André Corboz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

André Corboz (5 juin 1928 - Genève - 4 juin 2012) est une personnalité genevoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Corboz fait des études de droit à l'Université de Genève. Son œuvre poétique sera moins connue. Il aura une première période, dans les années 1950, pendant laquelle il publiera divers recueils tels que Châtiment des victimes.

Son œuvre la plus connue est : Invention de Carouge 1772-1792[1], dans lequel la ville est vue comme création piémontaise aux portes de Genève à la fin du XVIIIe siècle. (Payot, 1968) (ISBN 2601001054).

On citera au moins ces deux autres œuvres dans le champ de l'histoire de l'architecture :

  • Deux capitales françaises  : Saint-Pétersbourg et Washington, 2003 ;
  • Le Territoire comme palimpseste et autres essais, Les éditions de l'imprimeur, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vidéo L'invention de Carouge: un entretien avec André Corboz datant de 1971 tiré des archives de la RTS

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Etienne Genequand, Philippe Dériaz, « Une nouvelle façon d'envisager l'histoire », Journal de Genève,‎ (lire en ligne)
  • Lorette Coen, « André Corboz, défricheur de nouveaux territoires », Le temps,‎ (lire en ligne)