André Duroméa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

André Duroméa
Illustration.
Promenade de la plage au Havre.
Fonctions
Député de la Seine-Maritime
Gouvernement Ve République
Groupe politique communiste
Sénateur de la Seine-Maritime
Groupe politique communiste
Député de la Seine-Maritime
Groupe politique communiste
Maire du Havre
Prédécesseur René Cance
Successeur Daniel Colliard
Conseiller général de la Seine-Maritime
Biographie
Nom de naissance André Jean Duroméa
Date de naissance
Lieu de naissance Le Havre
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Dieppe
Parti politique Parti communiste français
Profession ajusteur, artisan serrurier
Résidence Seine-Maritime

André Duroméa, né au Havre (Seine-Inférieure) le et mort à Dieppe (Seine-Maritime) le [1], est un homme politique français. Membre du Parti communiste français, il a été maire du Havre, conseiller général de la Seine-Maritime et député et sénateur de la Seine-Maritime.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé au métier d'ajusteur, André Duroméa adhère à dix-neuf ans au PCF, à l’époque du Front populaire[2]. Pendant la guerre, opérant en tant que lieutenant-colonel dans un réseau de Francs-tireurs et partisans (FTP) du sud-ouest de la France, il est arrêté par les Allemands en mars 1944, durement torturé[3] et déporté à Neuengamme d'où il est libéré en avril 1945.

Son action dans la Résistance lui vaut de recevoir la croix de chevalier de la Légion d'honneur. C’est au lendemain de la guerre (1947) qu’il est élu pour la première fois au conseil municipal de la ville du Havre. André Duroméa est permanent du PCF jusqu’en 1954 et siège dans l’opposition jusqu’en 1959. Il participe à l'élan d'éducation populaire, à l'art élitaire pour tous, et fait construire le Volcan.

René Cance, maire du Havre, fait de l’ouvrier ajusteur son premier adjoint en 1965. En 1971, André Duroméa est élu maire du Havre au premier tour, performance qu'il réitère en 1977 et 1983. Il occupe cette fonction sans discontinuer jusqu'à sa démission en 1994, laissant alors la place à son premier adjoint, Daniel Colliard).

Il est aussi conseiller général de la Seine-Maritime (1958-1976), député (1967-1986 et 1988-1993) et sénateur (1986-1988).

Le , il est promu au grade de commandeur de la Légion d’honneur par Jacques Chirac.

Le , une cérémonie funéraire eut lieu dans le hall de l'Hôtel de Ville du Havre, où tous ses anciens administrés ont pu lui rendre un dernier hommage.

Il est inhumé au Cimetière Sainte-Marie au Havre.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annonce du décès d'André Duroméa, paris-normandie.fr, 16 mars 2011.
  2. Paul Boulland, « DUROMÉA André, Jean », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 25 février 2019).
  3. Allocution de Roland Leroy lors de l'hommage à André Duroméa le 22 mars 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Duroméa raconte : la Résistance, la déportation, Le Havre, Éditions Sociales, 1987
  • André Duroméa, un maire, un militant, entretiens avec Jean-Jacques Lallemand, Le Temps des Cerises, 2005
  • Stéphane Siret, « Jacques Chirac distingue André Duroméa », dans Paris-Normandie, 25 juillet 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]