André Coyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coyne.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec André Coyné.
André Coyne
Plaque barlaigle.jpg

Plaque commémorative posée au barrage de l'Aigle en septembre 1985.

Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités

André Coyne, né le à Paris, et mort le (à 69 ans) à Neuilly-sur-Seine, est un ingénieur français des ponts et chaussées qui conçut 70 barrages dans 14 pays.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Coyne entre à l'École polytechnique en 1910 et en sort dans le corps des ingénieurs des ponts et chaussées.

La construction du barrage de Marèges (1930-1935), toujours en activité sur la commune de Liginiac et géré par la SHEM, lui permet de remettre à l'honneur la technique des barrages voûtes en France.

Coyne invente aussi le système des procédés acoustiques d'auscultation et le principe de l'ancrage des ouvrages par des tirants d'acier pré-tendus. Il se voit chargé d'enseigner les techniques de constructions de grands barrages à l'École nationale des ponts et chaussées.

En 1947, il fonde son propre bureau d'ingénieurs conseils et d'études avec Jean Bellier, le bureau Coyne et Bellier, toujours en activité. Celui-ci est l'auteur de l'étude de plus de 200 barrages dans le monde, dont plusieurs ouvrages remarquables, avec notamment :

  • Serre-Ponçon (France) : premier grand barrage français en remblai de terres (dont la hauteur atteint 129 mètres).
  • Kariba sur le Zambèze (Zambie/Zimbabwe) : première voûte construite en vallée large (sa hauteur atteint 128 mètres). Création d'un lac de 180 milliards de m3, le plus grand lac artificiel du monde.
  • Bin el Ouidane (Maroc) : plus haut barrage-voûte du continent africain (dont la hauteur atteint 133 mètres).
  • Tignes (France) : plus haut barrage-voûte d’Europe dans la vallée de l'Isère (dont la hauteur atteint 181 mètres).

Le bureau fut également le concepteur du barrage de Malpasset, mis en eau en 1954, et dont la rupture, le , affectera profondément André Coyne jusqu'à sa mort l'année suivante.

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1953 : grand prix d'architecture pour l'ensemble de son œuvre

Liens externes[modifier | modifier le code]