André Hellé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Hellé
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
André LaclôtreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Peintre, lithographe, illustrateur, auteur de littérature d'enfanceVoir et modifier les données sur Wikidata

André Hellé, pseudonyme d'André Laclôtre, est un artiste peintre et décorateur français, illustrateur, lithographe et créateur de jouets très novateurs, né à Paris 19e[1] où il meurt le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant les années 1890, André Laclôtre, qui vit depuis son enfance à Boissy-Saint-Léger, est proche des Arts incohérents, signant des dessins humoristiques sous son nom.

Il prend le pseudonyme d'André Hellé vers 1896 quand il commence à publier des dessins et des bandes dessinées dans des périodiques illustrés. Très demandées, ses contributions sont fort nombreuses et s'étalent jusque dans les années 1930. Les principaux supports destinés aux adultes sont Le Journal pour tous (1899-1905), La Caricature (1900-1904), Le Rire (1901-1915), Le Sourire (1902-1930), L'Assiette au beurre (1903-1910), le Journal amusant (1910-1914), Je sais tout (1909-1912), Nos loisirs (1909-1912), La Vie parisienne (1909-1920), Le Miroir du monde (1932-1937).

Pour la presse pour la jeunesse, il publie dans La Joie des enfants, Le Jeudi de la jeunesse.

Dès 1910, Il crée des modèles de jouets en bois d'une forme novatrice, et produit une série appelée « L'Arche de Noé ». Il reçoit, pour ses jouets, la médaille d'or et le diplôme d'honneur de la Société d'encouragement à l'art et à l'industrie.

En 1913, il écrit un livret de ballet pour Claude Debussy, La Boîte à joujoux, dont il illustre aussi la partition originale.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1936, Claire Huchet Bishop écrit dans la French Review : « Disons tout de suite que, en ce qui concerne le livre d'images c'est la France qui est incontestablement à l'avant-garde. Elle l'est depuis 1912. Quel scandale avait produit Hellé. On cherchait en vain à cet art audacieux un ancêtre à travers la longue et noble lignée des illustrateurs du XIXe siècle. Andre Hellé c'était tout neuf. On se disait qu'il était bien facile de faire ces animaux « en bois » avec des couleurs unies. Mais ces animaux et personnages qui faisaient penser à des jouets en bois étaient extraordinairement vivants. Dédaignant les détails, Hellé avait saisi le rythme caché et il le traduisait avec une apparente naïveté. En réalité toutes ces images débordaient d'esprit et de finesse et Debussy le comprit, lui qui composa pour La Boite à joujoux l'exquise musique de ballet que l'on applaudit encore chaque année à l'Opéra-Comique. Hellé a été le courageux précurseur. Il a d'ailleurs continué à créer album après album : Le tour du monde en 80 pages, Maman les petits bateaux, les Douze plus belles fables du monde, etc., etc. On ne saurait dire qu'il a eu des imitateurs ou même des disciples. Mais avec lui le mouvement moderne de peinture est entré dans l'illustration du livre pour enfants, et quand on voit maintenant les livres de Parain, de Tranchant, d'Edy Legrand, de Brunhof, on ne peut se défendre de songer à celui qui fut l'avant-coureur de l'avant-garde, tout seul, avant la guerre, il y a bien longtemps. »

D'octobre 2012 à juin 2013, le musée du jouet de Poissy a organisé une rétrospective André Hellé[2].

Publications[modifier | modifier le code]

« Le bœuf gras », publié dans Le Rire, 9 mars 1907.
Grosses Bêtes & petites bêtes (1912).
  • Drôles de bêtes [L'arche de Noé], Paris, Alfred Tolmer & Cie, 1911.
  • Grosses Bêtes & petites bêtes, Alfred Tolmer & Cie, 1912[3]
  • La Boîte à joujoux, musique de Claude Debussy, 1913-1919
  • French Toys, ed. L'Avenir Féminin, 1915
  • La Belle histoire que voilà, éditeur Berger-Levrault, 1920
  • Fables de La Fontaine, Berger-Levrault, 1922
  • Films pour les tout-petits, Librairie Garnier frères, Paris, 1924, 32 pl. disponible sur Gallica
  • Le petit elfe ferme l'œil, éditeur Tolmer, 1924
  • Petit elfe ferme l'œil, Florent Schmitt, 1924
  • L'Arche de Noé, éditeur Garnier, 1925
  • La Maison des aïeules, suivi de Mademoiselle Anna très humble poupée, Pierre Loti, éditeur Floury, 1927
  • Le Tour du monde en 80 pages, éditeur Ferenczi & fils, 1927 disponible sur Gallica
  • Maman les petits bateaux, éditeur Ferenczi & fils, 1928
  • Les Douze plus belles fables du monde, Roger Dévigne, Berger-Levrault, 1931
  • La Croisière des enfants, Berger-Levrault, 1933
  • Isabelle Georges Schreiber, Les Bêtes Parlent, illustrations d'André Hellé, Paris, 1935
  • Armand Got, Pin pon d'or : comptines, formulettes, berceuses, rondes, ritournelles, éditeur Bourrelier, 1939
  • Fables des quatre jeudis, Berger-Levrault, 1940
  • Les Souvenirs d'un petit garçon, autobiographie, Berger-Levrault, 1942

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État-civil de Paris : Naissances, 19e arrondissement, 28/04/1871, n° 873.
  2. journal-deux-rives.com journal-deux-rives.com.
  3. Digital Collection - Library of Congress, (en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Renonciat, Livre mon ami - Lectures enfantines 1914-1954, Paris-Bibliothèques, 1992 (ISBN 978-2906869356).
  • Béatrice Michielsen, Drôles de jouets - André Hellé ou l'art de l'enfance, Ed Mare-Marin 2012, Catalogue Musée du jouet de Poissy (ISBN 978-2-84934-111-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :