André Bourroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourroux.
André Bourroux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Distinctions

André Bourroux, né en 1901 à Levallois-Perret et mort en 1987, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Jean Boucher, il expose pour la première fois au Salon des artistes français en 1924 et en obtient en 1926 une médaille de bronze[1] puis en devient sociétaire et y expose jusqu'en 1961, ainsi qu'au Salon d'automne et au Salon des Tuileries.

Après 1945, il porte un intérêt particulier sur les problèmes soulevés par l'intégration de sculpture dans des ensembles architecturaux.

En 1937, il a un atelier au no 12 rue François Guibert à Paris.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Ampiac, cimetière : Croix de cimetière, 1956, en grès, elle comporte deux bas-reliefs en bronze illustrant la Passion du Christ. Ils sont achetés à la suite d'une commande faite à l'artiste la même année et déposés directement par décision d'attribution du . Seul le bas-relief représentant La Piéta est répertorié au registre du Fonds national d'art contemporain[2]. Cette croix est située au milieu du cimetière d'Ampiac, la croisée des branches est ornée de deux bas-reliefs de formes de médaillons circulaires, fixés par des vis. L'avers est orné du buste du Christ, figuré de trois-quarts, la tête ornée de la couronne d'épines. Le revers est orné de la Pietà ou Déploration du Christ mort sur les genoux de sa Mère[3] ;
  • Druelle (Aveyron), mairie : Bergère gardant deux bœufs, 1953, haut-relief en bronze, de plan rectangulaire horizontal est fixé contre le bossage de l’élévation principale de la mairie, sous la terrasse y donnant accès. La représentation est une jeune femme vêtue à l'antique, tenant un bâton et se tenant accoudée à une paire de bœufs ;
  • Druelle : Motifs d'une fontaine : groupe de trois masques et bas-relief, 1957, pierre[4], œuvre non localisée[5] ;
  • Grammond, cimetière : Piéta et Passion du Christ, 1954 œuvres identiques à celles du cimetière d'Ampiac ;
  • Mont-de-Marsan, musée Despiau-Wlérick : Mademoiselle Brunet, 1966, buste en bronze doré[6] ;
  • Paris, église Saint-Dominique, tympan extérieur : Saint Dominique, 1946, haut-relief en pierre. Le saint homme est représenté sous les traits de Louis Jouvet qui posa pour l'artiste.

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1970 : prix Despiau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 190
  2. Sous le numéro d'inventaire : 9056.
  3. Inventaire région Midi-Pyrénées IM.12000246 de 2004.
  4. Fonds national d'art contemporain, numéro d'inventaire : 9159.
  5. Inventaire général du Patrimoine, base Mistral
  6. n°inv: MM.405., le buste a été donné par l'artiste lors de sa réception du prix Despiau en 1970.

Liens externes[modifier | modifier le code]