André Bareau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Bareau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Religion

André Bareau, né le et mort le , est un orientaliste français, historien spécialiste du bouddhisme ancien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Saint-Mandé dans une famille modeste, il est nommé instituteur à La Varenne-Saint-Hilaire en 1941 puis commence des études supérieures. Il découvre le sanskrit et le pāli alors qu'il prépare une licence de philosophie à la Sorbonne. Il soutient en 1947 un mémoire sous la direction de Jean Filliozat sur la notion bouddhique palie d’asaṅkhata (« le non-formé, l'inconditionné[1] »), et entre au CNRS. Par la suite il étudie le chinois et le tibétain et soutient sa thèse L'Absolu en philosophie bouddhique. Évolution de la notion d’asaṃskṛta[2]. Docteur ès lettres, il est professeur au Collège de France de 1971 à 1991 et directeur d'études de philologie bouddhique à l'École pratique des hautes études.

Selon son confrère Gérard Fussman : « Ses grandes qualités lui attirèrent rapidement la reconnaissance académique. [...] On trouve [dans ses écrits] de nombreux textes de vulgarisation : comme la plupart des orientalistes, il jugeait de son devoir de donner au public une image aussi exacte que possible du domaine qu'il étudiait ; [...] il savait aussi qu'un texte, si ancien soit-il, ne s'interprète pas seulement par les méthodes de la philologie. Il avait beaucoup interrogé les moines singhalais de passage à Paris, le vénérable Walpola Rahula en particulier, il avait fréquenté les communautés bouddhiques de Ceylan et d'Indochine, visité les sites anciens et arpenté, dans des conditions parfois difficiles, les routes de l'Inde. Pour avoir voyagé avec lui, je sais que c'était un homme de terrain, un marcheur infatigable regardant ses cartes, scrutant le paysage et capable, s'il le fallait, de dormir à même la terre le ventre à moitié vide sans songer à se plaindre[2]. »

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'absolu en philosophie bouddhique : évolution de la notion d'Asmskrta, Centre Universitaire, 1951, 307 p.
  • "La date du nirvâna", Journal Asiatique, vol. 241, 1953, p. 27-52.
  • Les Sectes bouddhiques du petit véhicule et leurs Abhidharmapiṭaka, Paris, PEFEO, 1955, 310 p. [1]
  • Les premiers conciles bouddhiques, Annales du Musée Guimet, 1955, XII-150 p.
  • Bouddha. Présentation, choix de textes, bibliographie, Seghers, coll. "Philosophes de tous les temps", 1962, 222 p.
  • Recherches sur la biographie du Buddha dans les Sutrapitaka et les Vinayapitaka anciens
    • vol. I : De la quête de l'Éveil à la conversion de Sâriputra et Maudgalyâyana, PEFEO, vol. 53, Paris, 1963, 405 p.
    • vol. II, t. 1 : Les derniers mois, le parinirvâna et les funérailles, PEFEO, vol. 77, 1970, 319 p.
    • vol. II, t. 2 : 1971, 342 p. [2]
    • vol. III : Articles complémentaires, PEFEO, 1995, X-530 p. Articles 1962-1963.
  • "La jeunesse du Buddha dans les Sūtrapiṭaka et les Vinayapiṭaka anciens", Bulletin de l'École Française d'Extrême-Orient (EFEO), 1974, t. LXI, p. 199-274 [3]
  • "La composition et les étapes de formation du Mahâparinirvânasûtra ancien", Bulletin de l'École Française d'Extrême-Orient (EFEO), 1979, 1979, vol. LXVI, p. 45-103 [4]
  • En suivant Bouddha. Textes choisis et présentés, Éditions Philippe Lebaud, 1985, 303 p.
  • Le Bouddhisme indien, in André Bareau, Walter Schubring, Christoph von Fürer-Halmendorff, Les religions de l'Inde, t. III, Payot, coll. "Les religions de l’Inde", 1985, p. 7-246.
  • "Les origines de la pensée bouddhique", Institut bouddhique Truc lâm, 1987 [5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nyanatiloka, Vocabulaire pali-français des termes bouddhiques, Adyar,
  2. a et b Gérard Fussman, « Hommage », sur www.college-de-france.fr (consulté le 25 mars 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]