André Désilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Désilles
AndréDesilles.png
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 23 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Grade militaire
Maison natale d’André Désilles à Saint-Malo.

André Désilles (ou Antoine-Joseph-Marc[1]), né à Saint-Malo (France) le 11 mars 1767, mort à Nancy (France) le 17 octobre 1790, était officier au régiment du Roi infanterie lors de la mutinerie de ce régiment, du régiment de dragons Mestre de Camp Général et du régiment suisse de Châteauvieux, qui constituaient la garnison de Nancy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d'armateurs malouins, André Désilles est le fils de Jeanne-Rose Picot de Clorivière (sœur du jésuite Pierre-Joseph de Clorivière[2] ) et de Marc Désilles de Cambernon, trésorier de l'association bretonne et propriétaire de la malouinière de La Fosse Hingant à Saint-Coulomb. Il a trois sœurs, dont l'une, Angélique Desclos de La Fonchais, sera guillotinée dans l'affaire de la conjuration du marquis de la Rouërie [3].

Affaire de Nancy[modifier | modifier le code]

En août 1790, officier du régiment du Roi infanterie, il est à Nancy pour préparer ses fiançailles avec Victoire, la fille aînée du baron Ferdinand Fisson du Montet (1748-1801) à laquelle le mariage a été annulé après la défiance de Desille au trône[4].

Lors de l'affaire de Nancy, le 31 août, il s'interpose entre les mutins des régiments du Roi infanterie, Mestre de Camp Général et du régiment suisse de Châteauvieux, appuyés par trois canons et qui accusent leurs officiers de détourner la solde, et les troupes du marquis de Bouillé, chargées de rétablir l'ordre. Il est atteint de 3 balles à la jambe près de la porte Sainte-Catherine. L'héroïsme du jeune Désilles émeut toute la France. Le 3 septembre, l'Assemblée Nationale le remercie de sa conduite à l'instigation de Mirabeau et Louis XVI lui fait remettre la Croix de Saint-Louis. Ses plaies s'étant infectées, il meurt de septicémie le 17 octobre. Son corps est ramené à Saint-Malo et inhumé le 3 novembre. Le 29 janvier 1791, l'Assemblée vote un service en l'honneur du « Héros de Nancy ».

Hommages[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • François Tuloup De Viris illustribus Urbis macloviensis. La Nouvelle Bretagne, Rennes p. 106-109

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvelle Biographie Générale p.830-831… publiée par MM. Firmin Didot, sous la dir. de M. le Dr Hoefer, Paris, 1855, tome 13
  2. André Desilles, le héros de Nancy O. de Gourcuff, 1809 in Revue de Bretagne de Vendée & d'Anjou
  3. http://www.skoluhelarvro.org/culture-bretagne/femmes/femmes_biographie.php?no=185
  4. La peignée de la Saint-Gauzlin, Marie-Caire Mangin, 2001

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :