André Baron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baron et Dasté.
André Baron
Description de l'image defaut.svg.
Nationalité Flag of France.svg Français
Profession

André Baron, né au XIXe siècle et mort au XXe siècle, est un ingénieur, journaliste et militant nationaliste français. Il est aussi connu sous le pseudonyme Louis Dasté, anagramme de Laus sit Deo[1].

Vie[modifier | modifier le code]

Antidreyfusard, il était proche de la Ligue de la patrie française (dirigée notamment par Jules Lemaître et François Coppée) puis de l'Action française, il a fondé plusieurs journaux antimaçonniques et antisémites avec l'ancien franc-maçon et militant royaliste Paul Copin-Albancelli.

Thèses[modifier | modifier le code]

Baron est l'auteur de plusieurs pamphlets dénonçant l'action qu'il attribue à des sociétés secrètes dans l'armée française et l'État français de la Troisième République. Il signala les liens entre la maçonnerie et le martinisme inspiré de Louis-Claude de Saint-Martin[n 1] et les illuminés de Bavière au cours de la Révolution française. Il dénonça la volonté de dictature des initiés en loge sur les profanes[n 2] ainsi que la mainmise directe de la loge maçonnique Les amis réunis dans les crimes de la Terreur[n 3]. Selon Baron, l'assassinat du roi Gustave III de Suède fut commandité par des francs-maçons[n 4], tout comme celui de Gabriel Syveton à la suite de l'affaire des fiches, un jour avant son procès pour la gifle sur le général francs-maçon Louis André[n 5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. p.281
  2. p.298
  3. p.290
  4. p.292
  5. p.364