André Corboz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Corboz (né le 5 juin 1928 à Genève et mort le 4 juin 2012 à Collonge-Bellerive) est un historien de l’art, de l’architecture et de l’urbanisme suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Corboz étudie à l'Université de Genève, institution académique dont il obtient une licence en droit en 1952. Il passe par la suite un doctorat d'État ès lettres à Grenoble (1981), puis occupe le poste de Secrétaire de l'université de Genève (1962-1967). On le retrouve par la suite professeur d’histoire de l'architecture à l’Université de Montréal 1967-1980, puis professeur d’histoire de l’urbanisme à l’École polytechnique fédérale de Zurich de 1980 à 1993. Il est également chercheur au Getty Center à Los Angeles en 1986-1987, et publie de nombreux articles et ouvrages traitant de l’histoire de la peinture, de l’architecture et de l’urbanisme. Il est également l'initiateur de l'Atlas historique des villes suisses (1997)[1].

L’une de ses œuvres les plus connues est : Invention de Carouge 1772-1792[2], imposant ouvrage dans lequel la ville est vue comme création piémontaise aux portes de Genève à la fin du XVIIIe siècle (Payot, 1968) (ISBN 2601001054).

On citera également, dans le champ de l'histoire de l'architecture :

  • Haut Moyen Âge, Office du Livre, Fribourg, 1970 ;
  • Peinture militante et architecture révolutionnaire : à propos du thème du tunnel chez Hubert Robert, Bâle, Stuttgart : Birkhäuser, 1978.
  • Deux capitales françaises  : Saint-Pétersbourg et Washington, 2003 ;
  • Le Territoire comme palimpseste et autres essais, Les éditions de l'imprimeur, 2001.

ainsi que, dans le domaine de la peinture italienne:

  • Canaletto. Una Venezia immaginaria (Electa 1985).

Son œuvre poétique est bien moins connue. Dans les années 1950, il publie divers recueils, tels que Châtiment des victimes.

André Corboz meurt à Collonge-Bellerive le 4 juin 2012, la veille de son 84e anniversaire[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pier Giorgio Gerosa, « Corboz, André » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. Vidéo L'invention de Carouge: un entretien avec André Corboz datant de 1971 tiré des archives de la RTS
  3. [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Etienne Genequand, Philippe Dériaz, « Une nouvelle façon d'envisager l'histoire », Journal de Genève,‎ (lire en ligne)
  • Lorette Coen, « André Corboz, défricheur de nouveaux territoires », Le Temps,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]