André Boucherle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Boucherle
Nom de naissance André Louis Boucherie
Naissance
Valence
Décès (à 69 ans)
Nationalité française
Diplôme
pharmacien
Agrégé de chimie pharmaceutique
Docteur ès sciences naturelles
Profession
Activité principale
enseignant, chercheur et doyen (Université Grenoble-Alpes)
Autres activités
historien de la pharmacie
militant fédéraliste
Formation

André Boucherle (1924-1993), est un pharmacien, chimiste, professeur des universités, et historien français.

Il fut enseignant, chercheur, et doyen à Grenoble avant de publier plusieurs ouvrages sur l'histoire de la pharmacie. Il est notamment l'auteur, avec Henri Bonnemain et Georges Dillemann de l'ouvrage « La pharmacie française : ses origines, son histoire, son évolution ».

Biographie[modifier | modifier le code]

André Louis Boucherie, dit André Boucherle[Note 1], est né le [1], ou le « 2 mars »[2], à Valence dans le département de la Drôme. Ses parents sont Aimé Boucherie et Eugénie Léonie, son père est directeur commercial. Il s'est marié le avec Juliette Gardas, ils auront quatre enfant[3]. L'ainé Jean-Xavier Boucherele (1948-), sera chercheur au CNRS et maire de Meylan (de 1995 à 2001)[4]. Benjamin Boucherle, un petit fils, devient docteur de l'Université Joseph-Fourier (Grenoble-I) avec sa thèse « Synthèse et évaluation de modulateurs de la protéine CFRT » qu'il soutient le 9 décembre 2008[5].

En 1939, il est agrégé de pharmacie (sciences physiques) lorsqu'il est nommé professeur titulaire en : toxicologie, chimie organique, chimie générale et biochimie[6].

Il devient Docteur ès sciences naturelles en 1953, après avoir soutenu avec succès sa thèse « Contribution à l'étude des imidazolinones et imidazolinethiones » devant un jury à la Faculté des sciences de Lyon.

En 1955, il participe avec son ami pharmacien Franck Sérusclat à la création du comité lyonnais du mouvement pour les États-Unis d'Europe, ils sont membres de son organe directeur[7]. En 1958 il est membre actif de cet organisme[8] et en 1963 il est président du « Mouvement fédéraliste européen (MFE)/ Rhône-Alpes »[9]. En juin 1968, l'« Appel pour une action fédéraliste », lancé par Gérard Fuchs, Henri Cartan et Guy Michaud (professeur de civilisation à la faculté des sciences de Paris), est publié dans les journaux Combat et Le Monde, accompagné de « signatures significatives », dont celle d'André Boucherle alors professeur à la faculté de pharmacie de Grenoble[10].

En 1971, il devient Doyen de la Faculté de pharmacie de Grenoble, jusqu'en 1973. Puis il a de nouveau cette fonction de 1981 à 1986[11].

Quelques mois avant son décès il rédige un dernier ouvrage « Les très riches heures de la thérapeutique » qui sera publié en 2002, à l'initiative de son ami Franck Sérusclat impressionné par le manuscrit[12].

André Boucherle , meurt le [2], ses obsèques ont lieu le 12 mai à l'église Notre-Dame de Plaine Fleurie à Meylan[1].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Un amphithéâtre porte son nom dans l'Université Grenoble-Alpes, en hommage au premier doyen de la Faculté de pharmacie[15].
  • Sur la plaquette éditée lors du cinquantenaire des facultés de médecine et de pharmacie de Grenoble (Université Joseph-Fourier), André Boucherle est qualifié de « brillant chercheur, d'excellent pédagogue doué pour la communication, de conférencier de premier plan »[6], et également d'avoir été un « précurseur dans la recherche en chimie du médicament en lien avec l'industrie »[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Marc Chambon (1897-1983) (directeur de thèse) et Université de Lyon (1896-1970) (organisme de soutenance), Contribution à l'étude des imidazolinones et imidazoline-thiones (Thèse de doctorat : Sciences naturelles), Trévoux, J. Patissier, , 238 p.[16],
  • avec Franck Sérusclat et J. Bachelier, « Un cas d'hémopathie benzolique retardée. Dosage du benzène dans la moelle du sternum (Soc. Pharm. Lyon, 7 mai 1954) », Annales pharmaceutiques françaises, t. 12,‎ , p. 348 (lire en ligne)
  • avec Raymond Cahen, « Étude pharmacologique de la trihydroxy 2,4,6-propiophénone », Comptes rendus des séances de la société de biologie, t. 157, no 1,‎ , p. 112-116[16],
  • « Les esters carbamiques en pharmacologie (De l'esérine aux tranquillisants) », Lyon pharmaceutique, no 7,‎ [16],
  • avec Raymond Cahen et M. Brunet, « Étude pharmacologique du N (N' propyl morpholinyl) diphénoxyacétamide », Annales pharmaceutiques françaises, t. 24, no 2,‎ , p. 117-126[16].

