André Grjebine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Grjebine
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

André Grjebine est un universitaire, un économiste et un philosophe français né en 1948.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur d’État en économie (Paris 1) et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (IEP).

Après avoir été chef du service économique du journal Combat, il a été chargé de mission à la direction de la prévision du ministère de l'Économie et des Finances. Il a également été à deux reprises (1981-1984, 1985-1986) chargé de mission par des ministres de la Recherche et de l’Industrie.

André Grjebine a enseigné l'économie politique à l'IEP de Paris de 1976 à 1996. Il est actuellement Directeur de recherche à Sciences Po Paris, Centre de recherches internationales. Il est l’auteur d'ouvrages économiques et philosophiques. Il collabore régulièrement à plusieurs journaux français, dont Le Monde, Les Echos et La Tribune.

Ses travaux actuels portent sur la crise de l'euro, les déséquilibres entre pays membres, ainsi que sur les moyens pour un État de sortir d'un surendettement public ou privé sans plonger l'économie dans la récession. Il s'intéresse aussi aux facteurs de vulnérabilité des sociétés ouvertes - c'est-à-dire des sociétés sans dogmes imposés par des autorités supérieures au nom d'une révélation ou d'une idéologie - et sur les menaces qui pèsent aujourd'hui sur ces sociétés. Outre des articles, il a publié en 2015 un nouvel ouvrage, La dette publique et comment s'en débarrasser. Désendetter les Etats sans compromettre la croissance, c'est possible !, aux Presses Universitaires de France. Il a également récemment publiés : « Les déséquilibres intra-européens : à qui la faute ? »[1], « Les États de l’Union Européenne peuvent-ils se débarrasser de leurs dettes ?", « L’eurosystème : un mécanisme de transferts en faveur des pays déficitaires ? le débat»[2].

Il pointe également du doigt le déficit démocratique des institutions européennes[3], notamment dans une contribution se demandant : "les blocages institutionnels compromettent-ils la survie de la zone euro ?", au sein de l'ouvrage collectif Le gouvernement économique européen, dirigé par Jean-Bernard Auby et Pascale Idoux, à paraître en 2016.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1973 : La réforme du système monétaire international, en collaboration avec T. Grjebine, éd. PUF.
  • 1980 : La nouvelle économie internationale éd. PUF, 3° édition 1986.
  • 1983 : L'État d'urgence éd. Flammarion.
  • 1986 : Sous la direction d'André Grjebine : Théories de la crise et politiques économiques, éd. Le Seuil, coll. Points-économie, 416 pages, 2e édition 1989.
  • 1991 : La Politique économique ou la maîtrise des contraintes, éd. Le Seuil.
  • 1998 : Un monde sans dieux. Plaidoyer pour une société ouverte, éd. Plon.
  • 2003 : Le Défi de l'incroyance, éd. La Table Ronde, 274 pages.
  • 2008 : La guerre du doute et de la certitude - la démocratie face aux fanatismes, 181 pages, éd. Berg International.
  • 2015 : La dette publique et comment s'en débarrasser, PUF, janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Regards croisés sur l’économie n°11, mai 2012 ? pp.44-56
  2. Revue de l'OFCE, n°126, février 2013
  3. Une construction européenne kafkaïenne, André Grjebine, Le Monde.fr, 6 mars 2013