André Fontainas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontainas.
André Fontainas
André Fontainas by Vallotton.PNG

André Fontainas dessiné par Félix Vallotton dans le deuxième Livre des Masques, 1898 de Remy de Gourmont

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
André Jean FontainasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Genre artistique
Distinction

André Fontainas, né le à Bruxelles et mort le à Paris, est un poète et un critique belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Posant avec d'autres fondateurs de l’Académie Mallarmé, à l’époque de la fondation de celle-ci en 1937. De gauche à droite, debout : Édouard Dujardin, Francis Vielé-Griffin, Paul Valéry, André-Ferdinand Hérold, André Fontainas, Jean Ajalbert. Assis : Saint-Pol-Roux, Paul Fort.
Posant avec d'autres fondateurs de l’Académie Mallarmé, à l’époque de la fondation de celle-ci en 1937. De gauche à droite, debout : Édouard Dujardin, Francis Vielé-Griffin, Paul Valéry, André-Ferdinand Hérold, André Fontainas, Jean Ajalbert. Assis : Saint-Pol-Roux, Paul Fort.

Petit-fils d’André-Napoléon Fontainas et fils de Charles Fontainas, avocat près la Cour de Bruxelles, André doit en 1877 suivre son père qui s'installe à Paris pour raisons professionnelles ; il entre alors au lycée Fontanes qui deviendra plus tard le lycée Condorcet, où il a comme condisciples Rodolphe Darzens, René Ghil, André-Ferdinand Hérold, Stuart Merrill, Éphraïm Mikhaël, et comme professeur d’anglais, Stéphane Mallarmé.

Après des débuts poétiques à Bruxelles, Fontainas revient s'installer en 1889 à Paris et entre comme critique au Mercure de France : il y servira de lien entre les poètes belges symbolistes et français et y conservera la rubrique poésie jusqu'à sa mort.

De 1892 à 1922, il est receveur d'octroi pour la Ville de Paris, un emploi alimentaire qui lui permet d'écrire en toute tranquillité.

En 1937, il est membre fondateur de l'Académie Mallarmé.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie
  • Le Vergers illusoire, Libraire de l'art indépendant, 1892
  • Nuits d’Épiphanie 1894
  • Les Estuaires d'ombre, 1896
  • Crépuscules, 1897
  • L'Eau du Fleuve, 1897
  • Le sang des fleurs, Imprimerie Veuve Monnom, 1889
  • Le Jardin des îles claires : poèmes, Mercure de France, 1901
  • La nef désemparée : poèmes, Société du Mercure de France, 1908
  • L'Allée des glaïeuls : cinq odes et un sonnet dédiés à Paul Valéry, Librairie de France, 1921
  • Divertissement (un portrait d'André Fontainas et deux dessins en hors-texte par Pino della Selva), Éditions littéraires de France, 1945
  • L’œuvre d'André Fontainas, Marguerite Bervoets (s/d), Palais des Académies, 1949
  • Choix de poèmes, Mercure de France, 1950
Roman
  • L'ornement de la solitude, Société du Mercure de France, 1899
Souvenirs
  • Mes souvenirs du symbolisme, La Nouvelle revue critique, 1928
  • Confession d'un poète, Mercure de France, 1936
Essais
  • Histoire de la peinture française au XIXe siècle (1801-1900), Société du Mercure de France, 1906
  • Frans Hals, H. Laurens, 1908
  • La vie d'Edgar A. Poe, Mercure de France, 1919
  • Courbet, Félix Alcan, 1921
  • La peinture de Daumier, G. Crès et cie, 1923
  • Constantin Meunier, F. Alcan, 1923
  • Rops, F. Alcan, 1925
  • Bonnard, Librairie de France, 1928
  • Dans la lignée de Baudelaire, La Nouvelle revue critique, 1930
  • Tableau de la poésie française d'aujourd'hui, La Nouvelle revue critique, 1931
  • L'Antisémitisme : son histoire et ses causes, J. Crès, 1934

Sources[modifier | modifier le code]

  • Henri Sensine, Chrestomathie française du XIXe siècle, vol. 2, Payot & Cie, 1914
  • Robert Frickx & Raymond Trousson, Lettres françaises de Belgique : La poésie, De Boeck Université, 1988 - (ISBN 978-2-8011-0785-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]