Généralistes et historiques[modifier | modifier le code]

  • Histoires et Légendes du médicament, éditions de Santé, , 287 p. (ISBN 9782864110378)[16],
  • Des mots pour la pharmacie (Dictionnaire), Paris, éditions de Santé, , 482 p. (ISBN 9782864110392)[16],
  • avec Henri Bonnemain et Georges Dillemann (préf. Pierre Malangeau), La pharmacie française : ses origines, son histoire, son évolution, Tec & Doc Lavoisier, (1re éd. 1992), 150 p. (ISBN 978-2743010980)[16],
  • « Histoire de la syphilis : du remède à la pénicilline », dans Jean-Claude Beaune (direction) (préf. Jacques Ruffié), La philosophie du remède (Actes du colloque « La philosophie du remède », qui s'est tenu les 26-28 mars 1992 au musée Claude Bernard (Saint-Julien) et à l'Université Lyon III (Faculté de philosophie)), Éditions Champ Vallon, coll. « collection Milieux », , 376 p. (ISBN 9782876731790, présentation en ligne)
  • Les très riches heures de la thérapeutique (ouvrage posthume), Lyon, éditions Mario Mella, , 256 p.[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur le changement de l'orthographe de son nom de famille de « Boucherie » en « Boucherle » nous n'avons pas trouvé d'autres sources que celle indiquant le nom de ses parents il semble donc que c'est sans doute lui même qui a modifié son nom de famille en arrivant à l'âge adulte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Chronique nécrologique », Bulletin de l'Académie delphinale,‎ , p. 149 (lire en ligne).
  2. a et b « Boucherle (André) », sur biusante.parisdescartes.fr (consulté le 16 avril 2016).
  3. Jacques Lafitte et Stephen Taylor, Who's Who in France, Qui est qui en France, dictionnaire biographique, Jacques Lafitte, , 1638 p. (ISBN 2857840217), p. 307.
  4. « Les maires : Meylan », dans Inovallée : 40 ans d'innovation en marche, Inovallé, Meylan, Montbonnot, (lire en ligne), p. 21
  5. Benjamin Boucherle et Jean-Luc Décout (sous la direction de), Synthèse et évaluation de modulateurs de la protéine CFRT (Thèse pour obtenir le grade de docteur de l'université Joseph Fourier - Grenoble 1 - spécialité Sciences du médicament), Grenoble, , 267 p. (lire en ligne), Rermerciement
  6. a et b « Cinquantenaire des facultés de médecine & de pharmacie : Les professeurs qui ont initié la structuration et le développement de l'UFR de pharmacie dans l'université », sur sante.ujf-grenoble.fr/ (consulté le 18 avril 2016).
  7. « Darteil, André », sur European university institute : historical archives of the European Union (consulté le 16 avril 2016).
  8. « Activités du Congrès du peuple européen en Rhône-Alpes », sur European university institute : historical archives of the European Unio, (consulté le 16 avril 2016).
  9. « Correspondance de La Fédération / Rhône-Alpes », sur European university institute : historical archives of the European Union, (consulté le 16 avril 2016).
  10. Jean-Pierre Gouzy, « Mai 1968 : Clash et C.L.A.F. : Le Claf », sur Presse fédéraliste : Une Europe Unie dans un monde uni, (consulté le 17 avril 2016).
  11. a et b « Cinquantenaire des facultés de médecine & de pharmacie de Grenoble : UFR de pharmacie de Grenoble : une histoire d'hommes et de femmes passionnés et généreux : les Doyens », sur sante.ujf-grenoble.fr/ (consulté le 16 avril 2016).
  12. Patrick Bourrinet, « Histoire de la pharmacie et de la thérapeutique : André Boucherle, Les Très Riches heures de la thérapeutique [compte rendu] », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 91, no 338,‎ , p. 322-323 (lire en ligne).
  13. « Historique », sur Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (consulté le 16 avril 2016).
  14. Simonne Valette, « Compte rendu de la 244e séance de la Société (15 octobre 1990) », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 79, no 288,‎ , p. 73 (lire en ligne).
  15. « Le campus santé se rassemble et se modernise : le nouveau bâtiment André Boucherle », Papyrus, le magazine de l'université Joseph Fourier, no 2,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  16. a, b, c, d, e, f, g et h « Dossier biographique : André Boucherle, 1924-1993 », sur www.sudoc.abes.fr (consulté le 16 avril 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]