André Joseph Panckoucke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Joseph Panckoucke
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfants

André Joseph Panckoucke, né le 31 janvier 1703 à Lille et mort le 19 janvier 1753 à Lille, est un libraire et un auteur français, fils de Pierre Panckoucke et Marie Angélique Hennion.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'établit libraire à Lille place de Rihour, entre 1728 et 1733. Le 12 février 1730, il épouse à Paris la fille d'un libraire savant de Paris situé quai des Augustins (enseigne "A la belle image"), Marie-Marguerite Gandouin, fille de Pierre Gandouin (1672-1743). André-Joseph édite plusieurs ouvrages restés célèbres, dont le recueil périodique "L'abeille flamande" en 1746 (revue historique de la Flandre limitée à 10 numéros), "La bataille de Fontenoy" en 1745, "L'heureux citoyen" en 1759.

Il est aussi l'auteur de "Dictionnaire géographique de la châtellenie de Lille" en 1733, "L'art de se désopiler la rate" en 1754 édité par Duquesne, "L'abrégé chronologique de l'histoire de Flandre contenant les traits remarquables de l'histoire des comtes de Flandre depuis Baudouin Ier dit Bras de fer, jusqu'à Charles II, roi d'Espagne" à Dunkerque chez J-L. de Boubers en 1762, le "Dictionnaire des proverbes françois et des façons de parler comiques" chez Savoye en 1748, "Etudes convenables aux demoiselles contenant la grammaire, la poésie, la rhétorique, ..." en 1789 très utilisées dans les maisons d'éducation.

Il est le père de Charles-Joseph Panckoucke, de Marie-Angélique de La Tournelle et d'Amélie Panckoucke, épouse de l'académicien Jean-Baptiste-Antoine Suard. Il est aussi le beau-père de l'imprimeur bruxellois Jean-Louis de Boubers. À sa mort, la veuve Panckoucke reprend la direction de l'entreprise familiale et développe le catalogue des éditions. En 1759, elle est poursuivie pour avoir publié une œuvre de Voltaire, "Précis de l'Ecclésiaste en vers". À la suite de cette affaire, son fils Charles-Joseph fera 6 mois de prison.

Le clan familial s'étend avec les différentes branches à Paris comme à Lille : Placide-Joseph Panckoucke libraire à Lille et père de Henry Panckoucke, Théodore Joseph Panckoucke, libraire à Narbonne et Montpellier, Pierre Joseph Panckoucke, Bourgeois de Lille, puis plus tard Désiré Dalloz et Alfred Mame à Paris, Edouard Desfossés, frère de Victor Antoine Desfossés et époux de Gabrielle Dalloz à Paris, Dominique Voncent Ramel de Nogaret dit Dominique-Vincent Ramel-Nogaret à Paris puis à Bruxelles, Édouard Lorois entre le Morbihan et Bruxelles avec ses 2 fils, Édouard et Émile, préfets et hommes politiques français.

Sources[modifier | modifier le code]

  • L'argent et les lettres - Histoire du capitalisme d'édition 1880- 1920 par Jean-Yves Mollier, 1988.
  • Charles-Joseph Panckoucke et la Librairie française de 1736 à 1798 par Suzanne Tucoo-Chala, 1977.

Liens externes[modifier | modifier le code]