André Leguai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Leguai
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
DijonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

André Leguai est un historien français, né à Moulins le et mort à Dijon le . Il était spécialiste de l'histoire du Moyen Âge et de l'histoire du Bourbonnais, sa province natale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études d'histoire à l'université de Dijon, où il reviendra par la suite comme enseignant.

Il enseigne d'abord l'histoire et la géographie dans le secondaire aux lycées de Troyes et de Nevers, mais, dès 1946, il est nommé professeur à l'École normale d'instituteurs de Moulins. Parallèlement, il prépare ses thèses de doctorat consacrées au Bourbonnais à la fin du Moyen Âge, qu'il soutient en Sorbonne en 1959.

Il entre en 1965 à l'Université de Dijon comme maître-assistant ; il y fait toute la suite de sa carrière et devient professeur d'histoire du Moyen Âge. Il sera aussi doyen de la faculté des lettres. En 1989, il prend sa retraite.

De 1973 à 1992, il présida la Société bourbonnaise des études locales.

Œuvre[modifier | modifier le code]

À travers ses thèses sur le duché de Bourbon, André Leguai a apporté une contribution importante à la connaissance du fonctionnement des "États princiers" dans la France de la guerre de Cent Ans, et notamment de leurs évolutions institutionnelles[1]. Il justifie l'expression d'« État bourbonnais », empruntée à Édouard Perroy[2] mais contestée par d'autres auteurs comme Peter Lewis[3].

À côté de ses ouvrages spécialisés et de ses très nombreux articles, il a écrit des synthèses destinées à un plus large public comme l’Histoire du Bourbonnais ou La Guerre de Cent Ans.

Publications[modifier | modifier le code]

  • De la seigneurie à l'État. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent ans, Moulins, Imprimeries réunies, 1969, 434 p. (Tiré de la thèse principale[4].)
  • Les ducs de Bourbon pendant la crise monarchique du XVe siècle. Contribution à l'étude des apanages, Paris, Publications de l'Université de Dijon, Les Belles Lettres, 1962, 219 p. (Thèse complémentaire.)
  • La Guerre de Cent Ans (coll. « N »), Paris, Nathan, 1974, 224 p.
  • Histoire du Bourbonnais (coll. « Que sais-je ? »), Paris, PUF, 1960.
  • Nouvelle histoire du Bourbonnais, Roanne, Horvath, 1985 (direction du volume et rédaction, avec André Guy, de la partie concernant le Moyen Âge).
  • Histoire des communes de l'Allier (dir.), 3 vol., Roanne, Horvath, 1986 (un volume pour chacun des arrondissements du département).
  • Histoire du Nivernais (dir., avec Jean-Bernard Charrier), Dijon, Éditions universitaires, 1999.

Voir Olivier Mattéoni, « Bibliographie des travaux d'André Leguai », Études bourbonnaises, n° 293-294, 2002, p. 375-384.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi : « Un aspect de la formation des États princiers en France à la fin du Moyen Âge : les réformes administratives de Louis II, duc de Bourbon », Le Moyen Âge, 70, 1964, p. 49-72.
  2. « L'État bourbonnais », in Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, tome I : Institutions seigneuriales, Ferdinand Lot et Robert Fawtier dir., Paris, 1957, p. 289-317.
  3. La France à la fin du Moyen Âge. La société politique, Paris, 1977, p. 284.
  4. Le texte est d'abord paru sous la forme de dix-huit articles dans le Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais, 1964-1965, 1966-1967 et 1968-1969. Pour la publication imprimée, l'essentiel de l'appareil scientifique (bibliographie détaillée, présentation des sources, pièces justificatives, etc.) a été retranché.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Olivier Mattéoni, « André Leguai, historien des ducs et du duché de Bourbon (1923-2000) », in Le Duché de Bourbon des origines au Connétable, suivi d'un extrait du 'Désastre de Pavie' de Jean Giono, Actes du colloque des 5 et 6 octobre 2000 organisé par le musée Anne-de-Beaujeu de Moulins, Saint-Pourçain-sur-Sioule : Bleu autour, 2001, p. 13-17.

Liens externes[modifier | modifier le code]