André Claudot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Claudot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
LœuilleyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Conflit

André Claudot, né le à Dijon et mort le à Lœuilley (Haute-Saône)[1], est un dessinateur, peintre, militant libertaire anticlérical, antimilitariste, puis socialiste.

André Claudot est un peintre « militant pour le bonheur et la fraternité des hommes ». Antimilitariste en 1914, dessinateur politique dans la presse libertaire des années 1920, professeur à l'Institut National des Arts de Pékin, témoin du Front populaire, résistant, anti-colonialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Porteur d'un patronyme typiquement bourguignon, il fait ses études au lycée et aux Beaux-Arts de Dijon, et, boursier en 1909, entre aux Arts Décoratifs à Paris.

C’est là qu’il rencontre des militants anarchistes comme Pierre Martin, ancien compagnon de cellule de Kropotkine à Clairvaux.

Anticlérical, il devient libertaire. Un dessin, paru dans Le Libertaire en 1911, lui occasionne de gros ennuis.

Fiché au Carnet B (des antimilitaristes)[2], il est mobilisé en 1914, mais continue à collaborer durant (Ce qu’il faut dire de Sébastien Faure) et après le conflit à la presse libertaire[3] : Le Libertaire, Clarté d'Henri Barbusse, La Revue anarchiste, La Jeunesse anarchiste, organe de la Fédération anarchiste communiste, , Le Raffût de Georges Cochon et Le Réfractaire, journal de l’association Les Amis de Louis Lecoin[4].

Démobilisé en 1919, il revient de Serbie où il a terminé la guerre, jusqu’à Dijon où il se marie et à Paris où il s’installe à La Ruche en 1920.

Artiste engagé dans un combat sur tous les fronts, il part en Chine en 1926 où il devient professeur à l’Institut National des Arts de Pékin[5] au début de la Révolution, puis à l'Académie des arts de Chine (Hangzhou), où il a notamment comme élève Li Keran[6]. Il va quitter Pékin en 1928, après que sa classe ait été supprimée et le directeur (Lin Fengmian) limogé (ce dernier se réfugie à Nankin). S'il est alors très lié à certains de ses étudiants révolutionnaires (il va assister à des exécutions en 1927), et que par bien des aspects le projet de l'école d'Hanzgou est lui même révolutionnaire (plus d'inspiration libertaire que communiste), il quitte la Chine en 1930 à la fin de son contrat à Hangzhou[7]. Depuis le début du XXIe siècle, ses paysages animés très représentatifs de la Chine de l'époque sont très appréciés des collectionneurs asiatiques dans les ventes aux enchères en France et en Asie.

En 1927 et 1928, il prend malgré tout depuis la Chine notamment part au Salon des indépendants[8] et, en 1930, revient à Paris où il est initié en franc-maçonnerie à la loge Travail et vrais amis fidèles.

Dans les années vingt, à la Ruche (1920-1926, puis 1930-1932), puis à la Cité des artistes de Montmartre (1932-34), il réalise des portraits comme celui du sculpteur Mattia Léoni, son voisin d’atelier, qui partage ses idées libertaires, ceux de Michel Kikoïne, Pinchus Krémègne ou Albert Boucher (le fondateur de la Ruche), ainsi que ceux de Mathieu Battaglia ou du sculpteur juif lithuanien Anton Joutsaytis par exemple.

Nommé professeur à l'École des Beaux-Arts de Dijon, il a notamment pour élève Maurice Boitel entre 1935 et 1940, jusqu'à ce que celui-ci soit mobilisé et demande à être affecté dans une unité combattante (alors que Claudot lui avait proposé de le faire affecter au service cartographique des Armées). Bienveillant avec ses élèves, il n'en était pas moins très directif et les incitait fortement à imiter son style. Ceci explique que ceux qui étaient montés à Paris pour entrer dans un atelier à l'Ecole Nationale des Beaux-Arts et faire ensuite une carrière dans la capitale, craignant qu'il ne continue à vouloir leur imposer ses vues, se sont abstenus de l'inviter à exposer avec eux dans les grands salons parisiens et les galeries en vue. Son caractère autoritaire, sa fierté et sa répugnance à solliciter quiconque ont ainsi maintenu ce grand artiste dans la capitale des anciens ducs de Bourgogne, ancienne capitale de l'Art...cinq cents ans plus tôt. C'est donc seulement plus de vingt ans après sa mort, que ses oeuvres ont vu leur cote se multiplier par cent grâce aux amateurs chinois.

Révoqué par le régime de Vichy en , comme franc-maçon, il participe à la Résistance dans le Front national. Par la suite, il dénonce avec vigueur le franquisme, la guerre d'Algérie, la guerre du Vietnam[9]. Désormais communiste, son engagement s'inscrit dans la Guerre froide. Il dénonce ainsi l'impérialisme américain et s'insurge contre

En 1954, il crée rue Musette à Dijon où il habite[10], une école de peinture, L’Atelier et il est honoré d’expositions, notamment en 1978 à Pavillons-sous-Bois et en 1980 à Dijon, expositions couvrant ses travaux depuis 1914.

À 85 ans, toujours révolté et véhément, il raconte son itinéraire à l'historien du mouvement ouvrier Jean Maitron, dans un documentaire, « Écoutez Claudot », réalisé en 1978, par Bernard Baissat, film récompensé par le prix de la qualité du Centre National de la Cinématographie.

En 1982, quelques mois avant sa mort, la ville de Dijon accueille une nouvelle rétrospective sur le peintre (dans les salles annexes du musée). En 2021 (25 juin-20 septembre), une exposition (cette fois dans le musée des Beaux-Arts lui même), retrace le parcours engagé de cet artiste dans son siècle, tout en témoignant du rôle qu'il a pu avoir en Chine dans les années vingt[11].

Deux facteurs expliquent que sa carrière de peintre n'ait pas rayonné de son vivant, alors qu'il était bien introduit dans les milieux artistiques de la capitale dès avant la première guerre mondiale: il n'a pas su choisir entre sa carrière de peintre et son engagement politique en perpétuel changement et sans but concret défini, qui a parasité son temps et son image. Son amour-propre mal placé a constitué un second handicap et son orgueil blessé apparaît bien dans le documentaire rétrospectif cité plus haut.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Rue (1923), dans le cadre de l'exposition La Ruche, cité des artistes – 1902-2008, Palais Lumière d’Évian, - , dossier de presse pdf.
  • André Claudot : 60 œuvres de 1914 à 1980, Imprimerie Cricadi, 1981.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la Côte d'Or, commune de Dijon, acte de naissance no 194, année 1892 (avec mention marginale de décès) (page 53/195)
  2. Rachel Mazuy, « André Claudot, une jeune militant libertaire inscrit au Carnet B », sur Hypothèses - Circulations et transferts avec l'URSS (consulté le )
  3. L'Éphéméride anarchiste : notice biographique.
  4. René Bianco, 100 ans de presse anarchiste : André Claudot.
  5. Éric Janicot, L'esthétique moderne chinoise : L'épreuve de l'Occident, Éditions You Feng, 2007, page 280.
  6. (en) « Fiche biographique de Li Keran », sur chinaonlinemuseum.com (consulté le ).
  7. Philippe Cinquini, "Le projet artistique d'André Claudot en Chine" in Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot la couleur et le siècle, In Fine, Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 37-45 et Zhou Kangyao, Ecole des Beaux-arts de Pékin et d'Hanzgou (Années 1920-1930), in Rachel Mazuy, Jessica Watson, op. cit., p. 94-95
  8. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 300
  9. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : notice biographique.
  10. Pascal Commère, Dijon, Champ Vallon, 1989, page 86.
  11. « André Claudot (1892-1982) La couleur et le siècle | Musée et Patrimoine Dijon », sur musees.dijon.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]