André Dahl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dahl.
André Dahl
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Tombe André Dahl, Cimetière des Batignolles, Paris.jpg
Tombe d'André Dahl au cimetière des Batignolles.

André Dahl, de son vrai nom Léon Kuentz (né à Lyon le [1] - mort le ), est un journaliste, écrivain et directeur de théâtre français.

biographie[modifier | modifier le code]

Le théâtre des Deux Ânes qu'il fonde en 1922.

Il débute comme revuiste à Montmartre. Il donne avant guerre des articles aux Hommes du jour, au Matin, au Journal, à L'Assiette au beurre. Il fonda l'hebdomadaire satirique Le Merle Blanc. Il entre au Canard enchaîné dans les deux dernières années de la première guerre mondiale. Il écrit aussi des articles pour le journal Les Hommes du jour.

Il dirige différents cabarets artistiques : le Moulin de la chanson et le Théâtre des Deux Ânes qu'il fonde en 1922 avec Roger Ferréol. Il fait appel à José de Bérys qui devient le secrétaire général du cabaret.

Il meurt le à 1 heure du matin d'une méningite aiguë dont les premiers symptômes s'étaient déclarés 8 jours plus tôt.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le soleil ne se leva pas, éditions Sept, 1922. Collection du « Merle blanc ».
  • Voyage autour de ma loge (Journal d'un concierge), éditions Baudinière, 1924.
  • Ces dames du 12, éditions Baudinière, 1925.
  • Le conteur est ouvert (contes gais), éditions Baudinière, 1926.
  • Mon curé chez Vautel, éditions Baudinière, 1926.
  • Machoux, député, éditions Baudinière, 1927.
  • Cœurs en vacances, éditions de la Nouvelle Revue critique, 1929.
  • Jeanne d'Arc revint, édition de la Nouvelle Revue critique, 1929.
  • Trou-les-bains, histoire gaie d'une ville d'eaux, éditions Baudinière, 1929.
  • La Victime de Madame Machard, farce littéraire, éditions Baudinière, 1930. Illustré par Henri Guilac.
  • Quand te tues-tu ? (histoire d'un suicide), éditions Baudinière, 1930.
  • Le Fauteuil à roulettes (voyage imaginaire en France), éditions de la Nouvelle Revue critique, 1930. Couverture illustrée par J.-A. Mercier.
  • Les Trois Aviateurs, éditions Baudinière, 1933.
  • Contes pour la comtesse, éditions Baudinière, 1934.
  • Oui, Papa !, La technique du livre, 1947, republication de Machoux, député.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]