André Carrel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Carrel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
Bagnolet
Nom de naissance
André Max Hochschiller
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Distinction

André Carrel, né André Hochschiller dans le 17e arrondissement de Paris le , et mort le à Bagnolet[1], est un journaliste, militant communiste et résistant français. Il est rédacteur en chef de L'Humanité Dimanche de 1957 à 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un journaliste qui fut après la Première Guerre mondiale secrétaire général du Comité des forges, il subit l'influence de sa mère proche des milieux communistes et milite au sein des Jeunesses communistes de France[2]. En 1936, il fait ses débuts journalistiques au Peuple, journal de la CGT. Cet organe de presse était avant 1936 le quotidien des "confédérés". À partir de 1936, c'est l'Organe officiel de la Confédération générale du travail[3]. André Hoschiller apprend le métier au côté de Maurice Harmel, journaliste d'expérience, qui avait été un des fondateurs de La Vie ouvrière.

Résistant durant l'Occupation, il adopte son pseudonyme « André Carrel ». Il est membre du Comité parisien de Libération à partir de l'automne 1943 et, lors de la Libération, il est avec André Tollet un des personnages importants de l'insurrection parisienne en août 1944. Jusqu'en , il participe à la nouvelle administration de la capitale. Bien qu'élu conseiller municipal lors des élections d', il ne persiste pas dans une carrière politique et reprend son activité de journaliste dans la presse communiste. Après avoir été, brièvement, rédacteur en chef du quotidien Front national, organe du mouvement de résistance au même nom (), il entre à l'Humanité à la fin de l'année 1946.

André Carrel est à partir de 1957 rédacteur en chef de L'Humanité Dimanche. Il le reste jusqu'en 1981. De 1985 à 1998, il est président directeur général de la société éditrice de l'Humanité[4].

Le , il est promu officier de la Légion d'honneur, pour son activité de résistant[5].

Il était président d'honneur de l'Association des Amis du Musée de la Résistance Nationale.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français mouvement social, volume 3 notice André Carrel, éditions de l'atelier
  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. Annie Burger-Roussenac, « Notice CARREL André [HOSCHILLER André, dit] », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr.
  3. Le Peuple à la une, éditions Le Peuple, Montreuil, 1995.
  4. « Alfred Gerson relaie André Carrel », sur humanite.fr, (consulté le 6 avril 2018).
  5. Claude Baudry, « Presse et Résistance, les deux vies d’André Carrel », sur humanite.fr (consulté le 6 avril 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]