André Cicolella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Cicolella
Naissance
Nationalité Drapeau de la France Française
Champs Toxicologie, écotoxicologie
Institutions INERIS,
Réseau Environnement Santé (RES),
Fondation Sciences citoyennes (FSC)
Diplôme École nationale de chimie de Nancy
Renommé pour Lanceur d'alerte

André Cicolella (né en 1946) est un chimiste, toxicologue et chercheur français en santé environnementale, spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé en 1971 par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), il y travailla notamment sur les effets des éthers de glycol sur la santé. Au début des années 1990, il met ainsi au point un programme de recherche sur huit ans et organise, pour le 16 avril 1994, un symposium international. Mais une semaine avant la tenue de ce symposium, son contrat de travail est rompu pour « faute grave »[1].

En octobre 2000, après six années de procédure, la Cour de cassation le rétablit dans ses droits en reconnaissant le caractère abusif de son licenciement et reconnaît pour la première fois dans son arrêt la nécessité de « l’indépendance due aux chercheurs », l’employeur devant « exercer son pouvoir hiérarchique dans le respect des responsabilités » qui leur sont confiées[1]. André Cicolella entreprend alors de faire connaître la situation du lanceur d'alerte en proposant de lui accorder une protection juridique.

Il est chercheur en évaluation des risques sanitaires à l’Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS).

En 2009, il crée, avec notamment l'aide de l'association Générations futures et du WWF, l'association Réseau Environnement Santé (RES), dont il est président. Cette association est à l'origine de l'interdiction du bisphénol A dans les biberons et de l'interdiction du perchloroéthylène pour le nettoyage à sec[2].

Il a présidé la Fondation Sciences citoyennes (FSC) de sa création en 2002 à 2007, et fait aujourd'hui partie du conseil d'administration[3].

Il a été responsable de la Commission santé des Verts.

André Cicollela est à l'origine de la création avec le député vert André Aschieri de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement (AFSSE).

Ses sujets de recherche concernent notamment l'étude de la relation environnement—cancer, ainsi que les matériaux antiadhésifs des ustensiles de cuisine, qui polluent les nappes phréatiques, perturbent les écosystèmes et se révèlent nocifs[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]