André Lalande (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis André Lalande (1913-1995))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le philosophe français, voir André Lalande (philosophe). Pour autres homonymes, voir Lalande.
André Lalande
Naissance
Rennes
Décès (à 82 ans) (à 82 ans)
Brive-la-Gaillarde
Origine Drapeau de la France France
Arme Chasseurs alpins
Légion étrangère
Grade général de corps d'armée
Années de service 1931-1973
Commandement 3e régiment étranger d'infanterie
Aviation légère de l'armée de terre
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Faits d'armes Bataille de Narvik
Bataille de Bir Hakeim
Dien Bien Phu
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Médaille de la Résistance
Croix de guerre 1939-1945
Croix de guerre des TOE
Croix de la Valeur militaire
Hommages la 183e promotion de Saint-Cyr (1996-1999) porte son nom

Emblème
Liste des Compagnons de la Libération

André Lalande, né le et mort le est un général français. Il combattit pendant la Seconde Guerre mondiale au sein des forces françaises libres, puis lors des guerres d'Indochine et d'Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, promotion du Tafilalet (1931-1933), il fut affecté comme sous-lieutenant à Metz.

En 1937, à sa demande, il est affecté au 6e BCA. L'unité est engagée en Norvège lors de la bataille de Narvik en avril-juin 1940, où il fut blessé.

Dès juillet 1940, Lalande s'engage dans les Forces françaises libres. En décembre 1941, il est affecté à la 13e DBLE à Beyrouth. C'est avec cette unité qu'il combat à la bataille de Bir Hakeim en mai 1942, bataille au cours de laquelle il est de nouveau blessé.

Nommé chef de bataillon en juin 1943, il prend la tête du 1er bataillon de la phalange magnifique. Son unité fait alors partie de la 1re division française libre et prend part à l'assaut contre la ligne Gustave en Italie au printemps 1944, ainsi qu'au débarquement de Provence en août 1944. Il participe ensuite aux batailles en Alsace et à la capture des derniers bastions allemands dans les Alpes en avril 1945.

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, après une affectation au cabinet du ministre des Armées, et une promotion au grade de lieutenant-colonel, il se porte volontaire pour servir en Indochine française lors de la guerre d'Indochine. Nommé colonel, il prend le commandement du 3e REI et participe à la bataille de Dien Bien Phu en 1954. Il était alors responsable du point d'appui "Isabelle". Lalande fut capturé à la chute du camp retranché le et passa cinq mois incarcéré dans les camps du Việt Minh.

Il rejoint ensuite, de juin 1955 à décembre 1958, la délégation française du groupe permanent de l'OTAN à Washington.

Il participe ensuite à la guerre d'Algérie, tout d'abord comme chef d'état-major de la 10e région militaire à Alger, puis comme chef du secteur de Tiaret de mai 1958 à octobre 1960.

Nommé général de brigade en 1961, il commande la 1re Brigade d'intervention en Algérie et en Tunisie, où il participe à la bataille de Bizerte.

Après avoir occupé le poste de commandant et d'inspecteur de l'Aviation légère de l'armée de terre, il prend le commandement de la 11e DLI à Pau.

En juin 1966, il est promu général de division. En juillet de l'année suivante, il prend les fonctions de chef d'état-major particulier du président de la République. En 1969, il devient gouverneur militaire de Lyon et commandant de la 5e région militaire. Le , il est promu au rang de général de corps d'armée.

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]