André Liberati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liberati.
André Liberati
Naissance
Beyrouth, Liban mandataire
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Mouvement Surréalisme

Compléments

Père de Simon Liberati

André Liberati, né en à Beyrouth alors sous mandat français, est un poète et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Liberati est le fils d'un trésorier-payeur de la Légion étrangère présente au Liban alors sous Mandat français au Levant[1]. En 1948, il rejoint le groupe des surréalistes – en devenant proche de Louis Aragon et d'André Breton[2] – et écrit des articles pour la revue Néon[1] et pour Les Cahiers du Sud. Converti au catholicisme en 1965, il se consacre à l'écriture et à la poésie. Il a également fait des traductions de poèmes de Loukonine et de Glinka. Il apparaît dans le film de François Barat Le Dernier Sommaire (1993) produit par Les Films du Soleil.

André Liberati est le père du journaliste et écrivain Simon Liberati – qui aborde la vie de celui-ci dans son livre Les Rameaux noirs[2] –.

Selon l'écrivain Jean Todrani, André Liberati « a traversé le surréalisme comme il a ensuite traversé d'autres machines, arpenté d'autres champs de l'écriture poétique ; cherchant ce qui manque le plus au surréalisme : une philosophie. » Esprit solitaire, il a pourtant fréquenté l'équipe des Cahiers du Sud dès leur création et s'est lié avec Benjamin Péret et André Breton. « Surréaliser sa vie, c'est trouver ou retrouver sa vraie vie dépouillée de tout ce qui pourrait la rendre acceptable. », 1948[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1958 : Vieux capitaine (fables), Les Éditeurs français réunis
  • 1961 : Le Cœur secret, Marseille, éd. Action poétique
  • 1965 : La Mort amoureuse, éditions Seghers
  • 1985 : La Transparence des pierres, éditions José Corti
  • 1986 : Nadir, éditions José Corti
  • 1986 : L'Exaltation de la Sainte-Croix, éditions José Corti
  • 1994 : D'ivoire ou de corne
  • 1997 : Si j'avais été prêtre, Épinal, éditions Amis de hors jeu
  • 2000 : Pour l'abeille et le bourdon, éditions Rochefort-du-Gard
  • 2008 : Je suis, éditions Rochefort-du-Gard
  • 2014 : Mère à jamais avec Francine Caron, éditions Rochefort-du-Gard

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fabrice Pliskin, « Liberati se libère », L'Obs, 17 septembre 2009.
  2. a et b Nathalie Crom, « Les Rameaux noirs », Télérama no 3527, 14 août 2017.
  3. Biro, op. cit., p. 245.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]