André Engel (metteur en scène)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Engel.
Ne doit pas être confondu avec André Engel (paysagiste).

André Engel est un metteur en scène français de théâtre et d'opéra, également acteur, né en 1946.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Engel a enseigné la philosophie jusqu’en 1969. Il fait ses débuts de metteur en scène en 1972, dans le cadre du Théâtre de l’Espérance, associé à Jean-Pierre Vincent (Dans la jungle des villes de Bertolt Brecht, Don Juan et Faust de Grabbe), avant de développer ses activités au sein du Théâtre national de Strasbourg (Baal de Brecht, Un week-end à Yaick, d’après Pougatchev de Sergueï Essénine, Kafka théâtre complet, dont il tire le film Hôtel moderne, Ils allaient obscurs sous la nuit solitaire d’après En attendant Godot de Samuel Beckett, Penthésilée d’après Heinrich von Kleist). Son répertoire, qui se distingue d’emblée par une certaine prédilection pour les grandes figures du répertoire d’Outre-Rhin, est cependant loin de se limiter aux textes théâtraux.

Il croise les écrits classiques et contemporains tout en s’attachant à parcourir des sentiers inexplorés. C’est l’époque où Engel déplace le terrain du spectacle hors des théâtres dans des lieux insolites : hangar, haras, hôtel, mine de fer, chacune de ses créations s’inscrit dans un lieu qui lui est propre, non consacré au théâtre. C’est ainsi, par exemple, que Dell’inferno, sur des textes de Bernard Pautrat (avec la collaboration « involontaire » de Dante, Virgile, Ovide, ou Rilke), est donné tout d’abord dans une usine désaffectée de La Plaine Saint-Denis en collaboration avec le Théâtre Gérard Philipe en 1982. La même année, Engel choisit de mener une carrière de metteur en scène indépendant ; en 1988, il fonde le Centre bilatéral de création théâtrale et cinématographique, financé par le Ministère de la Culture et de la Communication, qui lui permet de coproduire la plupart de ses spectacles. Il met en scène Lulu au Bataclan, d’après Wedekind (Bataclan, Théâtre des Amandiers, 1983), Le Misanthrope de Molière (Maison de la Culture de Bobigny, 1985), Venise sauvée, d’après Hugo von Hofmannsthal (Maison de la Culture du Havre, Festival d’Avignon, Maison de la culture de Bobigny, 1986), Salomé de Richard Strauss (Welsh National Opéra, 1987), La Nuit des chasseurs, d’après Woyzeck de Büchner (Théâtre national de la Colline, 1988), Le livre de Job, d’après la Bible (Théâtre national de Chaillot, 1989), Der Freischütz de Weber (Opéra national du pays de Galles, 1989), O.P.A. Mia de Denis Levaillant (Festival d'Avignon, Festival Musica Strasbourg, Opéra-Comique, 1990), Carmen de Bizet (Opéra national du pays de Galles, 1990), Le Réformateur du monde de Thomas Bernhard (Centre bilatéral de création, Maison de la Culture de Bobigny, 1990-1991), Légendes de la forêt viennoise d’Ödön von Horváth (Maison de la Culture de Bobigny, 1992, spectacle sélectionné aux Molières 1993 pour la meilleure mise en scène), Antigone de Ton de Leeuw (Festival de Hollande, 1993), La Walkyrie (Scala de Milan, 1994), Le Baladin du monde occidental de Synge (Odéon-Théâtre de l’Europe, 1995).

Après sa nomination en 1996 à la direction artistique du Centre dramatique national de Savoie, André Engel crée ses spectacles dans des salles d’opéra ou de théâtre de type plus classique. Le CDNS, qui a pour particularité de ne pas disposer d’une salle propre, mène en effet une politique de soutien à la création en partenariat avec les Scènes nationales d’Annecy et Chambéry, où sont présentés les spectacles et les productions qu’invite le CDNS. Engel a notamment monté dans ce cadre La Force de l’habitude de Thomas Bernhard, Woyzeck de Büchner (spectacle également présenté à Gennevilliers en 1998), Le Réformateur de Thomas Bernhard, Léonce et Léna de Büchner (spectacle créé à la rentrée 2001 à l’Odéon-Théâtre de l’Europe qui valut à Eric Elmosnino, dans le rôle de Valério, le Molière de la révélation théâtrale) ; plus récemment Papa doit manger, de Marie NDiaye, créé à la Comédie-Française en 2003, et, toujours à l’Odéon, Le Jugement dernier d’Ödön von Horváth (2003, reprise en 2004 : prix du meilleur spectacle décerné par le Syndicat de la critique dramatique).

L’aventure du CDNS s’achève pour Engel en juin 2004. Georges Lavaudant lui propose alors de rejoindre l’Odéon-Théâtre de l’Europe en qualité d’artiste associé. C’est à ce titre qu’Engel crée Le Roi Lear aux Ateliers Berthier en janvier 2006, et La Petite Catherine de Heilbronn de Kleist en janvier 2008.

André Engel poursuit par ailleurs sa carrière de metteur en scène d’opéra.

Carrière[modifier | modifier le code]

Metteur en scène d'opéras[modifier | modifier le code]

Metteur en scène de théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]