André Deed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Deed
Description de cette image, également commentée ci-après
André Deed dans L'Uomo Meccanico en 1921.
Nom de naissance Henri André Augustin Chapais
Naissance
Le Havre
Nationalité Drapeau de la France France
Décès (à 61 ans)
Paris XIIe
Profession Acteur, scénariste, réalisateur
Films notables L'Uomo meccanico
Boireau maçon (1913).
L'uomo meccanico (1921).

Henri André Augustin Chapais dit André Deed, né le au Havre[1] et mort le à l'hôpital Saint-Antoine à Paris 12e[2] est un acteur, scénariste et réalisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Deed est un acteur burlesque français du cinéma muet, très célèbre à son époque.

Il commence sa carrière, au début du XXe siècle, comme acrobate et chanteur de music-hall. En 1901, il se lance dans l'industrie naissante du cinéma en travaillant pour son pionnier Georges Méliès sous le nom de « Gribouille[3] ». À partir de 1906, il tient le premier rôle dans une série comique produite par Pathé, jouant le personnage de « Boireau ». Il utilise des effets spéciaux dignes de Méliès dans Cretinetto che bello! (1909), où son corps, déchiqueté par un groupe de femmes follement amoureuses de lui, se reconstitue miraculeusement en un plan unique[4].

En 1909, il tourne en Italie sous contrat avec l'Itala Film, semant la destruction et le chaos partout sur ses pas. Il doit changer de nom, se faisant dès lors appeler « Cretinetti » en Italie ou « Gribouille » en France. En 1911, il commence à réaliser ses propres films et, en 1920, il réalise des comédies et des films d'aventure.

Son retour en France en 1912 chez Pathé Frères est annoncé par le titre Gribouille redevient Boireau. Après la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il est mobilisé, il s’installe définitivement en France et épouse sa partenaire de scène Valentina Frascaroli (« Gribouillette ») en 1918[5].

Sa période de plus grande popularité précède la Première Guerre mondiale. Oublié par les générations postérieures, le nom de ce comédien contemporain de Max Linder figure peu dans la littérature spécialisée. Celui de ses films qui peut encore être vu est L'Uomo meccanico, de 1921. Peu de temps après ce film, André Deed tombe dans l'oubli et finit ses dernières années comme accessoiriste aux studios Pathé[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Pseudonymes par pays[modifier | modifier le code]

  • France : Boireau ou Gribouille
  • Italie : Cretinetti
  • Pays anglo-saxons : Foolshead ou Jim
  • Allemagne : Müller
  • pays hispanophones : Toribio ou Toribio Sánchez
  • Portugal : Turibio
  • Hongrie : Lehmann
  • Russie : Glupyuskin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance no 490 (vue 129/480) sans mentions marginales. Archives départementales de Seine-Maritime en ligne, état-civil du Havre, registre des naissances de 1879.
  2. Acte de décès no 3347 (vue 26/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 12ème arrondissement, registre des décès de 1940. L'acte précise qu'il était célibataire et qu'il habitait à Champigny-sur-Marne.
  3. Jean A. Gili, La Comédie italienne, Henri Veyrier, , 202 p. (ISBN 2-85199-309-7), p. 20
  4. Ce film est visible dans l'espace vidéos du musée national d'Art moderne au centre Georges-Pompidou.
  5. (en) Janne Wass, « L’uomo meccanico », (consulté le 1er septembre 2018)
  6. Avec "Gribouille" sur les bords de la Marne... Paris-Soir, 6 juillet 1932, p. 3, disponible sur Gallica.
  7. Ce qu'on a fait, ce qu'on va faire. En France. L'Intransigeant, 9 décembre 1922, p. 4, disponible sur Gallica.
  8. Chroniques cinégraphiques. Un revenant ... L'Écho d'Alger, 29 avril 1925, p. 3, disponible sur Gallica.
  9. Les présentations. Alex Nalpas. Lundi 11 juillet 1932. Léon...tout court. Hebdo-Film, 16 juillet 1932, p. 13, disponible sur Gallica.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]