toutes ses plateformes[25] en même temps que la sortie du film L'enfant prodige, L'incroyable destinée d'André Mathieu de Luc Dionne.

Une « salle André-Mathieu » a été inaugurée en 1979, au cégep Montmorency à Laval[26] ; une avenue de Montréal porte son nom ainsi que plusieurs rues de villes québécoises[27].

Le 4 mai 2010, Georges Nicholson publie une biographie d’André Mathieu[28].

Le 28 mai 2015, un buste représentant André Mathieu sous le thème du Concerto no 3 est inauguré au 455, rue Sherbrooke Ouest à Montréal[29],[30].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres pour piano

  • Volume 1 : compositions de 1933-1934 (à l’âge de quatre ans)[31].
Étude no 1, opus 1, Étude no 2, opus 3, Étude no 3, opus 4
Les gros chars, opus 2, Procession d'éléphants, opus 5, Marche funèbre, opus 7
  • Volume 2 : compositions de 1934-1935
Danse sauvage, opus 8, Les cloches, opus 9, Tristesse, opus 11
Dans la nuit, opus 12, Valse pour enfant, opus 14, Les abeilles piquantes, opus 17
  • Volume 3 : compositions de 1937-1938
Berceuse, Les mouettes, op 19, Hommage à Mozart enfant, opus 20
  • Volume 4 : compositions de 1939-1940
Été canadien, Printemps canadien
  • Volume 5 : composition de 1942
Concerto de Québec, version abrégée pour piano solo du Concerto no 3.
  • Volume 6 : compositions de 1946-1947
Bagatelle no 1, Bagatelle no 4, Bagatelle (sans numéro), Laurentienne no 2
  • Volume 7 : Compositions de 1951-1953
Prélude romantique, Danse pastorale

Concertos pour piano et orchestre

Concertino no 1, opus 10 (1934-1935)
Concertino no 2, opus 13 (1934-1935)
Concerto no 3 ou Concerto de Québec (1943)
Concerto no 4 en mi mineur (1947-1949), reconstitué et orchestré par Gilles Bellemare.
Rhapsodie romantique (1958), dédiée à Marie-Ange Mathieu.

Suite pour deux pianos

Les Vagues, Saisons canadiennes

Piano et violon

Sonate pour violon et piano (1944)
Nocturne pour violon et piano (1945)
Fantaisie brésilienne (1946)

Mélodies

Mélodies, sur des poèmes de Verlaine par exemple. (Il pleure dans mon cœur ; Les chères mains ; Colloque sentimental ; Le ciel est si bleu... )

Ballet

Scènes de ballet (Berceuse, Complainte, Dans les champs, Danse des espiègles) (1944-1945)

Trio

Trio pour piano, violon et violoncelle (1949)

Quatuor à cordes et piano

Quintette (1953)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Symphonie romantique pour piano et orchestre (Concerto de Québec), Scènes de ballet, Philippe Entremont, piano, Michel Plasson, chef d'orchestre, Orchestre National du Capitole de Toulouse, Analekta AN 2 9803, 1998. Enregistré en mai 1978.
  • André Mathieu : Concerto de Québec; Richard Addinsell : Concerto de Varsovie; George Gershwin: Concerto en fa; Alain Lefèvre, piano, Orchestre symphonique de Québec, direction: Yoav Talmi, Analekta AN 29814, 2004.
  • Hommage à André Mathieu, Alain Lefèvre, œuvres pour piano, Analekta AN 2 9275, 2005.
  • Rhapsodies: Mathieu, Rachmaninov, Gershwin. Enregistrement présentant trois rhapsodies interprétées en concert en avril 2006 par le pianiste Alain Lefèvre et l'Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Matthias Bamert. Cet événement marquait la création de la Rhapsodie romantique d’André Mathieu, Analektra AN 2 9277, 2006[32].
  • Concerto no 4 et œuvres pour chœur et orchestre, Alain Lefèvre, piano, chœur et Orchestre symphonique de Tucson (Arizona) sous la direction de George Hanson, Analekta, enregistré en concert en 2008.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Potvin
  2. Cyberpresse
  3. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 65
  4. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 113
  5. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 114
  6. « André Mathieu, ce musicien oublié », sur http://ici.radio-canada.ca/, (consulté le 22 mai 2016)
  7. « J'me peux plus d'André Mathieu », sur http://www.lapresse.ca, (consulté le 22 mai 2016)
  8. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 196
  9. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 237
  10. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 266
  11. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 279
  12. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 278
  13. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 267,284
  14. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 331
  15. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 405
  16. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 420
  17. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 452
  18. Georges Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 360,361
  19. George Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 458
  20. George Nicholson, André Mathieu Biographie, Montréal, Québec Amérique, , 593 p. (ISBN 978-2-7644-0753-0), p. 461
  21. « André Mathieu », sur https://www.analekta.com (consulté le 26 mai 2016)
  22. Radio-Canada
  23. Cyberpresse
  24. « André Mathieu célébré à New York », sur http://www.journaldemontreal.com, (consulté le 5 juin 2016)
  25. Radio-Canada
  26. « Salle André-Mathieu »
  27. « Recherche multicritères », sur Commission de toponymie du Québec
  28. « Georges Nicholson: la longue chute d'un géant », sur http://www.lapresse.ca, (consulté le 28 mai 2016)
  29. « Un bronze en hommage à André Mathieu », sur http://quebec.huffingtonpost.ca, (consulté le 28 mai 2016)
  30. « White et White Artistes-sculpteurs », sur http://www.whiteetwhite.com/ (consulté le 28 mai 2016)
  31. Éditions musicales du Nouveau Théâtre Musical
  32. Analekta
  33. Office national du film du Canada
  34. SODEC
  35. Vigile.net

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :