André Marquis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marquis (homonymie).
André Marquis
Image illustrative de l'article André Marquis

Naissance 24 octobre 1883
Toulon
Décès (à 73 ans)
La Roche-sur-Yon
Origine Drapeau de la France France
Grade Amiral
Années de service 1900-1944
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Sabordage de la Flotte française à Toulon

André Amédée Abel Marquis (Toulon, - La Roche-sur-Yon, ) est un amiral français connu pour son rôle lors du sabordage de la flotte à Toulon le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de René-Julien Marquis, il entre à l'École navale en octobre 1900 et en sort aspirant de 1re classe en octobre 1903. Il sert alors en escadre d'Extrême-Orient sur le Montcalm.

Enseigne de vaisseau (octobre 1905), il embarque sur le cuirassé Saint-Louis en Méditerranée puis devient élève de l’École des officiers torpilleurs sur le croiseur Cécille à Toulon (1908).

Second de la 1re flottille de sous-marins de la Méditerranée (1909), second du sous-marin Saphir (1910), il sert ensuite en tant que aide de camp de l'amiral Louis Dartige du Fournet sur le croiseur cuirassé Léon-Gambetta et est promu lieutenant de vaisseau en mars 1912.

Commandant du sous-marin Triton à Cherbourg (1912), il est nommé en 1914 chef du service torpilles-électricité sur le cuirassé Bretagne en armement à Brest. Il travaille alors à la mise au point des appareils jusqu'à l'entrée en service du navire en juillet 1916.

En 1916, il commande le sous-marin Brumaire à la division des flottilles de la mer du Nord à Dunkerque puis, en 1917, à celle de la Manche et de l'Océan à Brest. Il enseigne en 1918 l'électricité à l’École navale et devient en janvier 1919, instructeur pour les torpilles et l'électricité sur la Jeanne-d'Arc.

Capitaine de corvette (août 1920), élève de l'École supérieure de marine, dont il sort breveté en janvier 1922 avec un témoignage officiel de satisfaction, il est aussitôt nommé officier d'ordonnance du ministre.

Capitaine de frégate (août 1923), il commande à partir d'octobre 1924 l'aviso Ancre et l’École de pilotage de la flotte et obtient un nouveau témoignage de satisfaction pour la qualité de son instruction. Auditeur de l’École de guerre navale et au Centre des hautes études navales (1927), sous-chef d'état-major du vice-amiral inspecteur général des forces maritimes du Nord, il est nommé attaché naval à Rome en novembre 1928.

Capitaine de vaisseau (décembre 1929), commandant du croiseur-école Jeanne-d'Arc en achèvement à Saint-Nazaire, il en assure l'armement et la mise au point et a un nouveau témoignage de satisfaction du ministre pour cette tache.

En 1933, il devient directeur du Centre des hautes études navales où il est chargé du cours de stratégie et est promu contre-amiral en janvier 1936.

Major-général à Cherbourg (mai 1936), il est adjoint en juillet 1937 de l'amiral Raoul Castex à l’École de guerre navale où il enseigne la tactique. En mars 1938, il est nommé au commandement de la 3e division de croiseurs en Méditerranée avec pavillon sur la Marseillaise.

Vice-amiral (juillet 1940), il devient en septembre 1940 préfet maritime de Toulon, charge très délicate en circonstance de guerre. Arrêté par les Allemands lors de l'invasion de la Zone Sud puis de l'opération Lila le 27 novembre 1942, jour du sabordage de la flotte à Toulon, il est de nouveau emprisonné au moment de l'épuration à la Libération en France et est révoqué sans pension à compter du 8 septembre 1944.

Condamné par la Haute Cour le 14 août 1946 à cinq ans de prison et à la dégradation nationale à vie, il est gracié en septembre 1950 et amnistié en juillet 1955. En novembre 1956, l'arrêté le révoquant est définitivement cassé par le Conseil d’État, le réhabilitant complètement.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire de la marine, 1913, p. 1006
  2. Journal officiel de la République française, 1937, p. 164

Liens externes[modifier | modifier le code]