André Boyer (résistant)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Boyer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 36 ans)
NordhausenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Autres informations
Conflit
Distinctions

André Jacques Gaspard Boyer, né le à Marseille et mort en déportation le à la prison de Nordhausen (Allemagne) est un résistant français, Compagnon de la Libération. Il fut le chef du réseau Brutus, réseau de renseignement qu'il avait constitué et qu'il dirigea jusqu'à son arrestation en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Il est né dans une famille marseillaise, fils d'un médecin. Il suit ses études secondaires à l'École de Provence, collège jésuite de la ville. André Boyer obtient une licence en Droit et une licence de Lettres et devient avocat, à l'âge de 21 ans.

Inscrit au Barreau de Marseille, il y ouvre en 1931 son premier cabinet comme l'un de ses confrères, Gaston Defferre, devenu son ami depuis le stage du barreau qu'ils ont fait ensemble.

Il épouse Suzanne Garsin le 14 décembre 1938. Ils auront deux enfants : un fils en 1939, Bernard, et une fille en 1944, Catherine[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, il s'engage pour la durée de la guerre. En , aspirant à l'École de cavalerie de Saumur, il est cité à l'ordre du régiment pour la défense du pont de Gennes sur la Loire avec les Cadets de Saumur. Son courage lui vaut la Croix de guerre.

Dans la nuit du 3 au 4 avril 1945, les bombardements stratégiques alliés détruisent une grande partie de la ville allemande de Nordhausen. André Boyer, qui se trouve alors dans la prison de Nordhausen, profite du chaos ambiant pour tenter de s'évader en compagnie de Jacques Poupault et Jacques Brunschwig-Bordier. Cependant, à peine sortie de l'enceinte de la prison, il est tué par l'éclatement d'une bombe. En l'absence de corps, son décès, à l'âge de 36 ans, ne sera officiellement reconnu qu'en mars 1946[2].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vladimir Trouplin, Marion Mathey-Defosse et Jean-Louis Perquin, Les compagnons de l'ombre : les services spéciaux français face à l'histoire, 1940-1945, Histoire et Collections, (ISBN 979-10-380-1061-1, OCLC 1241688911, lire en ligne), p. 191
  2. « André BOYER », sur Musée de l'Ordre de la Libération (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]