André-Louis-Adolphe Laoust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André-Louis-Adolphe Laoust
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître

André-Louis-Adolphe Laoust, ou André Laoust, est un sculpteur français né le à Douai et mort le à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierrot (1889), plâtre, Roubaix, La Piscine.
Monument à Louis Blériot (1910), Cambrai.

Élève du sculpteur François Jouffroy à l'École des beaux-arts de Paris, André-Louis-Adolphe expose au Salon de 1868 et devient membre de la Société des artistes français en 1885[2].

Avec des membres de sa famille, il crée en 1874 les Ateliers Laoust qui ont employé plusieurs dizaines de personnes durant plusieurs générations.

Il obtient une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1889 pour le Chanteur indien de Ganaï.

Laoust conçoit des sculptures pour la Manufacture de Sèvres entre 1891 et 1905.

Il est professeur de sculpture aux écoles académiques de Douai de 1892 à 1901. Il obtient une médaille d'argent en modelage aux concours des écoles académiques en 1893 .

Famille[modifier | modifier le code]

Son fils André (1894-1960) a également été sculpteur, mais aussi décorateur, staffeur et entrepreneur. Il a notamment travaillé pour les Expositions universelles et Expositions coloniales de 1931 et de 1937. Son petit-fils André Lucien Laoust (1922-2004) fut staffeur et décorateur dans les ateliers familiaux. Sa petite fille Anne Leroux-Laous (née en 1967) est également sculptrice.

Élèves[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]