André Biéler (théologien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir André Biéler.
André Biéler
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
MorgesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

André Biéler, né le à Naters et mort à Morges le , est un théologien et éthicien protestant, et un professeur d'université vaudois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Né près de Brigue alors que son père ingénieur dirige le percement du deuxième tunnel du Simplon, André Biéler effectue sa scolarité à Genève[1].

Il fait des études de théologie aux universités de Genève et de Bâle, après avoir commencé en faculté des sciences, et obtient sa licence de théologie en 1939. Il fait également des études en économie. Il présente en 1959 une thèse de doctorat en sciences économiques intitulée « La pensée économique et sociale de Calvin »[2]. Cet ouvrage fondamental sera à la base de son engagement social.

André Biéler et son épouse Geneviève Gautier, née en 1916, ont eu quatre enfants : Jacques Biéler, Jean-Daniel Biéler, Christiane Hoffet-Biéler, et Philippe Biéler.

Pasteur[modifier | modifier le code]

André Biéler travaille d'abord comme pasteur dans la paroisse de Chancy de 1940 à 1945. Il est ensuite aumônier à l’université de Genève de 1947 à 1955, quand il reprend une paroisse, à Malagnou, jusqu’en 1962[2].

En 1964, à l'occasion du 400e anniversaire de la mort de Jean Calvin, il est invité à prêcher à Neuchâtel lors de l'assemblée annuelle de la Fédération des Églises protestantes de Suisse. Il actualise alors les recommandations du célèbre réformateur et propose que les Églises demandent une réduction des dépenses militaires et davantage d'aide au tiers-monde.

Éthicien[modifier | modifier le code]

André Biéler fait des recherches en éthique à Münster, Heidelberg, Paris et Londres[2]. En 1967, il devient professeur d'éthique sociale ad personam aux universités de Lausanne et de Genève, fonction qu'il exerce jusqu'en 1979[1]. Durant cette période, il s'installe d’abord à Begnins, puis à Nyon et Trélex. Retraité, il déménage à Morges.

André Biéler est l'un des principaux éthiciens protestants de la seconde moitié du XXe siècle. « Le professeur Biéler eut un rayonnement déterminant sur plusieurs générations de théologiens »[3].

Militant[modifier | modifier le code]

André Biéler est en 1968 l'un des fondateurs de la « Déclaration de Berne » (devenue Public Eye)[3].

En 1970, il est de ceux qui lancent la « Conférence Suisse-Tiers-monde » et « l'Action commune Tiers-monde »[4]. Il a soutenu la création de l'« Institut d’éthique sociale » de la Fédération des Églises protestantes de Suisse. Il est aussi à la base de la « Convention des actionnaires de Nestlé » (CANES)[5].

Il soutient également les efforts pour des relations justes avec le tiers monde, pour la modification du statut de saisonnier en Suisse, pour la reconnaissance de l'objection de conscience et contre la torture. Enfin, il critique le développement et le gaspillage des ressources dans son livre « Le développement fou » (1973).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La pensée économique et sociale de Calvin, vol. 13, Genève, Georg, coll. « Publications de la Faculté des sciences économiques et sociales de l'Université de Genève »,
  • Calvin, prophète de l'ère industrielle : fondements et méthode de l'éthique calvinienne de la société ; en appendice Une suggestion aux Églises chrétiennes, Genève, Labor et Fides, coll. « Débats ; 3 », , 72 p.
  • Une politique de l'espérance : de la foi aux combats pour un nouveau monde, Genève, Labor et Fides, , 191 p.
    préface de Dom Helder Camara
  • Le développement fou : le cri d'alarme des savants et l'appel des Églises, Genève, Labor et Fides, , 173 p.
    préface de Philip A. Potter
  • Chrétiens et socialistes avant Marx, Genève, Labor et Fides, coll. « Le champ éthique ; no 6 », , 349 p.
    préface de Claude Gruson
  • Les Églises et l'économie, Genève, Labor et Fides, , 60 p.
  • La force cachée des protestants : chance ou menace pour la société? : toute religion induit une politique; toute politique cache une croyance, Genève, Labor et Fides, , 269 p. (ISBN 978-2-8309-0799-5)
    préface de Jean-Bernard Racine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « André Biéler (théologien) » dans la base de données des personnalités vaudoises de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.
  2. a, b et c Gilbert Marion, « André Biéler (théologien) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  3. a et b « Décès du professeur André Biéler, le père de « La Déclaration de Berne » », Protestinfo - Agence de presse protestante,‎ (lire en ligne).
  4. À l'origine de l'association romande des « Magasins du Monde » (ASRO).
  5. La CANES fusionne en 2000 avec l'Association des actionnaires critiques de l'UBS et devient « Actares, Actionnariat pour une économie durable ».

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]