André Deluol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Deluol
Andre Deluol 1956.jpg
Andre Deluol en 1956
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
VendéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction

André Deluol (né à Valence le 27 août 1909 et décédé à Saint-Michel-en-l'Herm le 26 avril 2003) est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Deluol est le petit-fils de l’architecte Casimir Genest (1846-1918), qui a édifié à Valence un ensemble de villas autour d’un jardin, pour lui et sa famille : le Clos Genest. La villa Margot a été réalisée pour sa mère Marguerite.

Il passe son enfance en Algérie où son père est gouverneur militaire.

En 1928, il vient à Paris et entre dans l'atelier d'Ernest Laurent à l'école des Beaux-Arts. Il est d'abord peintre et fresquiste (décor du chœur de l'église de Bourg-lès-Valence) puis il se tourne vers la sculpture. Un séjour en Grèce en 1933 conforte sa vocation. Il pratique la taille directe : Pourquoi employer le modelage ? Le bloc de pierre fait pour nous la moitié du travail. Il nous prête son poids, sa matière, qui est suggestive, ses surprises qui nous stimulent. Il arrive qu'il nous donne jusqu'au sujet (interview parue dans Beaux-Arts en septembre 1936). Il a créé tout un monde de figures dansantes, images souriantes de la joie de vivre. Avec le temps ses œuvres prennent un côté plus décoratif et plus monumental.

Il a créé de nombreuses médailles pour la monnaie de Paris et travaillé pour l'orfèvrerie Christofle et la cristallerie Daum.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres d'André Deluol sont au Musée d'art moderne, au Musée d'art moderne de la ville de Paris), et aux musées de Poitiers, Nîmes, Valence, Amsterdam et Alger. À noter également le musée Deluol de Saint-Michel-en-l'Herm (Vendée) riche de 150 œuvres du sculpteur et peintre.

Monuments[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de monuments à Saint-Gaudens, Manosque (fontaine), Louviers, Étampes, La Seyne-sur-Mer (monument aux morts) , Argentière-la-Bessée, Pont de l'Isère (monument du 45e parallèle) et de nombreux décors pour des établissements scolaires à Clermont-Ferrand, Gonesse, Etampes, Versailles, Privas, Rodez et Grasse.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est nommé Chevalier des Arts et des Lettres en 1957 et reçoit, entre autres récompenses, la Médaille de Vermeil de l’Ordre de l’Étoile civique en 1973, le Grand Prix Édouard-Marcel Sandoz décerné par la Fondation Taylor en 1981 et la Médaille de Vermeil des Arts et Lettres en 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) La Sculpture Contemporaine Française (Éditions de Monaco, 1944)
  • (fr) Dictionnaire français contemporain Pharos (2e édition, 1954-1955)
  • (fr) La Sculpture française de Rodin à nos jours
  • (fr) Le Livre d’Or des Valeurs Humaines, (Éditions Le Mémorial, 1970)
  • (fr) Georges Waldemar, La Femme dans l’Art français
  • (fr) Jean-Michel Viguier, Claude Gaspari, Bruno Flament, André Deluol, Etreintes de Pierre (Dharma 2004)

Liens externes[modifier | modifier le code]