André Brasilier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Brasilier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Lieux de travail
Distinction

André Brasilier, né le à Saumur dans le département de Maine-et-Loire, est un peintre, aquarelliste, lithographe et céramiste français.

Recherchant l’harmonie entre la construction plastique et l’émotion, s’inspirant de la vie, il se définit comme un peintre « transfiguratif » : selon lui, la peinture est avant tout transfiguration du réel et non réalisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

André Brasilier naît de parents artistes peintres. Son père Jacques Brasilier est un peintre symboliste, proche des Nabis et sa mère, Alice Chaumont est artiste peintre.

Il est le frère de Jean-Marie Brasilier, architecte, premier grand prix de Rome en architecture (1957), pensionnaire à la villa Médicis (1961), sa fille Mathilde a publié un livre intitulé Le jour, la nuit, l'inceste publié chez l'Harmattan en , mettant en cause son père[1],[2],[3],[4].

André Brasilier entre aux Beaux-Arts de Paris en 1949, dans l’atelier de Maurice Brianchon.

Il réside à Rome à la Villa Médicis de 1954 à 1957.

Prix[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1959 : Première exposition, sur le thème de la musique, Galerie Drouet, Paris
  • 1960 : Exposition Galerie Weil, Paris
  • 1962 : Exposition Galerie David B. Findlay, New York
  • 1969 : Exposition Galerie de Paris, Paris
  • Exposition Galerie Yoshii, Tokyo
  • 1974 : Exposition de lithographies et de tapisseries, Galerie Vision Nouvelle, Paris
  • 1980 : Première rétrospective (1950-1980), château de Chenonceau
  • 1983 : Exposition Nichido Gallery, Tokyo
  • 1985 : Exposition Hammer Gallery, New York
  • 1988 : Exposition Buschlen-Mowatt Gallery, Vancouver
  • Rétrospective Musée Picasso, Château Grimaldi, Antibes
  • Exposition Galerie Hopkins-Thomas, Paris
  • 1992 : Exposition « André Brasilier à Bagatelle », mairie de Paris
  • 1994 : Exposition musée des beaux-arts, Palais Carnolès, Menton
  • 1995 : Exposition à l’arsenal de Metz
  • Exposition Galerie Bac Saint-Germain, Paris
  • 2004 : Exposition château de Maïnau, lac de Constance
  • 2005 : Rétrospective musée de L’Ermitage, Saint-Pétersbourg
  • 2006 : Rétrospective Espace des Arts-Mitsukoshi-Étoile, Paris
  • 2010 : Exposition château de Chenonceau
  • 2013 : Exposition Opera Gallery, Londres

Œuvres[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Décors et costumes de théâtre : Ciboulette de Reynaldo Hahn. Opéra de Monte-Carlo. Monaco
  • 1987 : Exécution d’une mosaïque (3 x 15 mètres) à Vence
  • 1992 : Décors et costumes de théâtre : Mignon d’Ambroise Thomas. Opéra de Compiègne
  • 2008 : Décoration intérieure de la chapelle Saint-Blaise, Arnac-Pompadour (Corrèze)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « biographie de Jean Brasilier », sur whoswho.fr (consulté le 21 octobre 2019).
  2. « généalogie de Jean Marie Brasilier », sur geneanet.org (consulté le 21 octobre 2019).
  3. « Mathilde Brasilier : se reconstruire après l’inceste », sur espritl.wordpress.com (consulté le 21 octobre 2019).
  4. Baptiste Klockenbring, « Mathilde Brasilier, Il y avait le jour... », sur blog.ac-versailles.fr, (consulté le 21 janvier 2020).
  5. Renaissance du Musée de Brest, acquisitions récentes : [exposition], Musée du Louvre, Aile de Flore, Département des Peintures, 25 octobre 1974-27 janvier 1975, Paris, , 80 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]